SWOP Report 2018

           

Le pouvoir du Choix

Les droits reproductifs et la transition démographique

De nos jours, peut-on avoir le nombre d’enfants que l’on veut, quand on veut ?

Photo Photo © Michele Crowe/www.theuniversalfamilies.com

Il existe encore des millions de personnes à travers le monde qui ont plus – ou moins – d’enfants qu’elles ne l’auraient souhaité.

Photo Photo © Mads Nissen/Politiken/Panos Pictures

La mesure dans laquelle les individus sont à même d’exercer leurs droits reproductifs détermine le nombre d’enfants qu’ils choisissent d’avoir.

Photo Photo © Michele Crowe/www.theuniversalfamilies.com

Les taux de fécondité à travers le monde reflètent ces choix, ou bien l’absence de choix.

Photo Photo © Eriko Koga/Getty Images

Jamais de telles disparités entre les taux de fécondité n’avaient été observées entre les groupes de pays dans l’histoire de l’humanité.

1800 1850 1900 1950 2000 2018
World map
World map
World map
World map
World map
World map
Fécondité plus élevée Fécondité plus faible
World map World map World map
Obstacles à la liberté de choix

Taux de fécondité élevé

 

Une fécondité élevée se traduit par un accroissement plus rapide de la population, ainsi qu’une part disproportionnée de la population âgée de 15 ans ou moins, ce qui crée des difficultés pour les gouvernements qui ont du mal à satisfaire la demande en services de santé et d’éducation, et à préserver les acquis du développement.

Photo Photo © Mark Tuschman
Photo
© Mark Tuschman
Gros plan sur le la République du Kenya
Photo
© UNFPA/Ollivier Girard
Fact graphic

On estime que 60 % de la population d’Afrique sub-saharienne a moins de 25 ans.

 

Dans les pays où la fécondité est élevée, les obstacles économiques, sociaux, institutionnels et géographiques peuvent empêcher les femmes d’accéder à des informations et produits de qualité en matière de planification familiale. Les jeunes, tout particulièrement, peuvent avoir bien du mal à surmonter ces obstacles qui, pris ensemble, empêchent des millions de personnes d’exercer leurs droits reproductifs.

Photo Photo © Giacomo Pirozzi
Gros plan sur le la République du Niger
Photo
© UNFPA/Ollivier Girard

En Afrique sub-saharienne, on estime que 21% des femmes souhaitent éviter une grossesse mais n’utilisent pas de moyen contraceptif moderne.

Photo
© UNFPA/Robbie Lawrence
 

Les femmes qui ont au moins suivi un enseignement secondaire préfèrent avoir moins d’enfants que celles qui sont peu ou pas instruites. Les femmes instruites sont en outre mieux armées pour surmonter, plus tard dans leur vie, les obstacles qui les empêchent d’accéder à des emplois décents et rémunérés.

Photo Photo © UNFPA/NOOR/Bénédicte Kurzen
World map World map World map
Obstacles à la liberté de choix

Taux de fécondité moyen

 

Les pays où les femmes ont en moyenne trois ou quatre enfants sont géographiquement et économiquement diversifiés. Au fur et à mesure que leurs taux de fécondité diminuaient, ils ont en outre pris des voies divergentes à des rythmes différents.

Photo Photo © Chris Stowers/Panos Pictures
Gros plan sur le Iran
Photo
© 2012 Meagan Harrison, courtesy of Photoshare

Aujourd’hui, 12,5 % des Égyptiennes présentent un besoin de contraception moderne non satisfait. Ce taux est encore plus élevé dans les régions rurales du pays.

Photo
© UNFPA/NOOR/Sanne De Wilde
Gros plan sur le la République fédérative du Brésil
 

Un taux global de fécondité de trois ou quatre enfants par femme peut masquer d’importantes disparités au sein des pays : les personnes les plus riches vivant en milieu urbain ont accès à des moyens de contraception, tandis que les minorités ethniques des milieux ruraux ne disposent que d’un accès limité aux programmes de planification familiale. Les adolescents de certains de ces pays disposent également d’un accès restreint aux informations et services en matière de contraception, ce qui entraîne des taux de grossesses précoces relativement plus élevés.

Photo Photo © UNFPA/Roger Anis
Photo
© Joshua Cogan/PAHO
Gros plan sur le la République arabe d'Égypte
Photo
© Paul Smith/Panos Pictures

Pourcentage de femmes présentant un besoin de contraception non satisfait

Fact graphic

Dans 15 pays répartis dans cinq régions

Photo
© Mark Tuschman
Gros plan sur le Bolivia
Photo
© Robert Wallis/Panos Pictures
Photo
© PAHO

Dans les 12 pays d’Amérique latine et des Caraïbes examinés dans ce chapitre, les taux de fécondité chez les adolescents âgés de 15 à 19 ans et les jeunes âgés de 20 à 24 ans sont plus élevés que dans les autres régions du monde présentant des taux globaux de fécondité similaires.

Gros plan sur le la République arabe d'Égypte
 

Dans les pays connaissant une baisse constante de la fécondité, les guerres et les crises, notamment économiques, peuvent faire brutalement chuter les taux de fécondité tandis que les couples choisissent d’avoir des enfants plus tard. Ces taux repartent ensuite à la hausse une fois la stabilité et la sécurité revenues.

Photo Photo © Joshua Cogan/PAHO
World map World map World map
Obstacles à la liberté de choix

Taux de fécondité bas

 

Les pays enregistrant depuis plusieurs années de faibles taux de fécondité font généralement partie des pays développés. Les droits reproductifs et les autres droits fondamentaux sont respectés dans la plupart des cas. Les pays à faible fécondité sont généralement confrontés à de multiples défis : augmentation du nombre de personnes âgées et des coûts de santé qui y sont associés, et diminution de la main-d’œuvre.

Photo Photo © UNFPA/Egor Dubrovsky
Photo
© Frank Schoepgens/Getty Images
Gros plan sur le le Royaume de Suède
Photo
© Thanasis Zovoilis/Getty Images
Photo
© Maskot/Getty Images
Fact graphic

Pourcentage des gouvernements issus des pays les plus développés considérant leur taux de fécondité trop bas et mettant en place des politiques visant à l’augmenter

 

Les taux de fécondité actuellement enregistrés par ces pays indiquent que les femmes savent de mieux en mieux prévenir les grossesses et espacer les naissances. Quand les questions relatives à l’éducation et à la carrière professionnelle constituent de grandes priorités, le mariage et les grossesses passent au second plan. Les femmes qui choisissent de retarder leur grossesse jusqu’à la fin de la trentaine ou de la quarantaine présentent un risque accru de stérilité et de complications.

Photo Photo © Jasper Cole/Getty Images
Gros plan sur le la République du Bélarus
Photo
© JGI/Jamie Gril/Getty Images

Chez les couples mariés japonais, les hommes consacrent en moyenne 3,4 heures par semaine aux tâches domestiques, contre 27,4 heures en moyenne pour les femmes.

Photo
© iconics/a.collectionRF/Getty Images
Photo
© Emma Inncocenti/Getty Images
 

Les lacunes persistantes en matière d’aide à l’équilibre entre vie professionnelle et vie familiale peuvent empêcher les femmes d’avoir le nombre d’enfants souhaité. Dans les pays à faible fécondité, les défis rencontrés par les femmes dans l’exercice de leurs droits reproductifs sont multiples : difficultés économiques, manque de logements abordables, coûts élevés de garde d’enfants et marchés de l’emploi incertains.

Photo Photo © Michele Crowe/www.theuniversalfamilies.com

Une question importante

 

Parmi les écarts importants qui existent aujourd’hui entre les taux de fécondité élevés et faibles, à la fois au sein des pays et entre eux, les enjeux et les facteurs liés à la fécondité diffèrent très fortement.

De nombreux progrès ont été accomplis en ce qui concerne le respect des droits reproductifs. Pourtant, aucun pays ne peut aujourd’hui prétendre que l’ensemble de sa population jouit de ces droits en toute circonstance. Presque partout dans le monde, il existe des conditions sociales, institutionnelles et économiques qui empêchent encore certaines personnes d’accéder aux moyens nécessaires pour décider de façon libre et responsable du nombre d’enfants qu’elles désirent ou du moment où elles souhaitent les avoir.

Chaque pays doit déterminer les services et les ressources à combiner afin de garantir à tous les citoyens le respect de leurs droits reproductifs, mais certaines mesures peuvent s’appliquer à tous les pays, indépendamment de leur taux de fécondité.

  • © UNFPA/Ollivier Girard

    Développer et investir dans des programmes de planification familiale qui visent à parvenir à zéro besoin non satisfait en services de planification familiale d’ici à 2030 afin d’appuyer la réalisation des objectifs de développement durable.

  • © UNFPA/NOOR/Sanne De Wilde

    Considérer les services de santé reproductive comme faisant partie intégrante des soins de santé primaires, au même titre que la vaccination et les autres services essentiels pour vivre en bonne santé.

  • © Layland Masuda/Getty Images

    Envisager de soumettre les droits reproductifs à des « contrôles » réguliers à l’échelle nationale afin d’évaluer si les lois, les politiques, les budgets, les services, les campagnes de sensibilisation et les autres activités menées dans ce domaine sont conformes aux droits établis en matière de procréation, tels que les a définis la Conférence internationale sur la population et le développement.

  • © Eriko Koga/Getty Images

    Idéalement, l’égalité des sexes doit faire partie intégrante de toutes les politiques et pratiques à l’échelle nationale, et constituer un principe directeur au centre de tous les systèmes de santé.

  • © UNFPA/Roger Anis

    Éliminer les obstacles sociaux, économiques, institutionnels et géographiques qui empêchent les couples et les individus de décider du nombre d’enfants souhaité et du moment de leur naissance.

  • © 2016 UNFPA/Arvind Jodha, courtesy of Photoshare

    Déterminer les services et les ressources à combiner afin de garantir à tous les citoyens le respect de leurs droits reproductifs, en veillant à ne laisser personne de côté.

  • © Simon Straetker/Ascent Xmedia/Getty Images

    Examiner les politiques démographiques pour faire en sorte qu’elles renforcent les droits reproductifs et donnent aux individus les moyens de réaliser leurs désirs en matière de procréation.

 

Données

État de la population mondiale 2018

Photo
Photo
© Milo Aikawa/Getty Images