Voix des filles-épouses à travers le monde
1 Février 2018
  • Le mariage d’enfants est fréquent. C’est un phénomène qui a lieu partout dans le monde. Au Nicaragua, Irayda a quitté son foyer pour se marier à l’âge de 14 ans. « J’étais enceinte avant même de fêter mes 15 ans », a-t-elle dit. © UNFPA Nicaragua
  • Chaque année, des millions de filles sont mariées de force. Dans les pays à revenu faible, 26% des jeunes femmes sont mariées avant l'âge adulte. Au Myanmar, cette fille a été mariée à l'adolescence. © UNFPA Myanmar/Yenny Gamming
  • La pauvreté et l'inégalité entre les genres sont les principaux moteurs du mariage d’enfants. Au Malawi, Fanny a été mariée à 17 ans. « Mes parents étaient accablés par la pauvreté, mais je n’étais pas prête », a-t-elle dit. © UNFPA Malawi
  • Les responsabilités d’épouse éloignent les jeunes filles des bancs de l’école. À Kaboul, le mari de Leda l'a forcé à quitter le lycée. Dans la salle de classe, sa chaise est vide.© UNFPA Afghanistan
  • Les filles qui quittent l'école sont extrêmement vulnérables au mariage d’enfants. « Si je quitte l’école, je serai mariée immédiatement », a déclaré Kabita, une népalaise de 16 ans. © UNFPA Népal / Dhana Bahadur Lamsal
  • Les filles-épouses sont vulnérables à la violence. « Ils m’ont passée à tabac. Une raclée comme j’en avais jamais eue », a déclaré Eunice, une kenyane. Elle s'est échappée et a pu retourner à l'école. Luca Zordan pour UNFPA
  • La violence laisse une marque indélébile et affecte le bien-être physique, émotionnel et mental des filles. « Je voulais mettre fin à mes jours », a déclaré une afghane mariée à l'âge de 12 ans (ce sont ses chaussures). © UNFPA Afghanistan
  • Les filles-épouses sont souvent poussées à devenir mères prématurément. « Ma soeur n'était pas prête à se marier à 17 ans », a déclaré Puja, une népalaise. « Elle est devenue mère juste après.» © UNFPA Népal / Dhana Bahadur Lamsal
  • Les complications liées à la grossesse sont les principales causes de mortalité chez les adolescentes. « J'ai endommagé ma colonne vertébrale à cause de cette grossesse précoce », a déclaré Ameena, une yéménite mariée à 15 ans. © UNFPA
  • La grossesse augmente également le risque de mariage d’enfants. Au Kenya, le père de Pamela a essayé de la marier de force après qu'elle soit tombée enceinte. Elle a fui. « Si je rentre à la maison, il va me tuer », a-t-elle dit. Luca Zordan pour l'UNFPA
  • Les garçons sont également mariés de force (environ 1 sur 25). « J'étais un enfant », a déclaré ce jeune yéménite marié à l'âge de 16 ans. Sa femme avait 13 ans. «Mon père m'a ordonné de me marier, alors je me suis marié. » © UNFPA Yémen
  • L'autonomisation des jeunes peut mettre fin à cette pratique si ils ont accès aux informations sur leur santé sexuelle et reproductive et sur leurs droits. « Je ne suis pas prête à me marier », a déclaré Yuridia, une mexicaine de 11 ans. © UNFPA Mexique
  • Lorsqu’elles en ont l'opportunité, les jeunes filles peuvent avoir des rêves plus ambitieux qu'un mariage précoce. « Je veux continuer mes études et avoir une profession », a déclaré Maybelle, 15 ans, au Salvador. © UNFPA El Salvador
  • Informer les jeunes et leurs communautés sur les méfaits du mariage d’enfants peut aider à y mettre fin. « Je pense que ce n'est pas une bonne idée que les jeunes enfants soient mariés », a déclaré Faina, 18 ans. © UNFPA Comores
  • Et les familles peuvent aussi faire de meilleurs choix. « Quand je suis tombée enceinte, ma mère a refusé de me laisser partir avec le garçon responsable. Je pense qu'elle a pris la bonne décision », a déclaré Edna, âgée de 17 ans. © UNFPA Malawi