Éthiopie : femmes et filles payent le prix du conflit et des événements climatiques

Conflit dévastateur, graves événements climatiques, notamment une sécheresse et des inondations, conséquences de la COVID-19 : 25 millions de personnes en Éthiopie ont besoin d’aide humanitaire. Le pays affiche l’une des populations déplacées les plus nombreuses avec 4,2 millions de personnes.

En novembre 2020, un conflit armé a éclaté entre les forces fédérales et régionales dans le nord de l’Éthiopie, dans la région du Tigré, et s’est étendu aux régions voisines d’Amhara et d’Afar. Dès 2021, plus de 2,1 millions de personnes avaient été déplacées vers le nord de l’Éthiopie, et des milliers avaient fui dans des pays frontaliers comme le Soudan.

Dans le sud et le sud-est de l’Éthiopie, une sécheresse sans fin a gravement entamé les ressources d’au moins 7 millions d’agriculteurs et agricultrices, aussi bien dans le secteur de l’élevage que des cultures vivrières, dans les régions de Somali, d’Oromia et des Nations, nationalités et peuples du Sud, accroissant terriblement l’insécurité alimentaire et la malnutrition.

Dans les régions touchées, ce sont les femmes et les filles qui paient le prix très élevé de ce conflit. Les structures de santé endommagées ou détruites ainsi que la pénurie de fournitures médicales et de personnel de santé – dont un grand nombre a été déplacé par les hostilités en cours – a sévèrement perturbé l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive. La disponibilité des soins de santé maternelle, notamment les soins obstétricaux d’urgence pour la prise en charge des complications sévères de grossesse, a été gravement compromise. Les services complets comprenant l’aide psychosociale aux survivantes de violence basée sur le genre se sont réduits comme peau de chagrin.

L’UNFPA travaille sur le terrain pour assurer des services essentiels de protection et de santé pour les femmes et les filles dans huit régions d’Éthiopie. Notre action humanitaire place la santé sexuelle et reproductive des femmes et des filles au cœur des priorités, en assurant notamment une aide médicale et psychosociale complète aux survivantes de violences physiques et sexuelles.

En travaillant avec des associations locales et en particulier celles qui sont dirigées par des femmes, l’UNFPA contribue à renforcer les capacités pour répondre à ces besoins urgents. L’agence a ainsi distribué des kits d’urgence de santé reproductive contenant des médicaments de première nécessité, de l’équipement et des fournitures essentielles, en particulier pour permettre des accouchements médicalisés et la prise en charge clinique du viol, ainsi que des équipements individuels de protection (EPI) pour les agent·e·s de santé en première ligne pendant la pandémie de COVID-19, qui est toujours en cours.

En 2021, plus de 100 professionnel·le·s de santé et 10 équipes mobiles de santé ont été déployés pour renforcer la prestation de soins de santé maternelle, sexuelle et reproductive dans 175 centres de santé touchés par des situations d’urgence, ce qui a permis de prodiguer des soins fondamentaux à plus d’un million de personnes dans les zones les plus défavorisées du pays.

Alors que les besoins humanitaires continuent d’augmenter dans toute l’Éthiopie, il est de plus en plus crucial d’élargir notre réponse aux besoins particuliers des femmes et filles déjà vulnérables, notamment celles qui sont enceintes ou susceptibles de subir des violences.

Mise à jour : 28 mars 2022

Contenu connexe