Les États-Unis promettent 32,5 millions de dollars pour aider les femmes et les filles du monde entier

29 Janvier 2021
En 2016, Rima a été le 5000e bébé à naître dans une clinique pour réfugié·e·s financée par l’UNFPA, en Jordanie. © UNFPA Jordan
En 2016, Rima a été le 5000e bébé à naître dans une clinique pour réfugié·e·s financée par l’UNFPA, en Jordanie. © UNFPA Jordan

Les États-Unis se sont engagés à financer les ressources de base de l’UNFPA à hauteur de 32,5 millions de dollars, ce qui aidera l’agence des Nations Unies pour la santé sexuelle et procréative à répondre aux besoins des femmes et des filles partout dans le monde. Un financement de base à utilisation non restreinte permet à l’UNFPA de planifier ses actions de façon stratégique et efficace, de renforcer et accroître sa présence dans plus de 150 pays y compris ceux en situation de crise humanitaire, et d’aider les gouvernements et les divers partenaires à améliorer leurs capacités.

Un financement de base flexible est un facteur essentiel dans la réalisation du mandat de l’UNFPA, qui est le suivant : zéro décès maternel évitable, zéro besoin non satisfait en matière de planification familiale, zéro violence basée sur le genre ou pratique néfaste d’ici 2030. En effet, les fonds sans restriction peuvent être déployés rapidement là où les besoins sont les plus urgents. La COVID-19 a par exemple été une catastrophe pour la santé et le bien-être des femmes et des filles du monde entier. De la perturbation des chaînes d’approvisionnement de planification familiale aux restrictions d’accès aux structures de santés, aux espaces sûrs et aux services d’aide psychologique en présentiel, en passant par l’enfermement de fait des femmes avec leurs agresseurs et la fermeture des écoles qui provoqueront peut-être la déscolarisation définitive des étudiantes, cette pandémie a beaucoup ralenti les progrès en matière de droits des femmes et des filles. Les financements de base permettent aux programmes de s’adapter : distribution d’équipements de protection individuelle, passage à des services mobiles ou de télémédecine ou bien diffusion d’informations sur les refuges et l’aide juridique par applications de messagerie. Dans un monde où les catastrophes naturelles sont de plus en plus fréquentes et dévastatrices, l’UNFPA aide les individus à développer une meilleure résilience face aux crises climatiques.

« Faire progresser la santé et les droits des femmes et des filles est un élément essentiel de la paix, de la prospérité et du développement », déclare la directrice de l’UNFPA, le Dr. Natalia Kanem. « Ces fonds provenant des États-Unis permettront à l’UNFPA de sauver et transformer un très grand nombre de vies ».

En 2019, les financements de base et autres fonds ont permis d’éviter 47 000 décès maternels, 14 millions de grossesses non désirées, et plus de 3,9 millions d’avortements non médicalisés. Ils ont aussi sauvé plus de 200 000 filles des mutilations génitales. Pourtant, chaque jour, plus de 800 femmes meurent encore de causes évitables liées à la grossesse et à l’accouchement ; plus de 230 millions de femmes souhaitant avoir accès à la contraception moderne n’en bénéficient pas ; et l’an dernier, une fille ou femme de plus de 15 ans sur cinq a déjà été victime de violences sexuelles de la part d’un partenaire (actuel ou ancien). Cette promesse des États-Unis « envoie un message puissant aux femmes et aux filles du monde entier : leurs droits ont de l’importance », a souligné l’UNFPA dans une déclaration récente.

De tels chiffres peuvent sembler bien impersonnels, sans noms et sans visages. Mais ces chiffres portent tous des noms, comme celui de Rima, le 5000e bébé né dans une clinique financée par l’UNFPA, dans le camp de réfugiés jordanien de Zaatari, et mise en place en 2016 grâce à une aide importante des États-Unis. C’est cela que représente le financement de base : une bouée de sauvetage, un abri dans la tempête, de l’espoir en des temps difficiles.

 

 

Contenu connexe

Actualités
Avant la pandémie, les mères supportaient déjà une charge financière, physique, émotionnelle et mentale terrible. Aujourd’hui, avec l’intensification des pressions économiques, la limitation de l’accès aux soins de santé, la réduction des services sociaux et l’augmentation des...
Actualités
“I asked him the reason why he was abusing my daughter. He told me that Sahar was not a virgin.”
Actualités
Quand Nabila, 23 ans, est tombée amoureuse de son voisin, leur histoire d’amour promettait d’être compliquée. Nabila était promise à son cousin, une pratique courante dans leur communauté afghane.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X