Actualités

« Nous avons aussi des désirs sexuels »: les jeunes handicapées demandent l’accès à l’information et aux services

« Nous avons aussi des désirs sexuels »: les jeunes handicapées demandent l’accès à l’information et aux services
Sithembile Mabuza from Eswatini has a disability but she still wants to have a husband and children. © UNFPA ESARO/Lindiwe Siyaya
  • 03 December 2019

NATIONS UNIES, New York - Pour Anisia Byukusenge, la violence basée sur le genre est la principale menace pour les femmes et les filles ayant une déficience visuelle. Si elle devait être victime de violence en tant que femme aveugle, elle ne se sentirait pas en confiance devant la justice.

« Mon témoignage serait inutile. L'auteur sait que rien ne lui arrivera », a déclaré Mme Byukusenge, membre du Conseil national pour les personnes handicapées au Rwanda, en mai dernier lors d'une conférence sur les droits reproductifs et sexuels des jeunes handicapés à Johannesburg en Afrique du Sud.

Aujourd'hui, le 3 décembre est la Journée internationale des personnes handicapées, une journée pour reconnaître les besoins non satisfaits de cette population. Dans le monde entier, les droits des personnes handicapées sont compromis à la fois par la discrimination et par le manque de services de santé en matière de procréation.

Sans les informations nécessaires, les personne atteintes d’un handicap sont souvent incapables de gérer leurs  relations intimes en toute sécurité, ce qui les rend extrêmement vulnérables à la violence sexiste. De ce fait, certaines femmes handicapées ont jusqu'à 10 fois plus de problèmes sexospécifiques que les femmes non handicapées. Les enfants et les jeunes handicapés subissent jusqu'à quatre fois plus de violence que leurs pairs non handicapés.


Les personnes handicapées veulent changer la perception qu'elles ne veulent pas
besoin d'informations sur la santé sexuelle et reproductive. © UNFPA
BUREAU / Lindiwe Siyaya

«Nous sommes des êtres humains»

Il est généralement admis que les jeunes personnes handicapés n'ont pas besoin d'informations sur la santé sexuelle et reproductive. Elles sont souvent considérées comme incapables de prendre des décisions concernant leur corps. Cette perception doit changer, préconisent les avocats.

« La plupart du temps, on suppose que les femmes handicapées sont asexuées, ne veulent pas planifier leur famille ou ont des enfants », a déclaré Lizzie Kiama, directrice de l'organisation Thisability, basée au Kenya. C'est pourquoi, a-t-elle souligné, de nombreux prestataires de santé ne se donnent pas la peine d'étendre l'information sur les droits sexuels et reproductifs aux femmes handicapées. Et quand ils le font, l’information n’est ni exhaustive ni inclusive.

« Les femmes handicapées sont toujours des êtres sexuels, avec des sentiments sexuels », a affirmé Hlobisile Masinga d'Afrique du Sud. « [Mais] le personnel des services de santé ne nous informe pas parce qu’ils ne s’attendent pas à ce que nous ayons des relations sexuelles. »

«Les femmes et les jeunes handicapés sont les experts de leurs propres besoins»

Pour étendre la protection contre la violence sexiste et la santé sexuelle et reproductive à tous les jeunes, partout dans le monde, un rapport de l’UNFPA d'octobre 2018 appelait à mettre fin à la stigmatisation et à la discrimination, y compris l'idée fausse que les jeunes handicapés ne sont pas intéressés par le sexe ou sont incapables de prendre des décisions corps. Le rapport contenait également des directives visant à rendre les services de santé sexuelle et procréative plus inclusifs et accessibles aux femmes et aux jeunes handicapés.


Les directives de L’UNFPA ont été bien accueillies par les défenseurs
des personnes atteintes de handicap à Johannesburg. © UNFPA ESARO / Lindiwe Siyaya

Les lignes directrices incitent les prestataires de santé à toujours demander à la personne handicapée si elle a besoin de services, car « les femmes et les jeunes handicapés sont les experts de leurs propres besoins, des obstacles qu’ils rencontrent et des adaptations nécessaires pour un accès égal aux services  » Bien que les directives aient été bien accueillies, les avocats réunis à Johannesburg ont souligné qu’elles devaient être pleinement mises en œuvre pour que de réels progrès puissent être réalisés.

« Si nous appliquions réellement le contenu de la ligne directrice et toutes les actions requises par les différents acteurs ... nous obtiendrions vraiment une solution à la plupart des problèmes auxquels nous sommes confrontés », a déclaré Selawem Tsenga du département des besoins spéciaux du ministère éthiopien de la Défense. Éducation.

Mme Byukusenge a souligné que les personnes comme elle méritaient de compter sur un avenir où leurs droits seraient défendus: « Nous, femmes et jeunes handicapés, méritons le respect, nous méritons la dignité, nous méritons de vivre sans violence. Ce n'est pas une faveur, je le jure, c'est tout à fait notre droit.  »

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X