Actualités

Répondre aux besoins de planification familiale dans les centres de quarantaine du Népal

23 Juin 2020
Author: UNFPA
Kabita Bhandari donne une séance d'information sur la planification familiale aux hommes séjournant dans un centre de quarantaine, dans le district de Baitadi. © UNFPA Nepal

KATHMANDU, Népal – Lorsque Kabita Bhandari est arrivée dans un centre de quarantaine dans le district de Baitadi, à l’extrême ouest du Népal, les habitants pensaient qu'elle apportait de la nourriture. Ils ont vite réalisé qu'elle livrait un autre type de fournitures essentielles: les contraceptifs.

Quatre couples séjournaient au centre, soumis à une quarantaine obligatoire de 14 jours, après leur retour d'Inde. Ils savaient que les fournitures de planification familiale étaient absolument nécessaires.

« Les femmes avaient peur de tomber enceintes », a raconté Mme Bhandari.

Au milieu de la pandémie COVID-19, les prestataires de services en visite s’accordent avec les autorités locales pour s'assurer que les femmes ne perdent pas l'accès aux services de planification familiale.

Kala Chaudhary, wearing a face mask, gloves and hair covering, sits at a desk and takes notes while providing a family planning consultation to a woman.
Kala Chaudhary offre une consultation de planification familiale à une cliente. © UNFPA Nepal

Pour atteindre le centre de quarantaine de la municipalité de Puchaudi, Mme Bhandari a fait cinq heures de route, puis une randonnée de trois heures sur un terrain accidenté. Elle a informé les couples sur les solutions de planification familiale qui sont disponibles gratuitement.

« Après cette séance, les quatre femmes, toutes âgées d'une trentaine d'années avec trois à quatre enfants chacune, ont visité le centre de santé voisin », a expliqué Mme Bhandari, faisant référence à une clinique de planification familiale située à une demi-heure du centre de quarantaine.

Les quatre femmes ont choisi des implants qui offrent une contraception durable. Mme Bhandari a inséré les implants, vêtue d’un équipement de protection intégral.

Action rapide en plein confinement

Depuis le début du confinement au Népal, en mars, les visites dans les centres de santé ont fortement diminuées, notamment à cause des perturbations dans les transports et des craintes d'infection.

Les experts craignent que les perturbations des services de planification familiale n'entraînent une augmentation des grossesses non désirées. Celles-ci pourraient avoir « de graves conséquences sur la santé des femmes, à long terme», a expliqué le Dr Guna Raj Awasthi, directeur provincial de la santé à Sudurpaschim.

Le programme des prestataires de services en visite a initialement été interrompu lorsque le confinement a été annoncé au Népal. Les services étaient, dans la mesure du possible, opérés à distance. Mais les conseils et les soins sont plus efficaces en personne.

Les prestataires de services en visite savaient que les communautés dont ils s’occupaient avaient les plus grands besoins. Le programme – qui est financé par le Département du développement international du Royaume-Uni, UNFPA Supplies, et travaille avec les gouvernements fédéraux, provinciaux et locaux ainsi qu'avec les organisations partenaires MSI Népal et ADRA Népal – couvre 16 districts qui ont de faibles taux de prévalence contraceptive.

« Chaque fois que je parlais aux autorités sanitaires du district, nous envisagions des solutions pour reprendre les visites, dans ce contexte difficile », a déclaré Ganesh Shahi, l'officier de district de l'UNFPA à Baitadi.

« Nous sommes finalement parvenus à un accord, en coordination avec les autorités, pour délivrer des cartes de voyage spéciales afin que les prestataires puissent reprendre le travail, en prenant des mesures pour se protéger. Nous avons demandé conseil aux responsables de la santé publique pour sélectionner les centres de quarantaine avec familles, ouvrant ainsi la voie au déploiement des prestataires de services en visite. »  

Kabita Bhandari, wearing a face mask, face shield, hair covering and protective gown, places a long-acting contraceptive implant into the arm of a client.
Mme Bhandari insère un implant contraceptif à action prolongée dans le bras d'une cliente. © UNFPA Nepal

Travailler avec fierté

La sensibilisation dans les centres de quarantaine a commencé le 16 mai dans la ville de Baitadi, où une équipe de quatre prestataires de services en visite, en tenue de sécurité, a atteint 14 centres de santé différents.

En date du 23 juin 2020, ils avaient fourni des implants à plus de 250 femmes, des dispositifs intra-utérins à 40 femmes et des conseils en planification familiale à 720 personnes, dans 19 sites de quarantaine à Baitadi. Dans 11 districts, dans les centres de quarantaine et dans la communauté, plus de 950 femmes ont reçu des implants contraceptifs et plus de 120 ont reçu des dispositifs intra-utérins, au cours des 28 jours d'isolement.

Kala Chaudhary, qui coordonne le travail de quatre prestataires de services en visite, dont Mme Bhandari, a déclaré que leur travail était gratifiant.

« Aider les autres dans des moments difficiles comme celui-ci nous rend fiers », a-t-elle déclaré. « Nous prévoyons de visiter encore plus de sites de quarantaine pour toucher autant de femmes que d'hommes. »

Le Dr Awasthi a déclaré qu'il admirait leur dévouement: « Il est réconfortant de voir à quel point ils sont motivés à poursuivre leur important travail. Nous ne pouvons pas laisser les progrès que nous avons réalisés pour éviter les grossesses non planifiées se gaspiller à cause du coronavirus. »

                                                                                                                             – Santosh Chhetri

Nepal
Population : 29.1 mil
Taux de fertilité
1.8
Ratio de mortalité maternelle
186
Taux de prévalence contraceptive
43
Population âgée de 10 à 24 ans
32.1%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 61%
Filles 63%

Contenu connexe

Actualités
« Le 6 août dernier, à minuit, quelqu’un a frappé fort à ma porte. Mon mari a répondu. Debout dans le noir, il y avait une personne qui demandait mon aide – un bébé était en train de naître », raconte Shirin.
Actualités
Fear, isolation, grief, economic stress and shuttered support services are taking a vast toll on the mental health of people around the world.
Actualités
Mahgul* se souvient très bien du jour où on l’a fiancée. « Ma mère m’a aidée à enfiler une robe rose toute neuve. Elle m’a accompagnée dans une pièce où se trouvaient quatre ou cinq femmes. Certains m’ont appelée “petite femme” ».

Pages