Actualités

Afghanistan : des équipes de santé mobiles apportent des services essentiels aux femmes isolées

3 Septembre 2020
Author: UNFPA
Une sage-femme de l'équipe de santé mobile fournit des services de santé à une communauté reculée. © ARCS Afghanistan

BADAKHSHAN, Afghanistan – Ce fut une année éprouvante pour les femmes et les filles d’Afghanistan. Au premier trimestre de 2020, alors que la pandémie de la COVID-19 venait d'atteindre le pays, des crues soudaines provoquaient des déplacements massifs, pendant que les conflits armés et les difficultés économiques continuaient de laisser une grande partie de la population dans le besoin d'une aide humanitaire.

Pour de nombreuses femmes et filles, l'accès aux services de santé essentiels était déjà précaire avant la mise en place des restrictions de déplacement liées à la COVID.

C'était le cas de Jan Bibi, 42 ans, dans le village de Shaikhan, district de Shahri Buzurg.

Jan Bibi était mère de huit enfants et enceinte de son neuvième. Elle n'a pas pu se rendre au dispensaire du district pour des soins prénatals, car le coût du transport était trop élevé – en particulier après que les inondations printanières aient détruit les infrastructures locales.

« A cause des crues éclair, les routes et les ponts sont détruits. Si je veux aller au dispensaire du district, je dois payer 4 000 afghanis [environ 50 dollars américains], ce qui est impossible pour ma famille », a-t-elle dit.

A midwife attends to a newborn and mother in rural Afghanistan.
Une sage-femme s'occupe d'un nouveau-né. © ARCS Afghanistan

Les services de santé mobiles offrent une nouvelle perspective

Pour atteindre des femmes comme Jan Bibi, l'UNFPA finance partiellement ou entièrement le déploiement de 14 équipes de santé mobiles en Afghanistan. Ces équipes sont des groupes de professionnels de la santé qui se rendent dans des communautés reculées pour fournir des services de santé essentiels, notamment des soins prénatals, des soins postnatals, des services de planification familiale et des vaccinations.

En mai dernier, une de ces équipes de santé était en visite à Shaikhan. L'équipe – composée d'un médecin, d'une sage-femme, d'une infirmière, d'un pharmacien et d'un chauffeur – est soutenue par la Croix-Rouge afghane avec des fonds de l’UNFPA et du Gouvernement australien.

Friba Delaway, la sage-femme, se souvient d'avoir rencontré Jan Bibi, qui en était à sa trente et unième semaine de grossesse. « J'ai découvert que Bibi souffrait d'anémie chronique, elle devait être conseillée pour un changement de régime immédiat. Je lui ai fourni un certain nombre de comprimés d'acide folique ferreux », a déclaré Mme Delaway. « Je savais qu'elle était très vulnérable et avait besoin de mon soutien, alors je lui ai donné mon numéro de téléphone et lui ai dit de me contacter en cas de besoin. »

Jan Bibi a commencé à contacter Mme Delaway régulièrement pour des conseils et des consultations. Elle a pu recevoir des soins prénatals et des médicaments grâce à l'équipe mobile.

Quand elle a commencé le travail, elle a appelé Mme Delaway.

« À l'époque, j'étais occupée avec d'autres femmes, mais je savais que je devais me rendre au village de Shaikhan », se souvient la sage-femme. « Quand je suis arrivé dans le village et que j'ai examiné Bibi, j'ai vu qu'elle souffrait d'anémie, d'hypertension et de fièvre. »

Les heures ont passé, mais Mme Delaway est restée aux côtés de Jan Bibi. « Heureusement et finalement, le petit garçon est né en toute sécurité », a déclaré Friba.

Le mari de Jan Bibi, Niamtullah, sait que cette fin heureuse n'était pas garantie. L'Afghanistan a l'un des taux de mortalité maternelle les plus élevés au monde, avec 638 décès pour 100 000 naissances vivantes. « Nous avions vraiment besoin de soutien à un moment aussi critique », a-t-il déclaré. « Je n'ai pas pu emmener ma femme à l'hôpital de district, si [l'équipe de santé mobile] n'avait pas été là… nous ne savons pas ce qui se serait passé. »

Plus de danger

Au cours du premier semestre 2020, l'équipe de santé mobile de Mme Delaway a fourni des services à 23 villages, touchant 1 840 familles.

Leur travail – déjà perfide à cause du terrain difficile et de l'insécurité – est devenu encore plus dangereux sous la pandémie.

Il y a eu plus de 38 000 cas confirmés de COVID-19 en Afghanistan, selon l'Organisation mondiale de la santé. Près de 10% des cas confirmés concernaient le personnel de santé.

L'UNFPA fournit des équipements de protection aux équipes de santé mobiles et soutient également les fournitures et mesures de protection dans les grands hôpitaux.

« Malgré les problèmes d'accès et de sécurité, je suis attachée à ma mission et je continue de soutenir ces femmes vulnérables », a déclaré Mme Delaway. « La COVID-19 représente un danger supplémentaire, mais je suis les mesures de prévention des infections et je fais de mon mieux pour aider les femmes enceintes qui ont besoin de mon soutien. »

République islamique d'Afghanistan
Population : 38.9 mil
Taux de fertilité
4.2
Ratio de mortalité maternelle
638
Taux de prévalence contraceptive
18
Population âgée de 10 à 24 ans
35.3%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 63%
Filles 37%

Contenu connexe

Actualités
Plus de 33 000 personnes ont fui vers l'est du Soudan à cause de conflit en cours dans la région éthiopienne du Tigray, selon des responsables des Nations Unies.
Actualités
Cette année, Nashwa Mohamed a adopté un nouveau rituel au travail : elle s’assoit à son bureau, regarde son carnet, décroche son téléphone et appelle les femmes qui ne reçoivent plus de contraceptif à cause de la pandémie de COVID-19.
Actualités
« J’encourage toujours les femmes que je connais à s’auto-examiner et à se faire dépister régulièrement », explique Intisar, 55 ans, à l’UNFPA. Elle a survécu à un cancer du sein et vit à Deir al-Balah dans la bande de Gaza.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X