Statement

Protéger les droits reproductifs des femmes rurales : la voie vers un monde plus juste

8 Mars 2018

Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA
Journée internationale des femmes, 8 mars 2018

Les inégalités économiques qui, de nos jours, rongent une grande partie du monde sont exacerbées par bien d’autres formes d’inégalité, notamment en matière de santé sexuelle et reproductive. Plus de 200 millions de femmes – dont la plupart sont pauvres et vivent en milieu rural, dans des régions reculées – n’ont pas accès aux méthodes de planification familiale volontaire. En outre, plus de 800 femmes enceintes meurent chaque jour de complications liées à la grossesse et à l’accouchement, et ce, principalement dans des contextes socio-économiques fragiles.

Dans de nombreuses régions du monde, l’accès aux services des femmes rurales et autochtones est particulièrement limité, voire inexistant, une situation qui menace leur capacité à exercer leurs droits en matière de reproduction.

Tant qu’on ne luttera pas contre la discrimination à laquelle ces femmes font face, aussi bien dans la sphère privée que publique, nombre d’entre elles resteront enfermées dans un cercle vicieux de pauvreté, de grossesses répétées, de capacités réduites, de droits fondamentaux bafoués et de potentiel inexploité. La privation des droits en matière de reproduction porte non seulement préjudice aux personnes concernées, mais elle freine également les économies et le développement des pays.

Faire en sorte que les soins de santé reproductive soient accessibles à tous contribuerait non seulement à garantir le respect des droits reproductifs d’une femme pauvre vivant en milieu rural, mais lui permettrait également de rester en bonne santé, de recevoir une éducation et de participer à tous les aspects de la vie, y compris économiques. Ces avantages auraient des retombées à la fois sur sa vie personnelle, sur sa famille et sur l’ensemble de son pays. C’est pourquoi, à l’UNFPA, il est de notre devoir de collaborer avec nos partenaires pour satisfaire la demande d’informations et de services en matière de planification familiale, et pour mettre fin aux décès maternels évitables ainsi qu’à la violence sexiste et aux autres pratiques néfastes à l’égard des femmes et des filles d’ici à 2030.

La lutte contre les inégalités et la discrimination a toujours été au cœur de notre mission. Par le biais de nos programmes visant à améliorer la vie des femmes exclues et marginalisées, nous nous efforçons de faire en sorte que personne ne soit laissé de côté.

À l’occasion de cette Journée internationale des femmes, renouvelons tous notre engagement en faveur de la lutte contre les multiples formes d’inégalités qui freinent la progression des femmes, notamment des femmes rurales et autochtones démunies, et qui les empêchent d’exercer leurs droits, de concrétiser leurs aspirations et de vivre sur un pied d’égalité avec les hommes. Un monde plus juste en dépend.