Actualités

Egypte : la médicalisation des mutilations génitales féminines subsiste

2 Octobre 2019
Author: UNFPA
Les dirigeants communautaires du gouvernorat d'Assiout parlent de mutilations génitales féminines . © Programme conjoint UNFPA-UNICEF pour l'élimination des mutilations génitales féminines
Les dirigeants communautaires du gouvernorat d'Assiout parlent de mutilations génitales féminines . © Programme conjoint UNFPA-UNICEF pour l'élimination des mutilations génitales féminines

CAIRE, Égypte - Les mutilations génitales féminines, pourtant interdites en Égypte depuis plus de dix ans, subsistent.  Les campagnes publiques qui mettent en évidence ses dangers, n'aident pas à éliminer cette pratique. Au contraire, elles ont peut-être eu un effet secondaire inattendu: basculer la procédure du domicile à l'endroit même où le personnel est supposé « ne pas nuire » - l'établissement de santé. 

« Environ 75% des mutilations génitales féminines pratiquées dans le pays sont effectuées par des médecins », a déclaré le Dr Ayman Sadek, expert en la matière.

Malgré les efforts déployés par le gouvernement et les organisations de santé, la pratique des mutilations génitales féminines demeure profondément enracinée dans les communautés musulmanes et chrétiennes d'Égypte. Selon les données de 2015, environ 9 femmes égyptiennes sur 10 ont été soumises à cette pratique.

Autrefois, les mutilations génitales féminines étaient largement pratiqué par des accoucheuses traditionnelles appelées « dayas », mais depuis l'interdiction qui leur a été faite, les familles ont de plus en plus recours à des professionnels de santé qualifiés.

Les mutilations génitales féminines médicalisées sont nocives et
contraires à l'éthique, explique le Dr Gamal Serour. © UNFPA / R. Anis

La médicalisation des mutilations génitales féminines inquiète les spécialistes de la santé et des droits de l’homme, car elle donne l’apparence de légitimité à une pratique qui n’a pas de bénéfice médical, mais plutôt de graves conséquences, telles que la possibilité d’hémorragie, de complications lors de l’accouchement et même de mort. 

Pourquoi une telle pratique

Certains professionnels de la santé pratiquent la mutilation génitale féminine pour éviter que les familles y aient recours par d’autres moyens, moins sûrs.

« Ils disent qu’il n’y aucun moyen de mettre fin à cette pratique. Qu’ ils acceptent de pratiquer l’intervention, car le risque d'infection et de saignement est réduit », a déclaré le Dr Wafaa Benjamin Basta, gynécologue égyptien. « Ils mettent en avant le fait que la médicalisation amoindrisse la douleur et ne cause pas de traumatisme, notamment grâce à l’anesthésie. C’est une approche réductrice des méfaits. »

Ce n'est pas une excuse, a déclaré le Dr Gamal Serour, obstétricien / gynécologue et directeur du Centre islamique international de l'Université Al Azhar. « Les mutilations génitales féminines et médicalisées sont nocives et contraires à l'éthique », a-t-il déclaré. 

Et la médicalisation ne garantit pas la réduction des méfaits

En Égypte, la clitoridectomie et l'excision sont les formes les plus courantes de mutilation génitale féminine. Les deux impliquent le retrait de parties importantes de l'anatomie féminine. 

En outre, le Dr Sadek a déclaré: « Lorsque les médecins étudient, ils n’apprennent pas à pratiquer la mutilation génitale féminine. Ils se forment eux même auprès des tradipraticiens. » Mais certains médecins ne se donnent pas cette peine, et pratiquent l’intervention à l’aveugle.

Le Dr Sadek a également noté une autre motivation: certains pratiquent la mutilation génitale féminine pour compléter leurs revenus.

« Lorsque vous pratiquez une chose illégale, son prix augmente », a-t-il déclaré. « Je connais un médecin qui pratique cette intervention sur de jeunes filles, mais ne permettrait jamais que ses propres filles la subissent. »

Les communautés sont invitées à rejeter les mutilations génitales féminines, et les filles sont averties sur les méfaits de cette pratique. © Luca Zordan pour l'UNFPA

Plus que des dommages physiques

En se concentrant sur les dommages physiques causés par la mutilation génitale féminine, les conséquences psychologiques ont été largement négligées, ont déclaré certains experts. 

« Nous avons tendance à ne parler que de l'impact médical de la mutilation génitale féminine, alors que l'impact social et psychologique est tout aussi important, sinon plus », a déclaré le Dr Basta à l'UNFPA. « Certains patients me confient que cela a nui à leur capacité à avoir une vie sexuelle épanouie. »

La pratique produit également - et renforce - les inégalités de genre. Elle perpétue, par exemple, l'idée que les corps des femmes sont inférieurs lorsqu'ils sont intacts, et que leur sexualité doit être contrôlée.

Une enquête réalisée en 2014 auprès des ménages a montré que plus de la moitié des personnes interrogées pensaient que les hommes préféraient les femmes qui avaient été excisées, et plus de 40% d'entre elles ont déclaré que cette pratique permettait de prévenir l'adultère.

Le soutien à la pratique reste élevé, même si 60% des femmes interrogées ont indiqué qu’elle pouvait entraîner des complications pouvant entraîner la mort. Moins de la moitié des hommes étaient au courant de ces complications.

Évolution des mentalités

Mais il y a du progrès d’après les experts. Les récentes augmentations des peines encourues pour la pratique des mutilations génitales féminines ont contribué à une diminution globale de l’acte, a déclaré le Dr Serour.

Et les mentalités changent lentement, en particulier dans les communautés riches et urbaines. 

« Il y a dix ans, la plupart de mes patients en avaient été victimes », a déclaré le Dr Basta, notant que parmi sa propre clientèle, « environ 10% seulement de mes patients du secteur privé - en particulier des femmes de moins de 30 ans - en étaient atteintes. » 

L’UNFPA a collaboré avec le département qui délivre les licences pour les cliniques privées, afin de décourager cette pratique. De plus, un programme de médecine sur les méfaits de la pratique, soutenu par l’UNFPA, a été approuvé mais n'a pas encore été diffusé dans les universités.

Dans le cadre du programme conjoint UNFPA-UNICEF pour l'élimination des mutilations génitales féminines, les communautés sont également informées des dommages causés par cette pratique et encouragées à l'abandonner. 

Néanmoins, de nombreuses personnes restent convaincues que la mutilation génitale féminine médicalisée est acceptable.

« Les mutilations génitales féminines médicalisées sont un cadeau empoisonné », a déclaré le Dr Sadek.

 

Egypt
Population : 101.2 mil
Taux de fertilité
3.1
Ratio de mortalité maternelle
33
Taux de prévalence contraceptive
61
Population âgée de 10 à 24 ans
26%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 81%
Filles 82%