Journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale

23 May 2021

Global

Il est si facile d’ignorer des choses sur lesquelles on ne sait rien. La fistule obstétricale est l’une d’entre elles. C’est pourtant une grave blessure d’accouchement pour les femmes qui les subissent, généralement une cause de mortalité pour les enfants à naître, et surtout c’est une condition tout à fait traitable et largement évitable, ce qui est un élément très positif.

La fistule obstétricale est une perforation de la filière pelvigénitale causée par un travail prolongé ou obstrué. Si elle n’est pas traitée, elle peut provoquer des infections, des maladies voire l’infertilité. De plus, certaines femmes expérimentent des fuites d’urine et/ou de matières fécales, ce qui peut conduire leur mari à les quitter, leur communauté à les bannir et leurs opportunités d’emploi à disparaître. Elles sont alors forcées de vivre dans la misère et l’isolement, environ 500 000 femmes et filles dans le monde vivent avec la maladie.

Dans les pays riches, cette blessure a pratiquement disparu mais ce n’est pas le cas dans les pays le plus pauvres. Lorsque les corps sont trop jeunes, ce qui est le cas avec les mariages d’enfants ou certaines grossesses non planifiées, ils ne sont pas prêts pour la grossesse et l’accouchement et sont très vulnérables. La COVID-19 n’a fait qu’aggraver le problème, provoquant une augmentation des mariages d’enfants (qui constituent une violation de l’autonomie corporelle), des perturbations dans les services de planification familiale et de santé sexuelle et procréative, et des inégalités au sein des systèmes de santé.

Avec ses nombreux partenaires, l’UNFPA a aidé au lancement et à la gestion de la Campagne pour l’élimination de la fistule, qui est présente dans plus de 55 pays et mène des actions de prévention, de traitement et de rééducation. Cette blessure peut être évitée par le biais des soins de santé procréative, de la planification familiale, de la présence de soignant·e·s qualifié·e·s au moment de l’accouchement, et des soins obstétriques d’urgence. Elle peut être traitée par de la chirurgie de reconstruction, même si beaucoup de femmes et de filles ignorent la possibilité de ce traitement, n’y ont pas accès ou ne peuvent pas le payer. L'UNFPA a financé plus de 120 000 d'operations chirurgicales, y compris celle de Razia Shamshad, photographiée ci-dessus avec sa fille à Karachi, © UNFPA Pakistan.

Le thème de cette année est le suivant :  Les droits des femmes sont des droits humains! Nous devons éliminer la fistule obstétricale maintenant! Nous ne devons pas laisser le hasard décider de qui survit et de qui doit souffrir d’une blessure si terrible. Chacune mérite une vie digne, et cette journée sert à nous rappeler cette promesse que nous avons faite de la garantir pour toutes et tous.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X