Partenariat H6

Le partenariat H6 (anciennement H4+) conjugue les forces collectives de l’UNFPA, de la Banque mondiale, l’OMS, ONU Femmes, l’ONUSIDA, l’UNFPA et l’UNICEF pour faire progresser la stratégie globale Toutes les femmes, tous les enfants. Il soutient les initiatives et actions nationales en faveur de la santé des femmes, des enfants et des adolescents.

Depuis 2008, ce partenariat aide les pays à renforcer leurs systèmes de santé et à améliorer les services de santé pour les femmes, les enfants et les nouveau-nés, là où leur mortalité atteint des taux inquiétants alors que les causes sont évitables.

En 2016, le Secrétaire général de l’ONU a lancé un appel à atteindre plus rapidement les Objectifs de développement durable en matière de santé, et a établi une stratégie mondiale pour la santé des femmes et des enfants : elle planifie les investissements, les financements, les politiques et les services nécessaires aux progrès attendus. Ainsi, le H6 a intensifié ses efforts, et l’initiative Toutes les femmes, tous les enfants est devenue un mouvement international sans précédent, visant à mettre en œuvre la stratégie globale.

En unissant les prérogatives de six organisations, le partenariat H6 accroît le volume et renforce la cohérence du soutien technique, des engagements politiques, de la sensibilisation et des investissements. Il permet également de réduire les chevauchements et le double emploi, et de renforcer la collaboration en vue d’une meilleure santé sexuelle, reproductive, maternelle, des nouveau-nés, des enfants et des adolescents (SSRMNEA).

Leadership technique

En tant que branche technique de l’initiative Toutes les femmes, tous les enfants, le H6 renforce les capacités des pays à construire des systèmes de santé durables et solides pour améliorer la SSRMNEA. Ce partenariat promeut le progrès par l’action collaborative dans la prévention des problèmes de santé et les déterminants sociaux de la santé des femmes, des enfants et des adolescents.

Ces actions se fondent sur les principes des droits de la personne et de l’égalité de genre, et s’étendent au-delà du simple secteur de la santé, notamment (mais pas uniquement) dans les domaines suivants : éducation, nutrition, eau et assainissement, environnement.

Le H6 joue aussi un rôle essentiel dans la répartition des ressources financières investies, dont le soutien du Mécanisme mondial de financement (MMF), dans les programmes de SSRMNEA, pour s’assurer qu’elles sont utilisées à bon escient et ont l’impact le plus fort possible.

Le H6 a amélioré la cohérence des actions par les moyens suivants :

  1. Le renforcement des systèmes de SSRMNEA : il contribue à toutes les initiatives de construction de systèmes de santé de l’OMS, pour améliorer la capacité d’accueil et la qualité des services de SSRMNEA. Il améliore aussi la qualité des soins, notamment au niveau infranational, et l’intégration de services dans la SSRMNEA, comme le dépistage du VIH, la compétence du personnel soignant, son affectation et sa sensibilisation. Ses interventions sont complémentaires des actions nationales et les catalysent.
     
  2. L’amélioration de l’accès aux services : le H6 fait en sorte que l’accès aux services de SSRMNEA intégrés soit plus facile, en ciblant systématiquement les régions mal desservies et isolées ainsi que les populations pauvres, en exhortant les communautés à renforcer leur demande de services non discriminatoires et de qualité, et en encourageant les femmes, les enfants et les adolescents à faire valoir leurs droits à la santé.
     
  3. La réponse à des besoins nationaux et locaux qui évoluent : le H6 est un partenariat flexible et réactif, qui peut s’adapter et répondre à des priorités et des besoins variables au niveau national, notamment en incluant de nouveaux partenaires de façon stratégique.
     
  4. Le soutien à l’innovation : le H6 encourage l’extension de nouvelles interventions et approches au niveau national, et facilite l’apprentissage des pays entre eux, notamment à travers une coopération sud-sud.
     
  5. L’exploitation d’avantages comparatifs grâce à une répartition informelle des tâches : les partenaires H6 se divisent le travail de façon efficace pour optimiser les contributions individuelles et les forces collectives, ce qui crée une assistance technique et un soutien à une seule voix au niveau national. Ils développent également des outils de connaissance de qualité.

Le H6 tient à ce que l’assistance technique aux pays soit sans faille. Il soutient ainsi le développement de cartes routières, la rationalisation des accords de travail au niveau national et international, une meilleure cohérence politique et opérationnelle, et l’intensification d’actions conjointes en matière de planification, de programmation, de mise en œuvre, de suivi et de responsabilité.

Le H6 œuvre pour le renforcement de la défense de la santé des femmes, des enfants et des adolescents dans le champ politique, en s’assurant que les agences partenaires aient une position commune et ciblent le plus grand nombre de partenaires possible, mais aussi en responsabilisant la société civile dans son effort de sensibilisation et en générant de meilleures informations stratégiques sur les lacunes éventuelles, les déterminants sociaux de la santé, et les retours sur investissement.  

Le partenariat vise à stimuler son pouvoir de mobilisation en négociant un consensus politique multilatéral qui respecte les principes de contrôle national. Son succès est mesuré par la capacité à créer un dialogue stratégique à tous les niveaux et à impliquer d’autres partenaires dans les domaines qui leur correspondent, comme par exemple des réseaux de la société civile, des acteurs extérieurs au domaine de la santé, et des organismes du secteur humanitaire.

Le H6 s’engage à augmenter sa valeur ajoutée, en traduisant la réforme de l’ONU en de meilleurs résultats de santé pour les femmes, les enfants et les adolescents.

Partenaires et pays bénéficiaires

Le H6 est fier de collaborer avec le Département canadien des Affaires étrangères, du commerce et du développement, le Ministère français des Affaires étrangèresJohnson & Johnson, l’Agence suédoise de coopération internationale au développement, l’Agence norvégienne pour le développement international (Norad) et le Département du développement international (DFID) du Royaume-Uni.

Les partenaires H6 possèdent 46 plateformes potentielles, qui comptent de plus en plus de mécanismes de coordination fonctionnels dans des pays lourdement touchés, avec des financements de donateurs comme soutien des activités H6 au niveau international et dans les 27 pays suivants :

Afghanistan, Bangladesh, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte d’Ivoire, Éthiopie, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Liberia, Mali, Malawi, Mozambique, Niger, Nigeria, Ouganda, Pakistan, République démocratique du Congo, Sénégal, Sierra Leone, Tanzanie, Tchad, Togo, Zambie et Zimbabwe.

Pour des informations régulières sur ce partenariat, consultez le site du H6.