Actualités

En Ukraine, les systèmes de santé déjà compromis par le conflit sont affaiblis par le covid-19

6 Avril 2020
Author: UNFPA
Un jeune homme confiné chez lui dans la région de Donetsk en Ukraine. La population a été invitée à rester confinée pour éviter de propager le nouveau coronavirus (COVID-19), et les services de santé ont été réduits. © UNICEF / UN0243125 / Morris VII Photo

KIEV, Ukraine - Alors que le nombre de cas de COVID-19 approche les 1 500 en Ukraine, l'UNFPA distribue en urgence des kits médicaux contenant des désinfectants et des équipements de protection individuelle (EPI).

Bohdan Pidverbetskyi, un responsable de la santé génésique de l'UNFPA travaillant dans le pays, souligne l'importance particulière de l'un des kits - appelé kit médical 11 - pour le personnel travaillant avec des personnes infectées. « Il contient une combinaison médicale stérile, des lunettes de protection et autres fournitures de protection utilisées pendant la chirurgie sur les personnes vivant avec le VIH », a-t-il déclaré. « Il contient  également une solution antiseptique de chlorhexidine et des liquides intraveineux.»

Le centre périnatal de Pokrovsk, situé à Krasnohorivka, sur la ligne de front du conflit armé qui dure depuis plusieurs années dans l'est de l'Ukraine, est un point de stockage de ces fournitures essentielles. Mais la ville fait tout de même face à des bombardements occasionnels.

Les kits offrent une certaine tranquillité d'esprit au personnel, qui travaille déjà dans des conditions stressantes, explique Ivan Tsyganok, qui dirige le centre. « Ce sont les résultats encourageants qui comptent. », a-t-il déclaré.

Des soins maternels vitaux en première ligne

Le centre périnatal de Pokrovsk fournit des services à un tiers de la région de Donetsk, y compris à ceux qui souffrent de maladies graves et qui vivent dans des zones non contrôlées par le gouvernement.

L'UNFPA distribue en urgence des kits médicaux contenant des
désinfectants et des équipements de protection individuelle pour
le personnel de santé. © UNFPA Ukraine

Le Dr Tsyganok se souvient d'une patiente en particulier. Maria* est arrivée au centre il y a deux ans, après un grave accident de voiture à Makiivka – ville située sur un territoire non contrôlé par le gouvernement. Elle était enceinte et son bassin brisé dans l’accident a rendu impossible l'accouchement par voie basse.

« Ils sont arrivés totalement désespérés. Les soins prénatals d'une telle grossesse nécessitent beaucoup de médicaments, d'outils chirurgicaux et de remèdes postopératoires », a rappelé le Dr Tsyganok. Maria a pu bénéficier d’une césarienne réussie; elle et son bébé étaient tous deux en bonne santé.

Ces services doivent continuer, même si la pandémie de COVID-19 s'installe, selon les experts.

Pourtant, le centre est constamment sous-financé. En 2018, il n'a reçu que 270 dollars américains du budget de la ville pour l'achat de médicaments. Les autres besoins du centre ont été satisfaits grâce à l'aide humanitaire de l’UNFPA, comprenant un financement du Fonds central des Nations Unies pour les interventions d'urgence.

Le soutien de l'UNFPA comprend la livraison régulière de kits médicaux. « Chaque kit contient tous les outils, médicaments et équipements médicaux nécessaires pour fournir des soins obstétricaux et gynécologiques. Il existe des kits pour : le traitement post-agression sexuelle, la prophylaxie post-exposition, la contraception, l'accouchement par voie basse avec complication, le traitement des fausses couches, le traitement des infections sexuellement transmissibles et pour les complications résultant des avortements », a déclaré M. Pidverbetskyi. « Un kit permet aux prestataires de réaliser 105 interventions chirurgicales, et il pèse près de 1100 kilos », a-t-il ajouté.

Des systèmes de santé débordés

Aujourd'hui, les kits médicaux contenant des EPI sont plus nécessaires que jamais.

Jusqu'à présent, il y a eu environ 9 cas confirmés de COVID-19 dans la région de Donetsk, mettant le personnel de santé en état d'alerte.

Le système de santé de la région est déjà surchargé. Selon les données du département de la santé, environ 1 500 membres du personnel médical ont quitté la région en raison du conflit.

Pour répondre aux besoins de la communauté en matière de santé génésique, l'UNFPA a déployé des équipes médicales mobiles. Ces équipes – composées d'un gynécologue, d'un médecin de famille, d'une infirmière et d'un travailleur social – parcourent de longues distances pour parvenir jusqu’aux personnes qui, autrement, seraient privées de soins.

« Bien sûr, ces services sont nécessaires », a déclaré M. Pidverbetsky. Entre mai et décembre 2019, plus de 19000 personnes ont subi des examens obstétricaux et gynécologiques dans le cadre du programme.

Le projet touche à sa fin. L'UNFPA espère reprendre ces services mobiles prochainement, mais des restrictions de mouvement ont été adoptées pour stopper la propagation du coronavirus.

« Suite au décret du ministère de la Santé sur les mesures de prévention du COVID-19, les établissements de santé ont réduit leur offre de services au minimum », a déclaré M. Pidverbetsky. « Seuls les cas d'urgence sont autorisés, pas d'examen gynécologique de routine ni d'intervention et de conseil, sauf par téléphone. Nous avons maintenant des restrictions sur les transports publics et toutes les liaisons interurbaines. »

L'UNFPA s'emploie à intensifier la livraison de fournitures essentielles, y compris d’EPI, dans les semaines à venir.  

 

* Le nom a été remplacé par pour raisons de confidentialité et de protection

Ukraine
Population : 43.7 mil
Taux de fertilité
1.4
Ratio de mortalité maternelle
19
Taux de prévalence contraceptive
53
Population âgée de 10 à 24 ans
14.9%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 85%
Filles 86%

Contenu connexe

Actualités
Cette année, l’unité internationale peut sembler être un objectif lointain : la pandémie de COVID-19 force la fermeture des frontières et conduit les personnes à s’auto-isoler.
Actualités
Fear, isolation, grief, economic stress and shuttered support services are taking a vast toll on the mental health of people around the world.
Actualités
Mahgul* se souvient très bien du jour où on l’a fiancée. « Ma mère m’a aidée à enfiler une robe rose toute neuve. Elle m’a accompagnée dans une pièce où se trouvaient quatre ou cinq femmes. Certains m’ont appelée “petite femme” ».

Pages