Consultant(e) International (e): en charge de développer un module de formation sur les soins respectueux et centrés sur la personne à l’intention des professionnel.le.s travaillant dans les services de SRMNIA

Contract Type: Consultancy
Closing date: 5 March 2021 - 5:00pm(Dakar time)
Duty station: Dakar, Senegal

Durée de la consultance :

La durée de la mission est de 5 semaines

Lieu où les services seront délivrés :

Travail à distance (à partir du lieu de résidence) et échanges virtuels

Voyages Prévus :

Aucun

Contexte et justification : 

En 2019, dans le cadre des Fonds Français MUSKOKA, s’est tenu à Dakar le premier Forum Régional sur l’Expérience des Soins en Afrique.

L’expérience des soins traite la dimension relationnelle de la qualité des soins et concerne les questions de respect et de dignité des individus. Elle s’intéresse au comportement des personnes et à leurs effets. Dans les faits, l’expérience du soin est souvent associée à des violences, des maltraitances ou de la négligence envers les personnes. Les violences se manifestent dans les gestes techniques, l’organisation de soins ou la gestion des espaces (irrespect de la pudeur). Elles s’observent dans les « manières d’être » des professionnels pour communiquer, identifiables par les mots choisis, les tons employés, la teneur des informations transmises et les attitudes.

Tous les travaux documentant l’expérience des soins en font l’une des causes majeures des décès évitables. Les femmes continueront à ne pas se rendre dans les services de soins, ou le plus tard possible, tant qu’elles craignent d’y être maltraitées. Dès les années 90, Yannick Jaffré et Alain Prual (1994) avaient alerté sur la maltraitance des femmes pendant l’accouchement par les professionnels des maternités. Les données issues d’une étude réalisée par l’OMS en 2019 et publiée dans The Lancet montrent que dans les quatre pays ciblés, plus d’un tiers des femmes ont été victimes de mauvais traitements lors de leur accouchement dans des établissements de santé.

Les femmes les plus jeunes et les moins instruites sont les plus exposées à ce risque, qui peut aller de la violence physique et verbale, à la stigmatisation et à la discrimination, en passant par les interventions médicales effectuées sans leur consentement, le recours à la force pendant les interventions et la négligence par le personnel de santé. Lors du Forum régional, UNFPA avait ainsi proposé une communication sur l’expérience de la violence vécue par les adolescentes dans les établissements de santé. En effet, plus de 64% de la population d’Afrique de l’Ouest et du Centre a moins de 24 ans, quatre filles sur dix sont mariées avant l’âge de 15 ans et 7% des filles, mariées ou pas, accouchent d’un premier enfant avant leur 15ième année révolue. Les rares études traitant la question montrent que le jeune âge, l’absence du mariage, la faible scolarisation et la nulliparité au moment de l’accouchement constituent des déterminants aggravants de discrimination et de maltraitance de la part des soignants. Une attention particulière doit donc être accordée à la prise en charge de cette population spécifique.

En 2016, l’OMS a publié un guide d’amélioration de la qualité des soins maternels et néonatals définissant les « normes d’amélioration de la qualité des soins en Santé Maternelle, Néonatale, Infantile et Adolescente (SMNIA) ». Ce guide présente l’expérience du soin comme une dimension incontournable de la santé de la reproduction.

Parmi les pistes d’action formulées à l’issue du forum régional, il a été recommandé d’élargir la formation de base et la formation continue des professionnels de SMNIA à la qualité relationnelle du soin et d’intégrer l’expérience des soins aux dispositifs de supervision existants. Plus précisément, il a été recommandé « d’intégrer au programme de formation des soignants travaillant dans le champ de la santé maternelle, néonatale, infantile et adolescente, un volet sur l’expérience de soin » et « d’inclure dans le curricula, l’enseignement des droits et devoirs des professionnels, ceux des usagères et de leur famille ».

C’est dans cette perspective que UNFPA, en partenariat avec l’inter-agences MUSKOKA, souhaite aujourd’hui accompagner le développement d’un module de formation spécifique permettant de de renforcer cet aspect fondamental de la qualité des soins.

Objectif général de la consultation :

L’objectif global de la consultation est de développer un module de formation spécifique permettant de renforcer les compétences des professionnelles de santé en soins respectueux et centrés sur la personne, y compris les adolescentes et jeunes.

Description des tâches :

Le/la consultant.e sera chargé(e) de :

  • Etablir un état des lieux des modules de formation existant, notamment au niveau régional, sur les soins respectueux (communication interpersonnelle, soins relationnels, droits des patient.e.s, respect de la dignité, nondiscrimination etc.)
  • Elaborer/consolider un module de formation sur les soins respectueux et centrés sur la personne à l’intention des professionnel.le.s travaillant dans les services de SRMNIA et prenant notamment en compte la spécificité et les besoins des adolescentes et des jeunes.

Le module devra intégrer un contenu théorique et proposer une approche et des outils pédagogiques adaptés.

Le module permettra également d’aborder les difficultés émotionnelles des soignants, afin qu’ils soient eux-mêmes capables d’apporter une écoute et un soutien aux patientes.

Le module présentera aussi le rôle de la qualité des soins respectueux dans la lutte contre les décès maternels, les standards, chartes et indicateurs relatifs à la qualité des soins respectueux et centrés sur la personne, ainsi que la situation de différents pays de la région dans ce domaine (pays MUSKOKA).

  • Soumettre ce module à la validation d’un « comité régional de validation » préalablement constitué et ajuster son contenu aux recommandations formulées par le comité.

Livrables :

Le/la consultant(e) devra rendre à UNFPA, au plus tard 2 semaines après la validation par le comité régional, un module de formation spécifique en français (version électronique et version papier) sur la qualité des soins respectueux et centrés sur la personne.

Le document devra intégrer les éléments théoriques et pratiques (approche et outils pédagogiques) et avoir été validé par le « comité régional de validation ».

Suivi et contrôle des progrès, y compris les exigences en matière de rapports, périodicité et délai :

  • Une note technique présentant la méthodologie de travail globale (y compris un calendrier) sera envoyée une semaine après le début de la mission
  • Une version préliminaire du module de formation sera présentée avant sa soumission au comité de validation.
  • Une version finale du module de formation sera rendue au plus tard 2 semaines après la validation.

Supervision : 

Le/la consultant(e) sera supervisé.e par le Chef de l’Unité « Women and Reproductive Health ». Il travaillera en collaboration avec la « Maternal Health Technical Adviser », le « Health system strengthening and knowledge management advisor» et la « RMNCAH program specialist» 

Expertise, qualifications et compétences requises, y compris les exigences linguistiques :

  • Formation universitaire supérieure en santé, santé publique, démographie, sciences sociales ou équivalent  
  • Expérience professionnelle pertinente d’au moins 7 ans dans les domaines de la conception et de l’évaluation des projets en santé reproductive, maternelle, néonatale et des adolescents, notamment l’évaluation de la qualité des soins
  • Formation ou expérience professionnelle avérée dans les domaines des droits des patients (respect de la dignité, intimité, confidentialité, consentement, etc.), de la communication interpersonnelle en santé et/ou du soutien psychologique
  • Une expérience en tant que formateur.rice et/ou des qualifications en pédagogie sont obligatoires
  • Une expérience clinique en obstétrique/maïeutique est un atout
  • Très bonne connaissance des systèmes de santé en Afrique de l’Ouest et du Centre. Une bonne connaissance du développement des réseaux de maternités SONU est un atout majeur.   
  • Solides compétences en matière de communication écrite et orale en français
  • Connaissance des questions et des actions de UNFPA au niveau régional et national

Comment Postuler :

Toute personne intéressée par la présente publication est invitée à soumettre son dossier de candidature (lettre de motivation et formulaire P.11-UN-Personal-History-Form signé (cliquez sur le lien bleu pour télécharger le formulaire), en s’assurant de sa complétude au regard des exigences définies dans les présents termes de référence, et qu’il comporte les pièces nécessaires prouvant qu’elle justifie des qualifications et profils ci-dessus définis, à l’adresse suivante: unfpa.wcaro.recruitment@unfpa.org  

Date limite de dépôt/réception des candidatures : le 05 Mars 2021 à 17 heures (GMT).

L'UNFPA ne répondra qu'aux candidats auxquels elle s'intéresse davantage;

L'UNFPA n’exige pas de frais de candidature, de traitement de dossier, de formation, d'entretien, d'examen ou d'autres frais en rapport avec le processus de candidature ou de recrutement. Les annonces, lettres ou offres frauduleuses peuvent être rapportées à la hotline de fraude de l'UNFPA http://www.unfpa.org/help/hotline.cfm 

We are no longer accepting applications for this position.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X