Ukraine : le conflit aggrave les vulnérabilités des femmes et des filles, les besoins humanitaires montent en flèche

Dans les quelques jours qui se sont écoulés depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, le monde entier a vu les photos de femmes accouchant dans des stations de métro souterraines, et de nouveau-nés transportés en urgence dans des abris anti-atomiques de fortune, alors que les établissements de santé devenaient inaccessibles ou étaient trop endommagés pour continuer à fonctionner. On estime qu’en Ukraine, 80 000 femmes accoucheront au cours des trois prochains mois, et que beaucoup d’entre elles n’auront pas accès à des soins essentiels de santé maternelle. Pour certaines, l’accouchement sera un danger mortel au lieu d’être une expérience positive.

Pour des millions d’autres femmes et de filles, notamment celles qui vivent dans l’ombre du conflit dans l’est de l’Ukraine depuis huit ans, la violence basée sur le genre est un problème grave qu’elles ne connaissent que trop bien. Selon une enquête de l’UNFPA réalisée en 2019, près de 67 % des femmes du pays rapportent avoir subi au moins une forme de violence depuis l’âge de 15 ans, et une sur trois des violences physiques ou sexuelles. La crise et le déplacement des populations accroissent les risques auxquels elles sont exposées en matière de violences diverses, physiques et sexuelles notamment.

L’impact des hostilités se fait sentir dans toute la région. Plus de 5,2 million de personnes ont fui, cherchant refuge dans les pays voisins comme la Pologne, la République de Moldavie, la Slovaquie, la Hongrie, la Roumanie et la Biélorussie. On estime que 7,7 millions de personnes supplémentaires sont déplacées à l'intérieur du pays (au 25 avril 2022).

L’UNFPA travaille depuis des dizaines d’années avec ses partenaires en Ukraine et les autorités locales pour élargir l’accès aux services de protection et de santé sexuelle et reproductive dans les zones isolées, grâce au déploiement de cliniques mobiles et d’espaces et services spécialisés dédiés aux femmes et aux filles risquant de subir des violences.

L’UNFPA maintient sa présence sur le terrain et se prépare à renforcer sa capacité opérationnelle pour proposer des produits et services essentiels de santé sexuelle et procréative. Nous travaillons également avec les pays frontaliers de l’Ukraine pour répondre aux besoins immédiats des réfugié·e·s en matière de santé sexuelle et reproductive, particulièrement ceux des femmes et des filles et des groupes vulnérables comme les personnes âgées.

Notre priorité aujourd’hui est de protéger la santé et les droits des femmes et des filles, y compris celui d’accoucher en toute sécurité et de vivre libres de toute violence ou abus.

Mise à jour le 25 avril 2022