Actualités

Rohingyas, trois ans plus tard

10 Septembre 2020
Author: UNFPA
La sage-femme Rotna parle avec Minara de son nouveau-né. Les services de santé maternelle se poursuivent malgré la pandémie. © UNFPA

COX'S BAZAR, Bangladesh – Le 25 août a marqué un anniversaire tragique : les trois ans de l'afflux massif de centaines de milliers de réfugiés rohingyas au Bangladesh, en provenance du Myanmar voisin.

Aujourd'hui, environ 1 million de réfugiés rohingyas vivent au Bangladesh. Près de 90% d'entre eux vivent dans un ensemble de plus de 30 camps qui se trouve dans le district de Cox's Bazar, où le surpeuplement et les conditions sanitaires les rendent vulnérables à la pandémie de COVID-19. il y a marqué COVID-9 dans la version anglaise

Mais grâce à une étroite collaboration entre les partenaires humanitaires – dont l'UNFPA – et le gouvernement du Bangladesh, la propagation du coronavirus a pu être limitée dans les camps. En date du 26 août, quelque 3 927 cas positifs d'infection avaient été signalés à Cox's Bazar , mais seuls 88 d'entre eux se trouvaient dans les camps de réfugiés; les autres faisaient partie de la communauté d'accueil élargie.

Women walk down a path of a Rohingya refugee camp.
Dans les camps, la pandémie a contraint de nombreux programmes
humanitaires à réduire leurs effectifs. Mais l'UNFPA a pris des mesures
pour lutter contre les infections et pouvoir maintenir bon nombre de ses services.

Pourtant, la situation est précaire, en particulier pour les femmes et les enfants.

Continuer à donner la priorité aux femmes et aux filles

Les restrictions de mouvement liées à la pandémie ont contraint les acteurs humanitaires à réduire leurs activités dans les camps. Malgré ces défis, les services essentiels – y compris les soins de santé sexuelle et reproductive, et le soutien aux victimes de violence basée sur le genre – ont été maintenus.

En août, le soutien de l’UNFPA comprenait 23 espaces adaptés aux femmes, 22 établissements de santé, 10 centres communautaires dirigés par des femmes, 144 sages-femmes, 594 agents de santé communautaires et un total de 224 volontaires de deux ONG.

Des mesures de prévention ont été adoptées pour protéger le personnel et les usagers dans tous ces installations et espaces. Par exemple, l'UNFPA a mis en place des stations de lavage des mains, distribué des équipements de protection individuelle et des désinfectants pour les mains aux agents de santé, et institué des pratiques de distanciation physique.

Dans la mesure du possible, des informations et des services d'orientation à distance sont fournis.

Rokeya stands in a women-led community centre.
Les ménages dirigés par des femmes sont particulièrement vulnérables. 
Rokeya, veuve, espère que les choses vont changer. © UNFPA

« Une grande fraternité »

Dans un centre de santé soutenu par l'UNFPA, une réfugiée rohingya nommée Minara est arrivée avec son nouveau-né.

Elle a expliqué qu'elle avait commencé par visiter le centre de planification familiale – dans lequel l'UNFPA fournit des conseils en matière de contraception, pour aider les femmes à faire des choix éclairés quant à la possibilité et le moment de tomber enceinte.

« Cela fait trois ans que je suis ici, et j'ai utilisé différents moyens de contraception. » Après avoir choisi de tomber enceinte, elle a pu recevoir des soins prénatals à la clinique.

Maintenant, dit-elle, « je reçois des soins gratuits pour mon bébé. »

La sage-femme de Minara, Rotna, est arrivée à la consultation avec un masque sur le visage, et une casquette médicale. Elle l’a accueillie chaleureusement.

Rotna a indiqué qu'elle reçoit une formation continue de l'UNFPA et ses partenaires, et qu'elle est fière de pouvoir servir la communauté Rohingya.

« Au début, c'était difficile à cause de la barrière de la langue. Je parle Bangla et Minara parle le Rohingya. Mais étape par étape, visite après visite, nous avons réussi à nous comprendre. J’apprends quelques mots Rohingya, et Minara quelques mots Bangla.

Maintenant, a-t-elle ajouté, elles sont proches l’une de l’autre : « C'est une grande communauté fraternelle ici ».

A sewing machine at a UNFPA-supported women's space.
La pandémie cause des ravages économiques graves sur les familles. © UNFPA

En espérant un avenir meilleur

À Cox's Bazar, les ménages dirigés par des femmes sont particulièrement vulnérables. Les normes conservatrices rendent les femmes moins susceptibles de gagner convenablement leur vie, et leurs familles souffrent davantage d'insécurité économique.

Rokeya, une femme rohingya, se souvient avoir eu du mal à subvenir aux besoins de sa famille lorsqu'elle est arrivée au Bangladesh avec ses enfants, après que son mari ait été tué au Myanmar. Elle a dû ramasser du bois dans la forêt pour le vendre. « Ce n'était pas assez », dit-elle.

Elle a appris à coudre dans un centre pour femmes, mais elle a toujours du mal à joindre les deux bouts : « Maintenant, je suis un tailleur qualifié. J'ai reçu un kit de couture, mais je n’ai pas de machine à coudre. À cause du COVID-19, le centre communautaire dirigé par des femmes a été fermé. Je ne peux plus m’y rendre pour utiliser les machines à coudre, et me susciter un revenu. »

Pourtant, elle espère que les choses vont changer. « Une vie heureuse pour moi, c'est trouver un emploi pour pouvoir subvenir aux besoins de ma famille, et éduquer mes enfants afin qu'ils aient un avenir meilleur. »

La pensée d'un avenir meilleur a fait sourire Rokeya. Mais ensuite, elle a ajouté, presque pour elle-même, « Quand ? ». 

la République populaire du Bangladesh
Population : 164.7 mil
Taux de fertilité
2
Ratio de mortalité maternelle
173
Taux de prévalence contraceptive
54
Population âgée de 10 à 24 ans
27.9%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 61%
Filles 72%

Contenu connexe

Actualités
Il y a un an, dans la nuit du 14 avril, 276 lycéennes étaient enlevées par des insurgés de Boko Haram à Chibok, une ville du nord-est du Nigéria. Depuis, 57 d’entre elles ont réussi à s’échapper. Le sort des 219 autres demeure inconnu.
Ressources
La violence sexuelle est fréquente dans les contextes de crise humanitaire. Elle peut s’intensifier en cas de catastrophe naturelle, et se produit à chaque étape d’un conflit.
Actualités
DUHOK, Iraq – Quand les combats se sont rapprochés de son village dans le nord de l’Iraq, Khawla, 30 ans et enceinte de huit mois, n’a eu d’autre choix que de fuir.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X