Actualités

La télémédecine relie les femmes de l’Amazonie brésilienne à des services de santé virtuel

La télémédecine relie les femmes de l’Amazonie brésilienne à des services de santé virtuel
Outre la gynécologie et l'obstétrique, la télémédecine propose également des soins dans d'autres spécialités. © Pedrinho Dias/Prefeitura de Bagre
  • 21 October 2021

PARÁ, BrésilMainara Andrade fait de son mieux pour avoir un suivi médical et rester en bonne santé, mais l’accès à un·e gynécologue est depuis très longtemps un problème au sein de sa communauté. 

« En général, je fais toujours l’examen de dépistage pour le cancer du col de l’utérus à la clinique, et quand les résultats sont disponibles, une infirmière ou un·e médecin généraliste les analyse », explique Mme Andrade. « Cependant, avoir un rendez-vous avec un·e gynécologue est très rare, cela se produit uniquement quand un·e spécialiste vient en ville. »

Tout cela a changé. 

Mme Andrade, étudiante de 23 ans originaire de Bagre, dans l’archipel de Marajó qui se situe dans l’État de Pará, a été l’une des premières femmes de sa ville à bénéficier d’un bilan gynécologique en ligne, grâce à une nouvelle initiative de télémédecine. Un membre du personnel médical l’a accompagnée dans un cabinet de sa petite ville du nord-est du Brésil, pour qu’une gynécologue l’examine à distance. Tout l’examen médical a eu lieu de façon virtuelle.

Cette initiative a présenté plusieurs avantages pour Mme Andrade, notamment la flexibilité et le confort de ce rendez-vous. « La télémédecine nous évite de devoir nous rendre dans une autre ville juste pour un rendez-vous gynécologique », souligne-t-elle, « surtout que nous n’avons pas toutes les moyens de faire ce trajet. » 

« Cela m’a beaucoup plu », ajoute-t-elle. « En toute honnêteté, le rendez-vous a été agréable et je me suis sentie à l’aise. »

Une jeune fille assise à un bureau et une chaise regarde un professionnel de la santé sur un écran vidéo.
Mainara Andrade est l’une des femmes qui ont déjà pu être aidées par le projet de télémédecine Saúde das Manas, dans l’archipel de Marajó, qui se situe en Amazonie brésilienne. © Pedrinho Dias/Prefeitura de Bagre

Un rendez-vous fructueux 

La télémédecine fait partie des services proposés par Saúde das Manas (qui peut se traduire par Santé des sœurs), un partenariat entre l’UNFPA et le Conseil des départements municipaux de santé de Pará.

Lancé en août 2020, le projet avait pour but de renforcer l’accès aux services de santé sexuelle et procréative dans l’archipel de Marajó pendant la pandémie de COVID-19. Cependant, il a depuis été élargi pour couvrir diverses spécialités médicales : cardiologie, endocrinologie, psychiatrie, pédiatrie, urologie, pneumologie et dermatologie, entre autres.

Saúde das Manas a déjà proposé des services de télémédecine dans les villes d’Afuá, d’Anajás, de Breves, de Melgaço et de Salvaterra, dans l’État de Pará. Il sera bientôt déployé à Santa Cruz do Arari, et devrait permettre à 80 000 femmes en âge de procréer de bénéficier d’un suivi médical dans l’archipel de Marajó.

Regina Lúcia Brandão, âgée de 50 ans, est agente de santé à Afuá, une ville située à l’embouchure du fleuve Cajari. Elle a pu profiter des services de télémédecine du projet pour traiter son myome, une forme de tumeur bénigne de l’utérus, et a qualifié son rendez-vous virtuel de « fructueux ». 

« La télémédecine est venue en aide à notre communauté, nous qui habitons les berges et qui n’avions pas accès à ces spécialistes », se réjouit Mme Brandão.

Saúde das Manas propose aussi d’autres services

Le projet ne propose pas seulement de la télémédecine : il livre également du matériel requis en urgence, comme des kits dignité contenant des produits d’hygiène (savon, serviettes hygiéniques), des tablettes pour aider le travail des coordinateurs des premiers soins, des vélos pour que les agent·e·s de santé soient plus mobiles, et des équipements de protection individuelle pour les professionnel·le·s de santé. Le projet distribue également dans les villes des préservatifs, des contraceptifs injectables, et des pilules contraceptives d’urgence.

« Grâce à ce partenariat, notre ambition est d’élargir l’accès aux services de santé à toutes les femmes de la région, qui est l’une des plus marginalisées du pays », déclare Astrid Bant, déléguée de l’UNFPA au Brésil. « De telles actions aideraient à garantir les droits reproductifs de toutes, conformément à l’engagement de l’UNFPA de ne laisser personne de côté, et surtout pas les plus vulnérables. 

 

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X