Actualités

Utiliser les médias sociaux pour autonomiser les jeunes Malgachesedia to Empower Madagascar’s Youth

28 Octobre 2013
Author: UNFPA
Manantsoa Ratsarazaka (à droite) a mis en place un projet révolutionnaire qui met à profit le potentiel croissant des médias sociaux pour éduquer et encourager les jeunes Malgaches à discuter des questions de santé reproductive et solliciter des conseils. Photo © Lovaniaina Tsiandatse/UNFPA

TANANARIVE, Madagascar — Dans l'État insulaire de Madagascar, plus de la moitié de la population a moins de 20 ans et plus d'une jeune fille sur trois tombe enceinte avant son 18e anniversaire. Toutefois, parler de la sexualité reste un tabou, ce qui rend la réussite de Manantsoa Ratsarazaka d'autant plus remarquable.

Manantsoa, un jeune homme confiant et charmant de 23 ans, est le fondateur de Tanora Garan'Teen (Garantie pour les jeunes), l'un des premiers projets de média social menés par des jeunes visant à encourager la jeunesse africaine à parler de sa santé et de ses droits sexuels et reproductifs et à lui transmettre des informations fiables à ce sujet.

Ces 15 dernières années, Madagascar a connu une forte hausse du nombre de grossesses chez les adolescentes, une tendance qui n'est pas sans exercer des pressions sur le système de santé. Selon les chiffres actuels, 36 pour cent des femmes âgées entre 20 et 24 ans ont enregistré une naissance avant l'âge de 18 ans.

C'est en observant comment la jeunesse urbaine est connectée grâce aux téléphones mobiles et à l'Internet que Manantsoa a eu l'idée d'utiliser les médias sociaux pour éduquer les jeunes personnes au sujet de la santé sexuelle et reproductive. Il a alors réuni une équipe de 20 bénévoles pour mener le projet à bien et a obtenu l'appui de trois accompagnateurs : deux d'entre eux issus du ministère de la Jeunesse et le troisième du bureau régional de l'UNFPA à Madagascar.

L'État de la population mondiale 2013 étudie les problèmes liés aux grossesses chez les adolescentes.

Par, pour et avec des jeunes

« Tanora Garan'Teen est un projet mis en place PAR, POUR et AVEC les jeunes de Madagascar » : tel est le slogan de la page Facebook du groupe. Par l'utilisation de plateformes telles que Twitter, YouTube et Facebook, le principal objectif du projet est de faciliter l'accès des adolescents et des jeunes aux informations sur la santé sexuelle et reproductive en les encouragent à partager ces informations, à exprimer leurs opinions et à solliciter des conseils qui les aideront à prendre des décisions éclairées.

Grâce à cette communauté virtuelle, des milliers de jeunes personnes se sentent habilitées à aborder tous les sujets, de la santé sexuelle à la sexualité en passant par le VIH/sida et la grossesse chez les adolescentes.

Manantsoa est motivé par sa détermination à donner aux jeunes le pouvoir et les moyens de prendre des décisions concernant leur famille et leur avenir.

« Les Malgaches se montrent généralement timides lorsqu'il s'agit d'aborder des questions d'ordre sexuel. La plupart des questions ou des préoccupations sont exprimées de la part d'un « ami » ou d'un « cousin », » explique Manantsoa.

Il parvient toutefois à mettre les jeunes personnes à l'aise en abordant tous les sujets, de la fistule obstétricale à l'utilisation de préservatifs, avec l'aplomb d'un professionnel de la médecine.

Les jeunes bénévoles de Tanora Garan’Teen n'ont pas peur de soulever des questions taboues dont leurs parents n'oseraient peut-être pas discuter, même s'il est important que les adolescents et les jeunes soient informés à leur sujet. Les bénévoles encouragent également les membres de l'association à s'impliquer dans des organisations de la société civile et à participer aux processus décisionnaires.

Depuis ses débuts en 2012, sur l'ensemble des plateformes de média social utilisées, ce projet a atteint plus de 10 000 personnes via différents événements et groupes de discussion. Tanora Garan’Teen a incité un plus grand nombre de jeunes à prendre part à ses activités en ligne car elles permettent aux participants de préserver leur confidentialité.

Les questions révèlent le besoin urgent d'information fondamentale

Dans le nord de Madagascar, des jeunes chantent des chants malgaches traditionnels à l'occasion de la Journée internationale de la jeunesse. Photo©Lovaniaina Tsiandatse/UNFPA

Les questions posées sur les plateformes en ligne de Tanora Garan'Teen révèlent le manque d'accès aux informations essentielles qui caractérise la jeunesse malgache. Par exemple, un jeune homme avait contacté l'organisation car il craignait que son sperme remonte dans son cerveau s'il n'avait pas de relations sexuelles régulières.

Manantsoa est conscient qu'il doit répondre avec objectivité et sensibilité à chaque question.

« Nous ne jugeons jamais : c'est le plus important, » dit-il. « Nous approfondissons les choses pour trouver quel est le véritable problème. Nous recueillons toutes les informations nécessaires avant de dispenser des conseils. Puis, en nous appuyant sur la science, nous essayons d'expliquer comment les choses fonctionnent. »

« Les questions sur la sexualité sont toujours posées en dernier. En général, il semble que ce sont surtout les questions d'amour et de relations que les jeunes personnes soulèvent en premier, » ajoute Manantsoa.

Les filles sont plus particulièrement timides, explique-t-il ensuite. Ce n'est parfois qu'au bout de plusieurs questions qu'elles commencent à s'ouvrir et à parler ouvertement de leurs préoccupations. Mais souvent, elles ne savent pas à qui d'autre s'adresser. Récemment, une jeune fille de 15 ans, qui était enceinte, a contacté Tanora Garan’Teen pour demander des conseils. Manantsoa et son équipe ont discuté longuement avec elle pour lui expliquer comment rester en bonne santé pendant la grossesse et l'accouchement et l'informer des choix qu'elle devra faire après la naissance de son bébé.

« Tanora Garan’Teen est unique dans le contexte africain. Le recours à l'Internet en tant que canal de communication est un choix stratégique car l'utilisation des médias sociaux est en hausse parmi les jeunes de Madagascar, » explique Agathe Lawson, représentante de l'UNFPA à Madagascar. L'objectif général est de sensibiliser les jeunes Malgaches aux questions de santé sexuelle et reproductive pour les aider à faire des choix éclairés et favoriser l'instauration d'un dialogue ouvert sur la santé, la sexualité, les besoins et les préoccupations des jeunes personnes. »

Manantsoa rêve d'un impact encore plus important et espère établir Tanora Garan’Teen comme une association indépendante qui recrutera un plus grand nombre de spécialistes de la santé et de représentants provinciaux afin de prévenir les problèmes de santé sexuelle et reproductive.

la République de Madagascar
Population : 27 mil
Taux de fertilité
4
Ratio de mortalité maternelle
353
Taux de prévalence contraceptive
47
Population âgée de 10 à 24 ans
33%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 28%
Filles 30%