Actualités

En première ligne, les sages-femmes s'efforcent d'inverser le taux élevé de mortalité maternelle en Afghanistan

21 Octobre 2020
Author: UNFPA
Une sage-femme porte un équipement de protection complet pour empêcher la propagation de la COVID-19. © UNFPA Afghanistan

SHAHRISTAN, Afghanistan – « Le 6 août dernier, à minuit, quelqu’un a frappé fort à ma porte. Mon mari a répondu. Debout dans le noir, il y avait une personne qui demandait mon aide – un bébé était en train de naître », a expliqué Shirin à l'UNFPA.

C'était le début du plus grand défi auquel elle ait jamais été confrontée en tant que sage-femme.

Shirin, 31 ans, gère une maison de santé familiale dans le village d'Usho Golaka, dans la province de Daikundi. Les centres de santé familiale sont des établissements communautaires qui fournissent une multitude de services de santé reproductive de base dans les communautés éloignées, y compris la planification familiale, les soins prénatals, néonatals, les services d'accouchement sûrs et les vaccinations.

Elle connaissait l'homme. C'était un parent de Fatima, une de ses patientes. « Ce soir-là, sa situation était critique », a déclaré Shirin.

Fatima, déjà mère de six enfants, était en train d’accoucher son septième. Shirin a été immédiatement alarmée – un examen antérieur avait montré que l'accouchement serait compliqué.

« Le bébé de Fatima a été trouvé dans la mauvaise position et l'accouchement devait se faire par le siège », a expliqué Shirin. « Je lui avais fourni des informations et des conseils sur son état, mais lui avais conseillé de se rendre à l'hôpital provincial de Nili, le centre de Daikundi, pour une meilleure prise en charge de son accouchement. »

Mais la famille de Fatima n'avait pas les moyens de la faire soigner si loin de chez elle. « Nous sommes une famille pauvre. L'économie et l'indisponibilité des transports étaient un gros problème pour nous », a déclaré Fatima. « Nous aurions dû payer le transport 13 000 afghanis [170 $] pour nous rendre à l'hôpital provincial de Nili. Ce n’était pas possible. »

Des sages-femmes à la rescousse

L'Afghanistan a l' un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde, selon les données des Nations Unies. Quelque 638 femmes meurent pour 100 000 naissances vivantes. La pauvreté, le manque d'accès aux services de santé et l'inégalité entre les sexes contribuent tous à ces chiffres tragiquement élevés; moins de 60% des naissances sont supervisées par des professionnels de la santé qualifiés.

Pour répondre à ces préoccupations, l'UNFPA soutient le programme de formation des sages-femmes en Afghanistan, financé par le gouvernement canadien, et qui permet aux sages-femmes de fournir des services de santé maternelle de base et autres soins obstétricaux. Ces sages-femmes travaillent ensuite dans des centres de santé familiale créés par l'UNFPA, qui fournissent les seuls services médicaux disponibles dans les régions les plus reculées et les plus difficiles d'accès d'Afghanistan. 

Shirin a obtenu son diplôme du programme communautaire d'éducation des sages-femmes en 2015. Depuis, elle travaille dans la maison de santé familiale à Usho Gholaka, où elle a aidé des centaines de femmes.

A midwife in full protective gear tends to a woman at a family health house.
Une sage-femme porte un équipement de protection complet pour empêcher la propagation de la COVID-19. © UNFPA Afghanistan

Son mari la soutient. Cette nuit-là, il l'a emmenée en moto au village où habitent Fatima et sa famille.

« Il fallait sauver une mère et son bébé », a déclaré son mari. « Je me suis engagé à soutenir ma femme dans ce travail, même s'il est minuit. »

Penser sur ses pieds

Shirin a trouvé Fatima en souffrance, qui criait à l'aide. Elle a essayé de trouver une solution avec sa famille pour la transporter d'urgence à l'hôpital provincial, mais c'était impossible.

Bien que Shirin soit une sage-femme expérimentée, elle n'était pas équipée pour gérer des complications graves comme l'accouchement par le siège. Mais étant donné la situation, elle a été obligée d'improviser.

« J'ai appelé un gynécologue expert qui travaillait à l'hôpital provincial et lui ai demandé des instructions. C'était la seule solution qui pouvait leur sauver la vie. On m'a demandé d'utiliser différentes manœuvres pour changer la position du bébé dans l'utérus. J'ai suivi attentivement les conseils du gynécologue. »

Ce fut un travail tendu – mais à la fin, ses efforts ont porté leurs fruits.

« Finalement, la contraction utérine a commencé et un petit garçon est né après une heure et quarante-cinq minutes de travail. Il était sain et sauf », se souvient Shirin.

La famille de Fatima était très soulagée.

« Quand j'ai appris que Fatima et son bébé étaient en vie, je ne peux pas vous dire à quel point j'étais heureuse », a déclaré la belle-mère de Fatima à l'UNFPA. « Je suis tellement reconnaissant à Shirin d'avoir été là et d'aider les femmes dans le besoin. »

Fatima a, par la suite, amené son nouveau-né au centre de santé familial pour des services postnatals. « Je suis reconnaissante à Shirin », a-t-elle dit. « Elle a sauvé non seulement ma vie, mais aussi la vie de mon enfant. »

Et Shirin aussi est reconnaissante. Bien que l'expérience ait été éprouvante, elle a le sentiment d'avoir grandi en tant que sage-femme.

« J'étais très fière de ce que j'ai accompli », a-t-elle déclaré.

République islamique d'Afghanistan
Population : 38.9 mil
Taux de fertilité
4.2
Ratio de mortalité maternelle
638
Taux de prévalence contraceptive
18
Population âgée de 10 à 24 ans
35.3%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 63%
Filles 37%

Contenu connexe

Actualités
Cette année, Nashwa Mohamed a adopté un nouveau rituel au travail : elle s’assoit à son bureau, regarde son carnet, décroche son téléphone et appelle les femmes qui ne reçoivent plus de contraceptif à cause de la pandémie de COVID-19.
Actualités
« J’encourage toujours les femmes que je connais à s’auto-examiner et à se faire dépister régulièrement », explique Intisar, 55 ans, à l’UNFPA. Elle a survécu à un cancer du sein et vit à Deir al-Balah dans la bande de Gaza.
Actualités
Les femmes et les filles du Honduras sont en danger, suite au passage de l'ouragan Eta.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X