© Leo Mateus for UNFPA

Journée internationale contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie

17 Mai 2022

Global

La phrase « Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits » apparaît dans l’article 1 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, et bien que l’Assemblée générale des Nations Unies ait proclamé ce document comme « l’idéal commun à atteindre par tous les peuples et toutes les nations » en 1948, ce n’est qu’en 1990 que l’homosexualité a été retirée de la liste des maladies mentales par l’Organisation mondiale de la santé (le 17 mai, d’où la date de cette journée de commémoration).

Cependant, plus d’un tiers encore des pays criminalisent les relations entre personnes de même sexe ou de même genre. Les personnes LGBTQIA+ font face à des préjugés, des discriminations, de la stigmatisation, de l’hostilité et de la violence. On les prive de protection juridique, de soins essentiels de santé, de leurs droits civils et humains, et notamment du droit à l’autonomie corporelle lorsqu’on les force à subir des traitements médicaux ou des opérations chirurgicales non nécessaires. 

Cette année, le thème de la journée du 17 mai est « Nos corps, nos vies, nos droits ». L’UNFPA s’engage en faveur des droits et des choix pour toutes et tous. Chacun et chacune dispose du droit fondamental à prendre des décisions sur son corps, sa vie et son avenir. Pourtant, bien trop de personnes marginalisées ne peuvent pas considérer ce droit comme acquis. Elles ne peuvent pas réaliser leur plein potentiel sans exercer leur autonomie corporelle, car ce droit est celui qui sous-tend tous les autres.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X