Lumière sur le Kenya en prévision du Sommet de Nairobi

7 Mars 2019
Le Président Uhuru Kenyatta et la Directrice générale de l’UNFPA ont salué le partenariat solide qui unit le gouvernement du Kenya et l’UNFPA. Ensemble, ils organiseront le Sommet de Nairobi sur la CIPD25 en novembre. Image reproduite avec l'aimable autorisation de PSCU.
Le Président Uhuru Kenyatta et la Directrice générale de l’UNFPA ont salué le partenariat solide qui unit le gouvernement du Kenya et l’UNFPA. Ensemble, ils organiseront le Sommet de Nairobi sur la CIPD25 en novembre. Image reproduite avec l'aimable autorisation de PSCU.

Nairobi, KENYA – Le président du Kenya, Uhuru Kenyatta, a salué le partenariat solide qui unit son gouvernement à l’UNFPA, lors d'une réunion avec la directrice exécutive de l’UNFPA, Dr. Natalia Kanem, qui a eu lieu ce jour à State House à Nairobi.

Le Président Kenyatta a réaffirmé l'attachement de son pays à l'ordre du jour de la Conférence internationale sur la population et le développement, qui souligne que les droits en matière de sexualité et de procréation sont au cœur du développement durable.

Le sommet mondial, qui se tiendra 25 ans après la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) de 1994, se tiendra au Kenya en novembre.

Les questions qui seront à l’ordre du jour lors du prochain Sommet de Nairobi, a déclaré le Président Kenyatta, cadrent avec les priorités de développement de son pays, notamment l'objectif de croissance inclusive, la couverture sanitaire universelle qui est l'un des piliers du Big Four Agenda, et le plan directeur du développement national du Kenya. Le Sommet de Nairobi sur la CIPD25: Accélérer la promesse aura lieu du 12 au 14 novembre.

Faisant référence aux soins de santé primaires, le président a déclaré que le travail de l'UNFPA dans ce domaine offre un potentiel considérable pour un nouvel engagement.

« Nous constatons que ce partenariat est plus efficace à ce niveau-là, car c’est ce sur quoi nous travaillons le plus », a-t-il déclaré, soulignant que la priorité de la politique gouvernementale était d’améliorer les résultats en matière de santé et de prospérité pour tous.

« Le Kenya ne peut y parvenir seul. C’est pourquoi nous souhaitons collaborer avec d’autres partenaires pour garantir la couverture universelle en matière de santé, que nous avons commencé à mettre en œuvre à titre expérimental », a-t-il déclaré.

Le Dr. Kanem a félicité le gouvernement du Kenya pour son engagement et ses investissements dans la santé reproductive, maternelle et sexuelle.

« Le Kenya attire une attention très favorable et ce pour une bonne raison », a-t-elle déclaré.

Dans son allocution, Cicily Kariuki, Secrétaire du Cabinet pour la santé, a souligné que le manque de ressources avait conduit à des difficultés pour répondre aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive. Elle a également noté que des partenariats solides avec l’UNFPA et d'autres agences des Nations Unies, ainsi qu'avec le secteur privé, contribueraient grandement à un financement durable des initiatives de santé dans le pays.