Vieillissement

Informations générales

Le monde vieillit rapidement. Les personnes âgées de 60 ans et plus représentent plus de 11 % de la population mondiale, et d’ici 2050, cette proportion passera à environ 22 %.

Le vieillissement est une victoire du développement : l’espérance de vie a augmenté grâce à l’amélioration de la nutrition, de l’assainissement, des soins de santé, de l’éducation et du bien-être économique. Bien que le vieillissement mondial pose certains problèmes socio-économiques, des politiques appropriées peuvent permettre aux personnes, aux familles et aux sociétés de faire face à ce phénomène et d’en tirer parti.

L’UNFPA s’emploie à sensibiliser l’opinion publique au vieillissement de la population et à la nécessité d’en exploiter les opportunités comme d’en relever les défis. Il soutient également la recherche et la collecte de données afin de fournir une base solide à l’élaboration de politiques et de plans, et veille à ce que les questions de vieillissement soient prises en compte dans les programmes nationaux de développement et les stratégies de réduction de la pauvreté.

Un monde vieillissant

Le vieillissement de la population est l’une des tendances les plus marquées du XXIe siècle. Une personne sur neuf dans le monde est âgée de 60 ans ou plus. Tant que les taux de fécondité continueront de baisser et que l’espérance de vie ne cessera d’augmenter, la proportion de personnes âgées s’accroîtra régulièrement. En outre, bien que le vieillissement de la population soit un phénomène mondial, il progresse plus rapidement dans les pays en développement, notamment ceux qui comptent une importante population de jeunes.

La contribution des personnes âgées à la société est inestimable. Qu’il s’agisse d’aide, de volontariat ou de la transmission des traditions culturelles aux jeunes générations, celle-ci ne peut, bien souvent, pas être mesurée en termes économiques. Les personnes âgées jouent également un rôle important en matière d’autorité, et interviennent souvent dans la résolution de conflits au sein des familles et des communautés, voire en cas de situation d’urgence.

Toutefois, elles sont aussi souvent vulnérables, notamment face à la dégradation du tissu social ou au manque de revenus, ou victimes de discrimination et de maltraitance. Les femmes âgées, en particulier, sont vulnérables à la discrimination, à l’exclusion sociale et à la privation du droit de succession. Par ailleurs, les femmes vivent souvent plus longtemps que les hommes et peuvent être confrontées à une aggravation de la pauvreté en vieillissant.

Préserver la santé, la sécurité et l’indépendance des personnes âgées

Bien que de nombreuses personnes âgées soient en bonne santé, le vieillissement s’accompagne de modifications biologiques qui augmentent le risque de maladie et de handicap. L’approche des soins de santé doit couvrir l’ensemble du cycle de vie (commencer tôt, continuer pendant toute la période de fécondité et se poursuivre pendant la vieillesse), et ce pour le bien-être physique et émotionnel des personnes âgées et, plus largement, de la collectivité. Les politiques et les programmes publics doivent, en outre, répondre aux besoins des personnes âgées en situation de précarité qui n’ont pas les moyens de se faire soigner.

Il est également important de mettre en place des environnements adaptés afin de garantir la sécurité, la bonne santé et l’indépendance des personnes âgées. Des logements à prix abordable et des transports accessibles, par exemple, peuvent les aider à rester des membres actifs de la société. Il est également primordial de dénoncer, d’instruire et de prévenir la discrimination, la maltraitance et la violence à l’égard des personnes âgées.

De nombreuses personnes âgées finissent par devoir être prises en charge, une responsabilité qui revient généralement à leur famille. Mais la baisse de la fécondité et l’urbanisation rapide ont changé la nature des relations familiales, alourdissant parfois les responsabilités qui pèsent sur le réseau traditionnel de soutien familial. Compte tenu de l’augmentation du nombre de personnes âgées, leurs proches auront besoin d’aide pour les prendre en charge. De même, il devient impératif de garantir aux personnes âgées une protection sociale qui puisse contribuer à atténuer la pauvreté à laquelle sont confrontées nombre d’entre elles, en aidant ces personnes ainsi que les autres membres du foyer. Une telle mesure contribuerait même à briser le cycle intergénérationnel de la pauvreté. Ces pensions permettent également d’autonomiser les personnes âgées, et peuvent contribuer à équilibrer les relations entre les sexes en assurant un revenu aux hommes comme aux femmes.

Interventions de l’UNFPA

L’action de l’UNFPA porte sur cinq domaines essentiels : le dialogue politique, le renforcement des capacités, la collecte des données, la recherche et le plaidoyer. L’UNFPA facilite l’élaboration de politiques fondées sur des données factuelles afin de s’assurer que la situation des personnes âgées est prise en compte. L’UNFPA finance également des recherches sur le vieillissement de la population menées dans le respect des valeurs culturelles et de l’égalité des sexes, et sensibilise la société aux opportunités et aux défis que présente ce phénomène en vue de prendre les mesures nécessaires.

L’UNFPA collabore également avec l’Institut international sur le vieillissement, situé à Malte, afin de trouver des solutions au problème du vieillissement de la population et de former les décideurs à l’élaboration de politiques favorables aux personnes âgées et à la mise en œuvre et au suivi du Plan d’action international de Madrid sur le vieillissement. Adopté en 2002, celui-ci vise à créer une « société pour tous les âges » au sein de laquelle la population puisse vieillir en toute sécurité, avec dignité et dans le respect de ses droits, partout dans le monde.

Mis à jour le 18 novembre 2014