Déclarations

Célébrons les sages-femmes, ces héroïnes méconnues, en première ligne de la lutte contre le COVID-19

5 Mai 2020

Déclaration du Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA, à l’occasion de la Journée internationale de la sage-femme

À l’heure où le monde entier se bat contre le COVID-19, les femmes continuent de tomber enceintes et d’accoucher.  Les pandémies ne font cesser ni les naissances, ni le travail des sages-femmes. Aux quatre coins de la planète, les sages-femmes sont sans relâche sur le pied de guerre dans les maternités, les centres de santé et aux domiciles des femmes, au péril de leur vie et de leur bien-être, et ce, pour sauver les vies des mères et des nouveau-nés.

Dans de nombreux pays particulièrement touchés par la crise du COVID-19, les sages-femmes décèdent en raison du manque d’équipements de protection individuelle (EPI) et de soutien global. Dans bon nombre d’établissements de santé, elles sont réquisitionnées pour lutter contre le virus – privant ainsi les femmes d’un accès à des services vitaux et urgents. La santé maternelle et néonatale doit constituer une priorité dans le cadre de la réponse globale du secteur de la santé à la pandémie.

L’UNFPA loue le travail de l’ensemble des sages-femmes et s’engage à les soutenir, en collaborant avec les gouvernements afin de les protéger du COVID-19. 

Les sages-femmes sont l’épine dorsale des systèmes de santé maternelle ; elles aident à mettre au monde les bébés et leur mission va bien au-delà. La crise actuelle est l’occasion pour nous tous de soutenir davantage leurs efforts visant à défendre la santé et les droits reproductifs et sexuels de toutes les femmes, où qu’elles se trouvent.

Dans les pays où ces droits et ces choix sont remis en cause ou menacés, les sages-femmes dénoncent les décès maternels évitables et l’absence de planification familiale. Elles alertent sur la violence basée sur le genre et sur toutes les pratiques néfastes comme les mutilations génitales féminines et les mariages d’enfants. Elles sont un vecteur de progrès vers l’égalité des sexes.

Les sages-femmes viennent en aide aux femmes lorsqu’elles sont le plus vulnérables. Elles mènent un combat au quotidien pour défendre les droits fondamentaux des femmes à avoir une grossesse et un accouchement en toute sécurité et ce, en dépit de la discrimination, du harcèlement sexuel et des salaires inégaux qu’on leur impose bien souvent. Aujourd’hui, ces problèmes sont exacerbés par la peur et l’incertitude liées au COVID-19.

De tout temps, les sages-femmes ont joué un rôle crucial dans la lutte contre les pandémies. Alors que les systèmes de santé nationaux sont submergés dans de nombreux pays, elles font montre de courage et de résilience en continuant d’aider les femmes enceintes dans les circonstances les plus éprouvantes.

L’UNFPA soutient les sages-femmes qui se trouvent en première ligne de la lutte contre le COVID-19 dans le monde entier, en fournissant du matériel et des équipements de protection individuelle ; en renforçant les capacités des systèmes de santé afin que les maternités ne soient pas laissées pour compte ; et en veillant à ce que les femmes enceintes et allaitantes – y compris celles placées en quarantaine – reçoivent les soins nécessaires lorsqu’elles en ont besoin.

Aujourd’hui plus que jamais, nous devons prendre des mesures pour consacrer les sages-femmes en défenseurs infatigables de la santé et des droits sexuels et reproductifs des femmes et des filles. Nous vous proposons trois manières d’y contribuer. En cette année 2020, désignée Année internationale des sages-femmes et du personnel infirmier, VOUS pouvez:

  1. Démontrer votre soutien en reconnaissant le rôle crucial des sages-femmes dans la réduction de la morbidité et de la mortalité maternelles et néonatales, et en faisant circuler cette information. Sans les sages-femmes, nombreux seront les bébés et les femmes qui décèderont de causes évitables pendant l’accouchement en raison de la pandémie.
  2. Célébrer les réalisations des sages-femmes et leurs contributions à l’amélioration de la santé sexuelle et reproductive, et à la santé maternelle et néonatale. En effet, ces agents de santé aux avant-postes de la lutte contre le COVID-19 ont toutes les raisons d’être fiers de leur travail.
  3. Inciter les décideurs à instaurer des changements en faisant pression pour que les sages-femmes soient reconnues comme des professionnelles à part entière et qu’elles disposent des ressources nécessaires. Réclamer des investissements en faveur des sages-femmes et reconnaissez leur contribution à la santé maternelle et néonatale.

Unissons-nous pour et avec les sages-femmes afin de prioriser et de protéger la santé et les droits sexuels et reproductifs des femmes, même en ces temps difficiles.

Contenu connexe

Actualités
Lors de l’arrivée de la pandémie au Maroc en mars, la peur s’est emparée du pays. « Au début de la pandémie, nous étions très inquiets pour notre santé », raconte à l’UNFPA Halima*, migrante originaire de Madagascar.
Actualités
When Betty Nagadya walks through the trading centre on her way home, she, "Who needs a helmet? For those who feel cold, I have a coat for you.” But her song is not about clothing – it’s about condoms.
Actualités
La pandémie de COVID-19 a fait des ravages en Égypte. Selon l'Organisation mondiale de la santé, plus de 84 000 personnes ont été contaminées et plus de 4 000 sont décédées.

Pages