Actualités

Pour éradiquer la violence domestique, l'Ukraine fait appel aux équipes mobiles de l’UNFPA

17 Janvier 2019
Author: UNFPA
Plus de 50 équipes mobiles de l’UNFPA travaillent actuellement dans le pays, venant en aide à des milliers de personnes. © UNFPA / Maks Levin
Plus de 50 équipes mobiles de l’UNFPA travaillent actuellement dans le pays, venant en aide à des milliers de personnes. © UNFPA / Maks Levin

SLOVIANSK, Ukraine - « Nous sommes en couple depuis 12 ans, mais il y a un peu plus d'un an, il a commencé à me frapper », a expliqué Anna*, à propos du comportement de plus en plus instable de son mari. Il y a quelques mois, il l'a menacée avec un couteau et elle a su qu'il était temps de le quitter.

Le lendemain, elle a fait semblant d'emmener ses deux fils à l'école, puis s'est réfugiée chez sa sœur dans une autre ville. 

Mais l'épreuve a bouleversé ses enfants, et Anna ne savait pas vers qui se tourner. 

Puis elle a entendu parler des équipes mobiles de soutien psychosocial de l'UNFPA, qui fournissent une large gamme d'assistance aux victimes de violences basées sur le genre. Une équipe l'a aidée à s'installer dans un refuge. A présent, ils l’aident à chercher un emploi et un logement permanent. 

Les équipes mobiles de l’UNFPA se sont révélées essentielles pour aider les femmes qui sont victimes de violences conjugales, en particulier dans les zones rurales. 

En août dernier, le Cabinet des ministres de l'Ukraine a annoncé son intention d'adopter ce modèle, dans le cadre de la mise en place d'un nouveau système national de services à l'intention des victimes de violences basées sur le genre.

Un psychologue de l'UNFPA effectue une visite à domicile. 
© UNFPA / Maks Levin

Atteindre plus de victimes

Chacune des équipes mobiles de l’UNFPA est composée de trois spécialistes - un coordinateur, un psychologue et un assistant social - qui rendent visite aux familles dans le besoin, en se concentrant sur les personnes touchées par la violence domestique. 

« C’était une nouvelle façon de travailler », a déclaré Volodymyr Dziumak, directeur adjoint du Centre des services sociaux pour la famille, les enfants et les jeunes de l’Oblast de Donetsk.

« Les équipes mobiles peuvent suivre la situation des familles, effectuer des visites répétées chez elles, amener une victime de violence au centre de services sociaux ou confier le dossier à d'autres organisations de l'État ou à des avocats qui peuvent fournir une assistance adaptée », a-t-il ajouté.

Les équipes travaillent en collaboration avec le ministère de la Politique sociale de l'Ukraine, avec le soutien financier du Royaume-Uni. Depuis le lancement du programme en 2015, les équipes ont traité environ 10.000 cas à travers le pays.

Maintenant que le gouvernement crée ses propres équipes de soutien psychosocial - avec l'appui technique et l'expertise de l’UNFPA – de plus en plus de femmes bénéficieront d’une assistance.

Mettre fin au cycle de la violence

Anna attribue le comportement violent de son mari à la consommation de drogue.

« Il a commencé à m'accuser d'être infidèle depuis toutes ces années, même si je ne quittais que rarement notre maison ou notre cour », se souvient-elle. « Ensuite, il s’est mis à créer de faux profils de moi sur divers sites de rencontre, et il me demandait pourquoi mes photos étaient sur de tels sites. »

Tandis qu'Anna parlait avec un psychologue, ses fils dessinaient avec Alyona, une assistante sociale. Les garçons reçoivent également de l'aide. Ils commençaient à montrer des signes d'agression, une réaction courante chez les enfants témoins ou victimes de violences domestiques. 

La violence a des effets profonds sur les hommes et les femmes. Une récente enquête de l'UNFPA en Ukraine a révélé qu'un homme sur quatre avait été témoin de mauvais traitements infligés à sa mère par son père ou son beau-père. Environ la moitié avait subi des punitions physiques de la part de leurs parents durant leur enfance.

« D’après mon expérience, la plupart des agresseurs masculins ont été victimes ou témoins de violences domestiques dans leur enfance », a déclaré Lizaveta Krasnoyarska, une psychologue travaillant pour l'équipe mobile de l’UNFPA dans la ville de Slovyansk. « Ils suivent le schéma suivant : « J'ai subi ces infractions, maintenant je vais les infliger à d'autres », sans même y réfléchir. »

Aider les familles à comprendre et à gérer cette dynamique est essentiel pour mettre fin au cycle de la violence, a-t-elle ajouté.

« Même quand on parle de situations dans lesquelles une femme aurait « provoqué » son mari, elle ne peut être tenue pour responsable de la violence dont elle est victime. Parce que c'est l'homme qui choisit comment réagir. Il est responsable de ses décisions. »

*Le nom a été changé pour protéger la vie privée

Ukraine
Population : 43.8 mil
Taux de fertilité
1.6
Ratio de mortalité maternelle
24
Taux de prévalence contraceptive
67
Population âgée de 10 à 24 ans
15%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 86%
Filles 87%