Le Canada soutient un meilleur accès aux contraceptifs et la santé reproductive pour les filles et les femmes

13 Novembre 2018
La Directrice exécutive de l’UNFPA, Natalia Kanem (à gauche), en compagnie de Marie-Claude Bibeau, Ministre canadienne du développement international et de la francophonie, à la cinquième Conférence internationale sur la planification familiale à Kigali, au Rwanda. © UNFPA / Usenabasi Esiet

Avec une contribution de 10 millions de dollars canadiens, le Canada continue de soutenir les efforts de l’UNFPA visant à élargir l’accès à un approvisionnement sûr et fiable en contraceptifs de qualité et en médicaments de santé maternelle pour les femmes et les filles pauvres et marginalisées du monde entier.

Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international et de la Francophonie, a annoncé le 13 novembre un nouveau financement pour les approvisionnements de l’UNFPA lors de la Conférence internationale sur la planification familiale (ICFP) à Kigali, au Rwanda.

« Pour le Canada, la santé et les droits sexuels et reproductifs sont des droits humains », a déclaré Mme Bibeau, soulignant que l'accès aux contraceptifs modernes jouait un rôle clé dans l'autonomisation des femmes - avec un impact particulièrement transformateur sur les plus marginalisées.

L’UNFPA Supplies est le plus grand fournisseur mondial de contraceptifs gratuits, atteignant 20 millions de personnes chaque année, et le principal fournisseur mondial de produits d’hygiène de santé reproductive en période de crise humanitaire. Le programme fonctionne dans 46 pays pour fournir des contraceptifs et des médicaments de santé maternelle, tout en renforçant les chaînes d'approvisionnement afin que les femmes et les filles puissent accéder à leur choix de contraceptifs, peu importe où elles habitent.

Cette nouvelle contribution est une continuation de l’appuie que le Canada fournit à l’UNFPA, conformément à l’accent mis sur l’égalité des sexes qui guide son approche de la coopération internationale pour le développement.

En 2017, le Canada était le 8ème donateur le plus important pour les contributions combinées de l’UNFPA, avec des contributions totalisant 46,5 millions de dollars, dont 12,1 millions de dollars au titre des ressources de base et un cofinancement de 34,4 millions de dollars. En 2018, le Canada a augmenté ses contributions de cofinancement de plus de 370%, pour atteindre 104,4 millions de dollars, afin de soutenir toute une gamme de programmes, notamment le recensement en Haïti, la pratique de sage-femme et la santé maternelle au Sénégal et en Afghanistan, ainsi que l'assistance humanitaire dans les pays fragiles.

Le Canada a versé 10 millions de dollars canadiens à UNFPA Supplies en 2017, destinés pour des programmes en République démocratique du Congo et au Mali entre 2017 et 2018. Les fonds ont été consacrés à la fourniture de contraception d'urgence, assurant l'accès à des informations et à des services de santé reproductive pour les adolescents et les jeunes, et renforcement de la gestion de la chaîne d'approvisionnement.

Ce soutien renouvelé intervient à un moment où l'UNFPA Supplies s'emploie à renforcer et à adapter ses propres opérations alors que la communauté internationale réunie au CIPF entame des discussions sur l'avenir de la sécurité et du financement des produits de santé procréative. Le programme s'emploie à améliorer sa structure de gouvernance pour une plus grande responsabilisation; pour mieux façonner les marchés et optimiser les ressources; et aider plus efficacement les pays à renforcer les chaînes d'approvisionnement en services et la mobilisation des ressources nationales de manière durable.

À la lumière d'un déficit de financement estimé à 350 millions de dollars des approvisionnements de l’UNFPA pour la période 2018-2020, le Fonds poursuit le dialogue avec le Canada et d'autres donateurs au sujet d'un soutien supplémentaire pour les années à venir.

Les arguments en faveur d'un soutien ne pourraient être plus forts. L’accès universel à la planification familiale réduirait le nombre de décès maternels d’un quart et le nombre de décès d’enfants d’un cinquième. La prévention des grossesses non désirées économise de l'argent que les pays peuvent utiliser pour financer des services essentiels tels que l'éducation et les soins de santé. Et en stimulant la participation des femmes à la population active et leur potentiel de revenus, les investissements dans la planification familiale et d’autres services essentiels de santé procréative offrent des rendements remarquables, rapportant 120 dollars par dollar investi.

«Défendre le droit à la planification familiale n'est pas seulement un impératif moral», a déclaré la directrice exécutive de l’UNFPA, Natalia Kanem, lors de la CIPF. « C’est aussi une voie vers la prospérité partagée et le développement durable. »