Actualités

Afghanistan : les femmes doivent être au centre des efforts de paix exhortent les dirigeantes de l'ONU

24 Juillet 2019
Author: UNFPA
Women UN leaders meet with female leaders and advocates in Kabul, Afghanistan. Women's voices must be heard, they emphasized. © Fardin Waezi / UNAMA
Women UN leaders meet with female leaders and advocates in Kabul, Afghanistan. Women's voices must be heard, they emphasized. © Fardin Waezi / UNAMA

Kabul, Afghanistan/NATIONS UNIES, New York – La Directrice générale de l’UNFPA Natalia Kanem s'est jointe à une délégation de haut niveau, constituée de femmes dirigeantes des Nations Unies pour une « mission de solidarité » intensive de deux jours en Afghanistan, afin de souligner la nécessité de faire entendre la voix des femmes en matière de consolidation de paix et de prise de décision. 

Elle a voyagé aux côtés de la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies, Amina J. Mohammed, de Rosemary Dicarlo, Chef des affaires politiques et de la consolidation de la paix des Nations Unies, et de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice d'ONU femmes

L'autonomisation et l'implication des femmes sont des conditions essentielles pour l'avenir de l'Afghanistan, a souligné le Dr Kanem. « Ce n'est que lorsque les femmes seront en sécurité et habilitées à prendre des décisions concernant leur corps et leur vie que le pays sera en mesure de concrétiser le développement durable et la paix ». 

Les dirigeantes se sont rendus dans la province de Bamyan, où elles ont
rencontré des policières, des responsables de la santé. « Je suis encouragée
par le fait que 75 femmes se soient jointes aux forces de police de Bamyan,
depuis 2009 et s'emploient à prévenir et à combattre la violence basée sur
le genre », a déclaré Nahid, responsable des questions de genre au sein de l
a police de Bamyan. © Fardin Waezi / Unama

La paix doit être inclusive

La mission a eu lieu en vue de l'élection présidentielle, prévue pour la fin du mois de septembre. Elle fait également suite à des attaques meurtrières près de l’Université de Kaboul et du quartier général de la police à Kandahar. 

Les élections et les négociations de paix doivent être inclusives, ont encouragé les membres de la délégation.  « Inclusif » signifie que les femmes doivent être au centre », a déclaré Mme Mohammed.

Les dirigeantes des Nations Unies ont discuté de l'importance de l'autonomisation des femmes lors d'une série de réunions avec des représentants du gouvernement, notamment le président Ashraf Ghani, le Directeur général Abdullah Abdullah, la Première dame Rula Ghani et le gouverneur de Bamyan, ainsi que des femmes leaders et défenseuses de la cause, et des chefs religieux. 

Aborder la violence basée sur le genre

L'insécurité à laquelle font face les femmes afghanes ne se limite pas au conflit de longue date qui sévit dans le pays. Elles font également face à des niveaux élevés de violence dans leurs communautés et leurs foyers.

La délégation a visité l'hôpital Aga Khan, « qui a permis la création et la
gestion du centre de protection de la famille - une plate-forme pour
l'autonomisation des femmes », a déclaré Noor Jahan Nawani, 
Porte parole de l'hôpital. © Fardin Waezi / Unama.

Plus de la moitié des femmes mariées ont déclaré avoir subi une forme de violence basée sur le genre, principalement de violence conjugale et de violence pendant la grossesse. Pourtant, ces abus restent chroniquement sous-déclarés. Les femmes victimes de violences sexuelles par une personne autre que leur mari peuvent affronter d’autres conséquences, telles que des poursuites pour « zina », ou relations sexuelles hors mariage.

Dimanche, les femmes dirigeantes des Nations Unies se sont rendues hors de Kaboul, dans la province de Bamyan, où l'UNFPA collabore avec le Ministère de la santé publique, pour mettre en place un « centre de protection de la famille », qui fournirait des soins médicaux, des conseils, une assistance juridique et d'autres services essentiels aux survivantes. Les survivantes sont également référées à la police et à des refuges. 

« A Bamyan, les causes les plus courantes de violences basées sur le genre sont la pauvreté, les croyances traditionnelles selon lesquelles les femmes sont subordonnées aux hommes, et la faible sensibilisation de la communauté sur la question. Les violences psychologiques et physiques, ainsi que les mariages forcés, sont très fréquents », a expliqué Shakila Paiman, responsable du centre.

Le centre, qui bénéficie du soutien de la République de Corée, a aidé plus de 3 000 survivantes depuis son ouverture en 2014. En plus d'aider les survivantes, il collabore également avec la communauté pour s'attaquer à certaines des causes profondes de la violence.

Le Dr Kanem et la Secrétaire générale adjointe Mohammed visitent
l'hôpital. © Fardin Waezi / Unama

« Le centre de protection de la famille facilite le dialogue avec les anciens de la communauté et la société civile, afin de sensibiliser davantage à la violence basée sur le genre, et de renforcer le pouvoir des femmes », a déclaré Mme Paiman.

« Mettre fin aux violences sexuelle et basée sur le genre est notre responsabilité à tous », a déclaré le Dr Kanem a l'issue de la visite. « Cela affecte non seulement la dignité, la santé et le bien-être de la femme, mais l'empêche aussi de participer activement à sa communauté et de contribuer à la paix. » 

Répondre aux besoins des survivantes ne suffit pas, a-t-elle ajouté. Les femmes et les filles ont aussi fondamentalement besoin d’égalité. « Si nous sommes unis dans notre quête d’égalité des sexes, de droits de la personne et de justice, nous pouvons prévenir ce fléau : une personne, une communauté, un pays à la fois. » 

En Afghanistan, l’UNFPA supporte 26 centres de protection de la famille dans 22 provinces et prévoit la création de nouveaux centres.

Des femmes démineuses ont fait une démonstration de leur travail. 
© Fardin Waezi / Unama

Espoir pour l'avenir

Les dirigeantes ont également visité l'hôpital où se trouve actuellement le centre de protection de la famille. 

Les femmes de la province ont d’importants besoins non satisfaits en matière de santé reproductive ; environ la moitié des femmes accouchent chez elles sans l'aide d'un accoucheur qualifié. 

Pour élargir l’accès aux soins de santé reproductive qui sauvent des vies en Afghanistan, l’UNFPA appuie plus de 100 « maisons de santé familiale », qui fournissent des services de santé en matière de reproduction et de santé maternelle et infantile à environ 300 000 personnes dans des zones mal desservies. 

Les maisons de santé familiales aident également les femmes à défendre leurs propres besoins en matière de santé. « Le centre de protection de la famille et les centres de santé familiale, financés par l’UNFPA, aident les femmes à s'impliquer davantage dans la prise de décision, en les responsabilisant dans leur vie quotidienne », a déclaré Mohammad Tahir Zohair, gouverneur de Bamyan.

Bien que la mission ait mis en évidence les défis importants auxquels les femmes et les filles sont confrontées, la Dre Kanem a déclaré qu'elle était émue par la force de celles qu'elle avait rencontrées. 

« Malgré les souffrances, la résilience des femmes et des filles que j'ai rencontrées lors de cette visite m'a donné de l'espoir pour l'avenir de l'Afghanistan », a-t-elle déclaré. 

République islamique d'Afghanistan
Population : 37.2 mil
Taux de fertilité
4.2
Ratio de mortalité maternelle
396
Taux de prévalence contraceptive
27
Population âgée de 10 à 24 ans
35%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 62%
Filles 36%