Actualités

Plaidoyer pour la santé et les droits sexuels et reproductifs en Égypte

Plaidoyer pour la santé et les droits sexuels et reproductifs en Égypte
Les membres d'un club de jeunes soutenu par l'UNFPA en Egypte se produisent lors d'une session de sensibilisation sur les droits et la santé en matière de sexualité et de reproduction. © UNFPA Égypte
  • 28 Juillet 2022

MENUFIYA, Egypte - "Le village est très conservateur, aussi a-t-il été difficile de gagner leur confiance", dit Salma Abdel Moneim, agent de santé en matière de reproduction à Menufiya, dans le nord de l'Egypte.

Dans le cadre d'un club de sensibilisation à la population soutenu par l'UNFPA, Mme Moneim conseille les jeunes de son village sur des questions cruciales mais délicates, comme la mutilation génitale féminine, le mariage des enfants, le choix des contraceptifs et l'égalité des genres. Les jeunes membres du club sont encouragés à parler ouvertement de ces questions souvent mal comprises, en utilisant l'éducation, la musique, le théâtre interactif, le sport et l'art comme plateformes.

Un membre du personnel organise une session de formation avec un groupe de femmes.
Il existe quelque 400 clubs de sensibilisation à la population dans toute l'Égypte. Les formateurs et le personnel encouragent les jeunes à s'exprimer sur des concepts souvent incompris et controversés. © UNFPA Égypte

Mais Mme Moneim a expliqué que de nombreux membres de sa communauté avaient initialement du mal à faire confiance aux arguments relatifs à la santé reproductive avec lesquels ils n'étaient pas d'accord, en particulier l'idée que les mutilations génitales féminines et le harcèlement sexuel sont nuisibles et discriminatoires.

Bien que les données soient rares sur les taux réels de mutilations génitales féminines en Égypte - en partie parce qu'elles sont illégales et souvent pratiquées en secret - les dernières estimations disponibles indiquent que plus de 90 % des femmes et des filles subissent une forme ou une autre de cette pratique, tandis que 2,5 millions de personnes ont déclaré être victimes de harcèlement sexuel.

Pour susciter une discussion plus large et dans l'espoir de rallier davantage de jeunes de son village, Mme Moneim a demandé à certains des dirigeants de sa communauté s'ils pouvaient apporter leur aide. "Ils sont respectés et on leur fait confiance", a-t-elle déclaré. "Nous leur avons expliqué les sujets que nous voulions aborder et la façon de s'attaquer aux problèmes auxquels les femmes et les filles sont confrontées dans notre communauté."

Une dirigeante a accepté de participer aux séances de sensibilisation et a amené quelques filles du village avec elle. Ces filles ont ensuite commencé à amener leurs mères. Basma Walid, 21 ans, a entendu parler du club par des proches.

"J'ai appris des choses sur des sujets que je connaissais peu, comme la santé des adolescents et les méfaits du mariage des enfants", dit Mme Walid. "Les mères qui sont venues avec nous ont aussi beaucoup appris sur la façon de gérer leurs enfants adolescents. Les gens ont commencé à se raconter et le nombre de participants n'a cessé d'augmenter."

S'unir pour briser le silence

Grâce à une initiative conjointe de l'UNFPA et du ministère égyptien de la Jeunesse et des Sports, quelque 400 clubs de sensibilisation à la population ont été créés dans toute l'Égypte pour informer les jeunes sur leur santé et leurs droits en matière de sexualité et de reproduction et leur donner les moyens d'agir. Les questions abordées - bien que parfois controversées - ont suscité un intérêt croissant. "Nous avons commencé avec seulement trois personnes dans une session, maintenant nous avons plus de 30 personnes", a déclaré Mme Moneim.

Les clubs s'attaquent aux obstacles que rencontrent les femmes et les filles pour accéder à des services de santé de qualité et remettent en question les normes et les attitudes sociales néfastes, comme le harcèlement sexuel dont elles sont victimes au quotidien. Comme le rappelle Mme Moniem, "nous discutions de la question de savoir si le harcèlement est justifié par ce que porte une femme. Les participantes en débattaient entre elles, jusqu'à ce qu'elles arrivent à la conclusion que les vêtements d'une femme n'ont aucune importance."

Les clubs ont progressivement établi un pont de confiance avec les communautés dans lesquelles ils travaillent. "Nous parlons leur langue et partageons leurs problèmes", a déclaré Mme Moniem. "Je ne leur disais pas ce qu'ils devaient faire, je leur donnais simplement les informations dont ils avaient besoin pour prendre leurs propres décisions."

Un groupe danse et joue de la musique.
Des séances de sensibilisation sont organisées par le biais de la musique, de la danse, du théâtre, de conférences éducatives et du sport. © UNFPA Égypte

Le soutien de l'UNFPA dans tous les domaines

L'UNFPA travaille en Égypte depuis plus de 50 ans, s'efforçant d'élargir l'accès aux services de santé sexuelle et reproductive, de réduire les décès maternels et de remettre en question les attitudes néfastes envers les femmes et les filles.

En 2021, près de 1,3 million de femmes et de filles égyptiennes ont bénéficié des programmes de protection, de prévention et de rétablissement des mutilations génitales féminines de l'UNFPA. Plus de 11 000 filles ont également été protégées contre les mariages forcés ou précoces, et 67 communautés ont lancé des plateformes de plaidoyer pour encourager et informer les autres sur les dangers des pratiques discriminatoires et des normes sociales liées au genre.

À cette fin, les clubs de sensibilisation de la population font également participer les hommes et les garçons à des discussions sur l'égalité des sexes et les questions de santé génésique, qu'ils ne considéreraient peut-être pas comme pertinentes pour eux. "Au début, ils étaient réticents à écouter ou à entendre ces informations de la part d'une femme", a déclaré Mme Moneim. "Mais j'ai fini par gagner leur confiance en leur parlant de mon propre frère, par exemple, de sorte qu'ils ont compris que je pouvais m'identifier à eux."

Mme Walid ajoute qu'elle diffuse ses propres connaissances en matière de santé reproductive pour aider les autres membres de sa communauté : "Je conseille ma tante sur la façon dont elle doit parler à son fils adolescent. Chaque fois qu'un sujet sur lequel j'ai appris est abordé, j'ai maintenant quelque chose à dire à ce sujet."

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X