Rapport annuel 2021

© UNFPA Mozambique/Mbuto Machili

En 2021, l’UNFPA a continué de répondre aux besoins des femmes et des filles avec rapidité et ingéniosité, malgré les défis actuels posés par la pandémie de COVID-19. En dépit des profondes perturbations des chaînes d’approvisionnement et des services de planification familiale, de la surcharge des systèmes de santé et de la montée de la violence basée sur le genre, l’organisation a enregistré ses meilleurs résultats dans la réalisation des principaux produits de son plan stratégique de quatre ans. À elles seules, les opérations humanitaires de l'UNFPA ont permis en 2021 à plus de 29 millions de femmes de bénéficier d'informations et de services en matière de santé sexuelle et procréative, ont soutenu 1,5 million d'accouchements sans risque et ont aidé des millions de survivant(e)s de violence basée sur le genre. Les services de téléconsultation, le soutien psychologique en ligne et par téléphone, et l’apprentissage numérique ont été intégrés avec facilité dans de nombreux programmes et opérations, ce qui a permis à l’UNFPA d’atteindre plus de personnes, dans des situations plus exigeants qu’auparavant.

Ces succès témoignent de la perspicacité, de la vision et du leadership de nos bureaux à travers le monde. Par ailleurs, ils soulignent le renforcement de la collaboration et de l’appui de l’UNFPA aux organisations communautaires, dirigées par des femmes et avec des objectifs féministes. Nous avons constaté cela dans la région de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe, où l’UNFPA s’est associé à diverses parties prenantes pour assurer l’appropriation et l’adhésion aux programmes à tous les niveaux, qu’il s’agisse de la collaboration avec les dirigeants religieux pour prévenir les mutilations génitales féminines, de la promotion de l’âge minimum du consentement dans les législations relatives au mariage ou de la formation des organismes gouvernementaux sur la collecte de données. En Amérique latine et dans les Caraïbes, l’UNFPA a mis l’accent sur les efforts déployés aux niveaux national, régional et international pour défendre les droits des personnes exclues, notamment au moyen de stratégies globales visant à atteindre les groupes marginalisés et à leur donner les moyens d’agir.

L’UNFPA s’est également montré à la hauteur dans un contexte où les appels à l’appui sur les questions démographiques se multipliaient. En Europe de l’Est et en Asie centrale, l’UNFPA s’est attaché en priorité à relever les défis démographiques, ce qui a abouti au lancement de la Décennie de la résilience démographique qui vise à encourager l’action en s’appuyant sur des données probantes et les droits fondamentaux. En Afrique de l'Ouest et centrale, l'UNFPA a travaillé dans le cadre du projet SWEDD “Autonomisation des Femmes et Dividende Démographique au Sahel” pour aborder les questions touchant à l'éducation et à l'emploi, à l'accès universel à la santé et aux droits sexuels et procréatifs et à l'égalité des genres. Dans les États arabes, l'accent a été placé sur la sensibilisation du public et la fourniture de services, ainsi que sur l'introduction d'un outil permettant de suivre et de mesurer les progrès réalisés en matière de santé et de droits sexuels et procréatifs. Enfin, dans la région Asie-Pacifique, l'UNFPA a été en mesure de garantir des services vitaux pour les femmes et les filles en Afghanistan, au Bangladesh, au Myanmar et ailleurs, tout en intensifiant le plaidoyer en faveur de politiques démographiques ancrées dans les droits fondamentaux.

L’UNFPA est en train de clore le chapitre de son Plan stratégique 2018-2021, une période qui a connu à la fois une ambition sans précédent, sous la forme de résultats transformateurs de l’UNFPA, et des défis majeurs. Cette expérience a renforcé notre organisation. Nous sommes déterminés dans nos objectifs et nous avons la certitude que nous pouvons continuer d’agir pour les femmes et les filles.

Agir à l’échelle mondiale

© UNFPA Jordan
Icon

Agir à l’échelle mondiale

12,7 millions grossesses non désirées évitées*

39 000 décès maternels évités*

1,9 millions survivantes de mutilations génitales féminines ayant bénéficié de services d’urgence

5 millions avortements non médicalisés évités*

4,9 millions filles marginalisées ayant bénéficié de programmes d’autonomie fonctionnelle

2,3 millions survivant(e)s de violence basée sur le genre ayant bénéficié de services d’urgence

82 000 nouvelles infections à VIH évitées*

31 000 survivant(e)s de violence basée sur le genre handicapé(e)s bénéficié de services d’urgence

1,5 millions accouchements sans risques assistés dans 29 pays touchés par une crise humanitaire

3 millions filles ayant bénéficié de services de prévention et/ou de protection soutenus par l’UNFPA, ainsi que de soins relatifs aux mariages d’enfants, précoces ou forcés

* Impact mondial des contraceptifs fournis par l’UNFPA

Moyens de contraception fournis par l’UNFPA dans le monde :

Préservatifs
masculins
744 371 136

Préservatifs
féminins
7 930 300

Contraceptifs
oraux
(pilule contraceptive)
64 614 408

Doses de contraceptifs
injectables
36 734 143

Implants
contraceptifs
6 365 089

Dispositifs
intra-utérins (DIU)
1 146 666

Contraceptifs
d’urgence
1 883 900

Tubes de lubrifiants
personnels
175 414 935

Icon

Ressources et charges 2021

Donateurs et contributions En dollars US

US$

Suède

64 105 585

Norvège

54 271 356

Allemagne

47 769 765

Pays-Bas

40 490 798

Finlande

39 379 475

Danemark

37 134 841

les États-Unis d'Amérique

30 800 000

Suisse

17 410 229

Japon

16 000 000

Canada

12 206 573

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

10 936 994

Belgique

10 701 546

Australie

6 564 651

Nouvelle-Zélande

4 297 994

Irlande

4 103 165

Luxembourg

3 631 961

Italie

3 026 634

Pakistan

1 677 108

Chine

1 480 000

France

1 232 311

Nations Unies et transferts interorganisationnels

247 443 828

Canada

73 239 960

les États-Unis d'Amérique

62 533 445

Suède

61 559 737

Commission européenne

58 936 882

Norvège

54 398 825

Pays-Bas

51 846 851

Danemark

50 244 072

Bangladesh

38 800 000

la République de Corée

36 695 868

Australie

34 287 105

Fondation Bill et Melinda Gates

26 057 558

France

24 764 604

Anonymes

20 000 000

Japon

19 507 127

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

17 828 945

la République démocratique du Congo

17 589 919

Suisse

16 270 711

Organisation Ouest Africaine de la Santé

15 980 000

Finlande

14 614 447

Afghanistan

1 000

Albanie

5 000

Algérie

10 000

Arménie

3 000

Australie

6 564 651

Autriche

232 558

Bangladesh

35 000

Belgique

10 701 546

Bhoutan

5 925

Bolivie (État plurinational de)

6 000

Botswana

4 675

Bulgarie

11 723

Burkina Faso

10 911

Canada

12 206 573

Chine

1 480 000

Comores

942

Costa Rica

4 614

Cuba

5 000

Danemark

37 134 841

Égypte

24 762

Érythrée

5 000

Estonie

70 505

Eswatini

60 000

Éthiopie

1 390

Finlande

39 379 475

France

1 232 311

Gambie

3 868

Géorgie

20 000

Allemagne

47 769 765

Ghana

30 000

Guinée-Bissau

2 000

Guyana

2 815

Honduras

2 671

Islande

541 084

Inde

500 000

Indonésie

13 131

Irak

50 000

Irlande

4 103 165

Israël

10 000

Italie

3 026 634

Japon

16 000 000

Jordanie

49 930

Kazakhstan

10 000

Kenya

10 000

Kirghizistan

50

Liechtenstein

27 115

Luxembourg

3 631 961

Madagascar

14 091

Malawi

11 993

Malaisie

15 000

Mauritanie

3 449

la République de Maurice

2 503

Mexique

55 583

Micronésie (États fédérés de)

3 000

Mongolie

4 000

Maroc

11 742

Myanmar

2 760

Népal

5 010

Pays-Bas

40 490 798

Nouvelle-Zélande

4 297 994

Nicaragua

2 500

Niger

118 952

Norvège

54 271 357

Pakistan

1 677 108

la République du Panama

10 000

Pérou

1 082

Philippines

23 827

Portugal

242 117

Qatar

29 960

la République de Corée

195 608

Moldavie, République de

3 000

Roumanie

10 000

Fédération de Russie

300 000

Rwanda

5 000

Saint-Kitts-et-Nevis

1 000

Arabie Saoudite

500 000

Sénégal

11 870

Serbie

5 000

Singapour

5 000

Slovaquie

6 036

Afrique du Sud

41 859

Sri Lanka

18 000

Soudan

30 000

Suède

64 105 586

Suisse

17 410 229

Tadjikistan

797

Thaïlande

150 000

Togo

21 471

Tonga

995

Trinité-et-Tobago

5 000

Turkménistan

7 000

Ouganda

10 147

Ukraine

25 000

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord

10 936 994

Émirats arabes unis

10 000

les États-Unis d'Amérique

30 800 000

UPSPG

55 944

Ouzbékistan

10 000

Viet Nam

40 000

Zambie

5 308

Zimbabwe

30 000

Contributions privées

1 230 170

Contribution des gouvernements aux coûts des bureaux locaux*

294 192

* Chiffres de 2021 provisoires à la date du 1 avril 2022.

L'UNFPA est financé par des contributions volontaires qui relèvent de deux catégories distinctes:

1 Les contributions aux ressources de base (aussi appelées « ressources ordinaires », « ressources non affectées » ou « sans restrictions »), qui désignent des ressources dont l’utilisation n’est pas réservée à des fins particulières ;

2 Les contributions aux ressources diverses (aussi appelées « autres ressources » ou « ressources diverses »), qui correspondent à des ressources dont l’utilisation est réservée à des fins particulières.

Programmes et budget institutionnel Charges par région En dollars US

 

 

Ressources ordinaires

Ressources diverses

Budget institutionnel

TOTAL

Afrique de l’Est et Afrique australe

Ressources ordinaires

55,1

Ressources diverses

165,2

Budget institutionnel

21,2

TOTAL

241,5

Afrique de l'Ouest et Afrique centrale

Ressources ordinaires

49

Ressources diverses

137,5

Budget institutionnel

19,8

TOTAL

206,3

États arabes

Ressources ordinaires

27,9

Ressources diverses

176,6

Budget institutionnel

13,1

TOTAL

217,6

Asie et Pacifique

Ressources ordinaires

56,4

Ressources diverses

121,6

Budget institutionnel

19,9

TOTAL

197,9

Amérique latine et Caraïbes

Ressources ordinaires

26,3

Ressources diverses

36,9

Budget institutionnel

13,7

TOTAL

76,9

Europe de l’Est et Asie centrale

Ressources ordinaires

16,1

Ressources diverses

43,6

Budget institutionnel

7,4

TOTAL

67,1

Interventions mondiales et régionales – données mondiales

Ressources ordinaires

18,4

Ressources diverses

-

Budget institutionnel

-

TOTAL

18,4

Activités mondiales

Ressources ordinaires

-

Ressources diverses

155,8

Budget institutionnel

91,6

TOTAL

247,4

TOTAL

Ressources ordinaires

249,2

Ressources diverses

837,2

Budget institutionnel

186,7

TOTAL

1 273,1

Dépenses de programme par pays inclut les ressources ordinaires et diverses

$M

Angola

3,3

Botswana

1,2

Burundi

4,1

Comores

1,4

la République démocratique du Congo

26,9

Érythrée

1,3

Eswatini

1,4

Éthiopie

21,3

Kenya

6,9

Lesotho

1,4

Madagascar

7,9

Malawi

16,2

la République de Maurice

0,2

Mozambique

22,9

Namibie

1,6

Rwanda

3,4

Afrique du Sud

2,5

Soudan du Sud

20,8

Ouganda

24,1

Tanzanie

17,3

Zambie

10,1

Zimbabwe

15,0

Total des activités par pays/territoire

211,2

Activités régionales

9,1

Total pour l'Afrique de l'Est et Afrique australe

220,3

Bénin

7,3

Burkina Faso

12,9

Cabo Verde

0,7

Cameroun

10,5

République Centrafricaine

4,4

Tchad

8,1

la République démocratique du Congo

2,3

Côte d'Ivoire

10,1

la République de Guinée équatoriale

1,5

Gabon

1,0

Gambie

3,4

Ghana

7,1

Guinée

7,6

Guinée-Bissau

2,3

Libéria

7,9

Mali

17,6

Mauritanie

2,3

Niger

22,2

Nigéria

25,3

São Tomé et Príncipe

0,7

Sénégal

7,5

Sierra Leone

8,9

Togo

5,0

Total des activités par pays/territoire

176,6

Activités régionales

9,9

Total pour l'Afrique de l'Ouest et Afrique centrale

186,5

Algérie

0,5

la République de Djibouti

1,5

Égypte

13,4

Irak

24,8

Jordanie

11,1

la République libanaise

6,6

la Libye

6,1

Maroc

2,2

Oman

1,2

la République fédérale de Somalie

26,4

Palestine (État de)

7,4

Soudan

16,4

la République arabe syrienne

29,4

Tunisie

1,2

Yémen

50,4

Total des activités par pays/territoire

198,6

Activités régionales

5,9

Total pour les États arabes

204,5

Afghanistan

13,7

Bangladesh

50,5

Bhoutan

0,6

Cambodge

2,6

Chine

2,5

la République populaire démocratique de Corée

0,8

Inde

9,0

Indonésie

7,1

la République islamique d'Iran

4,0

République démocratique populaire lao

2,7

Malaisie

0,4

Maldives

0,6

Mongolie

3,0

Myanmar

14,2

Népal

8,6

Îles du Pacifique (multipays) [1]

11,2

Pakistan

13,4

l'État indépendant de Papouasie-Nouvelle-Guinée

5,0

Philippines

7,5

Sri Lanka

2,0

Thaïlande

1,0

Timor oriental

2,3

Viet Nam

7,7

Total des activités par pays/territoire

170,4

Activités régionales

7,6

Total pour l'Asie et le Pacifique

178,0

Albanie

1,3

Arménie

1,1

Azerbaïdjan

1,4

Biélorussie

1,1

Bosnie-Herzégovine

1,9

Géorgie

1,4

Kazakhstan

1,3

Kosovo [3]

1,1

Kirghizistan

2,0

Moldavie, République de

2,5

Macédoine du Nord

0,6

Serbie

0,6

Tadjikistan

2,6

Türkiye

23,2

Turkménistan

1,1

Ukraine

7,8

Ouzbékistan

3,1

Total des activités par pays/territoire

54,1

Activités régionales

5,6

Total pour l'Europe de l’Est et l'Asie centrale

59,7

la République argentine

1,0

Bolivie (État plurinational de)

3,1

La République fédérative du Brésil

3,0

Caraïbes (multipays) [2]

4,1

la République du Chili

0,1

Colombie

4,5

Costa Rica

0,7

Cuba

0,8

République Dominicaine

1,2

la République de l'Équateur

2,2

Salvador (Le)

2,6

Guatemala

3,3

Haïti

11,6

Honduras

3,9

Mexique

5,0

Nicaragua

2,4

la République du Panama

0,9

Paraguay

1,5

Pérou

1,5

Uruguay

1,5

Venezuela, la République bolivarienne du

2,4

Total des activités par pays/territoire

57,3

Activités régionales

5,9

Total pour l'Amérique latine et Caraïbes

63,2

1 Les chiffres relatifs aux îles du Pacifique (multipays) englobent les pays suivants : États fédérés de Micronésie, Fidji, Îles Cook, Îles Marshall, Îles Salomon, Kiribati, Nauru, Nioué, Palaos, Samoa, Tokélaou, Tonga, Tuvalu et Vanuatu.

2 Les chiffres relatifs aux Caraïbes (multipays) englobent les pays suivants : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Antilles néerlandaises, Aruba, Bahamas, Barbade, Belize, Bermudes, Curaçao, Dominique, Grenade, Guyane, Îles Caïmanes, Îles Turques et Caïques, Îles Vierges britanniques, Jamaïque, Montserrat, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Sainte-Lucie, Sint Maarten, Suriname, Trinité-et-Tobago.

3 Les références au Kosovo s’entendent dans le contexte de la résolution 1244 (1999) du Conseil de sécurité.

Produits et charges En dollars US

$M

Ressources ordinaires

Contribution aux ressources de base

412,6

À déduire : transfert à d’autres recettes pour le remboursement des charges fiscales

(4,7)

Autres produits

103,9

Total des produits relatifs aux ressources de base

511,8

Ressources diverses

Contributions brutes aux autres ressources

1 051,5

À déduire : remboursements aux donateurs

(6,4)

À déduire : coûts indirects

(58,9)

À déduire :provisions pour contributions recevables douteuses

(1,2)

Autres produits

8,5

Total des produits relatifs aux ressources diverses

993,5

Montant total des produits

1 505,3

Ressources ordinaires

Programmes de pays, interventions mondiales et régionales (IMR) et autres activités relatives aux programmes

249,2

Budget institutionnel

186,7

Institutionnel

13,8

Total des charges engagées sur les ressources ordinaires

449,7

Ressources diverses

Programmes de pays, interventions mondiales et régionales (IMR) et autres activités relatives aux programmes

837,2

Institutionnel

13,8

Total des charges engagées sur les ressources diverses

851,0

MONTANT TOTAL DES CHARGES

1 300,7

* Aous les chiffres sont provisoires et sujets à un audit externe. En outre, dans la mesure où ils ont été arrondis, leurs totaux peuvent ne pas correspondre à la somme des chiffres partiels.

Réalisation de notre Plan stratégique 2018-2021

© UNFPA Mozambique/Mbuto Machili
Icon

Réalisation de notre Plan stratégique
2018-2021

Le Plan stratégique 2018-2021 était le premier de trois plans stratégiques consécutifs conçus pour aider l’UNFPA dans sa contribution à la réalisation des trois résultats transformateurs et des objectifs de développement durable. Pourtant, ces quatre années ont également vu émerger d’importants défis dans cette mission. Outre la pandémie de COVID-19, le monde a connu une augmentation des inégalités, des menaces liées au changement climatique, ainsi que des crises humanitaires multiples. L’opposition à la santé et aux droits en matière de sexualité et de procréation est restée élevée à travers le monde, et dans le même temps, les niveaux de l’aide publique au développement en faveur de la santé et des droits en matière de sexualité et de procréation se sont abaissés. Les données disponibles indiquent que les progrès vers la réalisation des objectifs de développement durable ont été insuffisants.

Malgré ces difficultés, l’UNFPA a accompli des progrès cumulatifs importants dans la réalisation des résultats et des objectifs escomptés : l’intervention humanitaire et sa portée ont augmenté. Le nombre d’accouchements se déroulant en présence de personnel qualifié a augmenté de 17 % au cours de la période 2014-2020 par rapport à la période 2007-2013, et dans les pays prioritaires de l’UNFPA, ce nombre a augmenté de 44 %. Soixante-treize pour cent des pays ont adopté des lois et des règlements qui garantissent aux femmes et aux hommes âgés de 15 ans et plus un accès total et égalitaire aux soins, à l’information et aux services en matière de santé sexuelle et procréative ; ces pays ont atteint 97 % de l’objectif de fin du plan.

71.4 millions grossesses non désirées évitées*

200 000 décès maternels évités*

450 000 nouvelles infections à VIH évitées*

22 millions avortements non médicalisés évités*

12,5 millions accouchements sans risques assistés dans des pays touchés par une crise humanitaire

570 000 filles ayant été sauvées de la mutilation génitale féminine

50 500 femmes et filles vivant avec une fistule obstétricale ayant reçu un traitement

255 millions années de protection offertes aux couples grâce aux contraceptifs fournis par l’UNFPA

Résultats cumulés 2018-2021
* Impact mondial des contraceptifs fournis par l’UNFPA

Des progrès ont été réalisés, mais il en faut plus

Des progrès ont également été réalisés pour atteindre les trois résultats transformateurs de l’UNFPA, à savoir l’élimination des décès maternels évitables, l’élimination des besoins non satisfaits en matière de planification familiale et l’élimination de la violence basée sur le genre et des pratiques néfastes. Dans certains cas, le rythme des progrès s’est même accéléré par rapport à la décennie précédente. Cependant, si nous voulons atteindre nos objectifs, une accélération supplémentaire doit avoir lieu.

Mettre un terme aux décès maternels évitables

Entre 2000 et 2017, la mortalité maternelle a diminué de 35 % à travers le monde. Les nouvelles estimations mondiales ne sont pas encore disponibles pour afficher les progrès réalisés au cours de la période 2017-2021. Néanmoins, certains signes indiquent que l’augmentation des investissements dans la santé maternelle et le renforcement des systèmes de santé a des conséquences positives, y compris le nombre croissant de sages-femmes formées selon les normes internationales.

Malheureusement, même avant l’apparition de la pandémie de COVID-19, les progrès se sont avérés trop lents pour atteindre l’objectif de développement durable sur la réduction de la mortalité maternelle, et des analyses montrent que la pandémie a probablement entravé ces efforts.

Mettre fin à la non-satisfaction des besoins de planification familiale

Les besoins non satisfaits en matière de planification familiale ont diminué entre 2018 et 2021, et le taux de diminution s’est avéré légèrement plus élevé dans certaines régions par rapport à la période de quatre ans précédente. À l’échelle mondiale, 49 % des femmes ou de leurs partenaires utilisaient au moins une méthode de contraception, ce qui représente 77 % de l’objectif du plan stratégique. Et en 2021, 77 % des femmes en âge de procréer satisfaisaient leurs besoins en matière de planification familiale grâce à des méthodes modernes, ce qui représente 93 % de l’objectif du plan stratégique.

Pourtant, le taux de diminution n’est pas suffisant pour mettre fin aux besoins non satisfaits en matière de planification familiale d’ici 2030.

À l’échelle mondiale, la proportion de femmes en âge de procréer qui ont des besoins non satisfaits en matière de planification familiale s’est maintenue autour de 9 % au cours des deux dernières décennies. Les données les plus récentes montrent que près de la moitié de toutes les grossesses dans le monde sont non désirées, et que beaucoup d’entre elles entraînent des avortements non médicalisés, ce qui contribue au nombre élevé de décès maternels.

Mettre un terme à la violence basée sur le genre et à toutes les pratiques néfastes, y compris la mutilation génitale féminine et le mariage d’enfants, le mariage précoce ou le mariage forcé

Les données sur la prévalence mondiale de la violence basée sur le genre restent rares et les perturbations liées à la pandémie ont entravé la collecte de données fiables au cours des quatre dernières années. Les données de 2000 à 2018 indiquent qu’environ 736 millions de femmes, soit près d’une sur trois, ont été victimes de violences exercées au sein du couple, de violences sexuelles de la part d’un tiers, ou des deux au moins une fois au cours de leur vie. D’autres preuves ayant émergé au cours de la pandémie, telles que le nombre d’appels aux services d’assistance téléphonique et de résultats de recherche en ligne, indiquent une vague invisible de violence basée sur le genre qui a eu lieu pendant les confinements relatifs à la pandémie COVID-19. Malgré ces données peu réjouissantes, il existe des signes prometteurs indiquant que les attitudes et les normes sont en train de changer partout dans le monde. Les engagements pris au niveau mondial lors du Sommet de Nairobi sur la CIPD en 2019 et du Forum Génération Égalité en 2021 ont montré que les pays ont la ferme conviction que les progrès de l’humanité passent par la mise en sécurité et la participation des femmes et des filles.

Depuis 2000, la prévalence des mutilations génitales féminines a diminué de 25 %, avec une diminution plus rapide entre 2015 et 2020 par rapport à la période 2010-2015. En outre, les données montrent que 25 millions de mariages d’enfants ont été évités au cours de la dernière décennie, grâce à des progrès accélérés visant à éliminer de cette pratique. Néanmoins, comme c’est le cas pour tous les résultats transformateurs de l’UNFPA, le rythme de cette diminution s’est avéré inégal et il reste insuffisant pour atteindre l’objectif fixé à l’horizon 2030.

Alors que l’organisation entame la prochaine phase de son parcours vers 2030, à savoir son Plan stratégique 2022-2025, les enseignements de ces quatre dernières années auront une importance majeure. Ils nous montrent que des progrès peuvent être réalisés même dans des conditions qui paraissent impossibles. Nous devons maintenant accélérer considérablement ces progrès par l’investissement et l’action.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X