Changements climatiques

Informations générales

Les changements climatiques sont aujourd’hui l’un des plus grands défis que doit relever l’humanité. Ses effets se font déjà sentir : tempêtes violentes, montée du niveau des mers, variations des températures et modifications des régimes climatiques… et ce n’est que le début. Des mesures doivent être prises d’urgence pour réduire les émissions, atténuer ces changements et s’y adapter.
Le monde entier sera touché par les changements climatiques, en particulier les populations démunies, vulnérables et n’ayant pas les moyens de s’adapter. Toutes les communautés vont devoir accroître leur résilience et leur durabilité. Compte tenu de l’ampleur sans précédent des migrations et de l’urbanisation, il faudra pour cela comprendre l’évolution des populations et prévoir de répondre à leurs besoins actuels et futurs.
L’UNFPA collabore avec des gouvernements et d’autres partenaires en vue de mieux comprendre la dynamique des populations et son influence sur les changements climatiques, et de trouver des solutions pour accroître la résilience face à ces changements. Ce n’est qu’à l’aide de ces connaissances que les décideurs pourront relever ce défi extrêmement préoccupant.

Population et changements climatiques

Les scientifiques savent que les changements climatiques sont d’origine humaine, et que l’humanité est au cœur de la solution à ce problème.

L’idée qu’un ralentissement de la croissance démographique dans les pays à fort taux de fécondité pourrait contribuer à réduire les émissions à l’échelle mondiale est très répandue. Toutefois, ces pays ont actuellement de faibles niveaux d’émissions, alors que ceux qui connaissent une croissance démographique plus lente (c’est-à-dire les pays plus riches) ont des niveaux d’émissions beaucoup plus élevés. En réalité, la solution aux changements climatiques repose sur l’éducation, l’innovation et l’autonomisation.

La population, la croissance économique et les modes de consommation et de production jouent tous un rôle dans les changements climatiques. Or on croit souvent, à tort, que plus il y a d’humains, plus cela génère d’émissions, sans tenir compte des inégalités. Actuellement, seuls 2,5 milliards de personnes gagnent assez d’argent (plus de 10 dollars par jour) pour que leur consommation soit susceptible de contribuer aux émissions, et le dérèglement climatique est principalement le fait d’une petite minorité d’entre eux.

S’il est vrai qu’un ralentissement de la croissance démographique pourrait améliorer la situation à long terme, cela n’aurait guère d’incidence sur les changements climatiques dans l’immédiat. La plupart des pays qui consomment davantage, et donc génèrent plus d’émissions, connaissent déjà une faible croissance démographique, voire un recul de la population. Les pays à la croissance démographique rapide, en revanche, sont en général marqués par la pauvreté et leurs niveaux d’émissions demeurent souvent très faibles.

En outre, ces pays pauvres ont le droit de se développer et d’améliorer leur niveau de vie, ce qui implique une augmentation de la croissance économique et de la consommation. À moins que cette évolution soit radicalement différente de celle des pays riches, cela aggravera encore les changements climatiques. Néanmoins, certains facteurs et effets du développement, notamment l’amélioration de la santé et de l’éducation et l’autonomisation, peuvent aussi favoriser la durabilité.

Un fardeau inégal

Les changements climatiques mettent en péril les moyens d’existence et le bien-être de l’ensemble des populations et des sociétés. Toutefois, ses effets seront vraisemblablement plus graves pour les populations pauvres et marginalisées, qui n’ont guère contribué aux émissions de gaz à effet de serre mais qui n’auront pas les moyens de s’adapter lorsque la sécheresse, les inondations et autres bouleversements se produiront.

Par ailleurs, comme ce phénomène affecte les écosystèmes et l’agriculture, les répercussions toucheront souvent en premier lieu les femmes démunies, qui assument la responsabilité de la production vivrière et de la corvée d’eau dans de nombreuses régions du monde.

Le programme Demographic Exploration for Climate Adaptation (DECA ou « Recherche démographique pour l’adaptation aux changements climatiques »), élaboré par l’UNFPA, permet d’identifier les communautés vulnérables aux risques climatiques.

Solutions

Si l’on veut s’adapter aux changements déjà amorcés et favoriser à l’avenir un développement résilient face au climat, il faut tenir compte des données démographiques. De nouvelles technologies doivent également être mises au point et déployées en vue d’enrayer les changements climatiques et de favoriser le développement durable. La coopération technique entre les pays est en outre nécessaire pour accélérer la transition vers des économies plus respectueuses de l’environnement.

Par ailleurs, il est indispensable de faire évoluer les modes de consommation afin de ralentir le gaspillage effréné des ressources naturelles. Pour ce faire, l’une des solutions les plus éprouvées, efficaces et justes consiste à investir en faveur d’infrastructures et de services publics universels dans le but d’améliorer l’efficacité des transports, des logements et des services collectifs, trois des principales formes de consommation.

L’urbanisation offre également une occasion d’intervenir. Le monde s’urbanise en effet à une vitesse spectaculaire ; des politiques adéquates permettraient de rendre les villes inclusives et durables. En améliorant l’efficacité énergétique et en anticipant les besoins des résidents actuels et à venir, l’urbanisme pourrait faire des villes un élément essentiel de la solution aux changements climatiques.

Chacun doit également s’engager dans une consommation plus durable, en particulier les plus fortunés. On peut ainsi aider les particuliers à faire des choix de consommation plus responsables grâce à une meilleure sensibilisation aux risques que présentent les changements climatiques, à des mesures incitatives visant à réduire la consommation des ménages et à des innovations écologiques.

Interventions de l’UNFPA

L’UNFPA intervient à différents niveaux en matière de lutte contre les changements climatiques et ses conséquences.

Le Fonds a créé en partenariat avec l’International Institute for Environment and Development et Wolfram Research l’outil Demographic Exploration for Climate Adaptation (DECA), un système automatisé d’analyse géographique qui associe des données démographiques (lieu de résidence, sexe, âge et disponibilité des services) à des informations géographiques concernant les catastrophes climatiques. Cet outil permet de donner aux décideurs une image détaillée de l’emplacement des populations vulnérables, des risques qui les menacent et des ressources disponibles pour améliorer leur résilience. Ces informations peuvent servir de base à des politiques visant à prévoir des infrastructures plus durables et à réduire les risques de catastrophe.

Plusieurs pays, notamment l’Indonésie, la Jamaïque, les Maldives, Sainte-Lucie et Trinité-et-Tobago, se sont engagés à utiliser l’outil DECA pour la planification et l’élaboration de leurs politiques. D’ici fin 2015, cet outil couvrira 20 millions de personnes, et peut-être bien plus.

Les interventions de l’UNFPA en matière de santé sexuelle et reproductive, d’éducation et de prévention de la violence contribuent également à favoriser la résilience des populations vulnérables. L’accès à la planification familiale volontaire, aux soins de santé maternelle et à une éducation de qualité est un moyen essentiel de renforcer l’autonomie des femmes et des jeunes vulnérables, ce qui leur permettra de mieux se préparer et réagir face aux crises climatiques.

L’UNFPA aide également à faire face aux effets des changements climatiques, en particulier aux conséquences humanitaires. Les changements climatiques augmentent en effet l’intensité et la fréquence des catastrophes naturelles, lors desquelles les femmes et les filles se retrouvent souvent privées de tout accès aux services de santé vitaux, notamment de santé sexuelle et reproductive, et sont davantage exposées à la violence sexiste. L’UNFPA fournit des services de santé sexuelle et reproductive, sensibilise l’opinion à l’aggravation des risques et assure un soutien psychologique aux victimes de violences.

Mis à jour le 18 novembre 2014