Isha Sesay rejoint l'UNFPA en tant qu'Ambassadrice de bonne volonté pour aider à lutter contre la violence à l'égard des femmes et des filles

25 Novembre 2020
Isha Sesay. Crédit photo: Cathrine White

La journaliste et auteure Isha Sesay a rejoint l'UNFPA en tant que nouvelle ambassadrice de bonne volonté pour aider à sensibiliser à la violence basée sur le genre, et soutenir les efforts visant à y mettre fin. Cette annonce est intervenue au début de la campagne annuelle 16 jours d'activisme contre la violence basée sur le genre à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes.

« En tant que femme noire africaine de la Sierra Leone, une nation confrontée à l'inégalité des sexes et à la violence sexuelle », a déclaré Mme Sesay, « je suis extrêmement fière d'endosser le rôle d'Ambassadrice de bonne volonté de l'UNFPA et d'associer ma voix, mes privilèges et ma position à leurs efforts pour parvenir à ce changement tardif et indispensable ».

Plus tôt dans l'année, elle a entrepris une tournée virtuelle pour discuter avec le personnel des programmes de l’UNFPA, ses clients et ses partenaires dans six régions, à travers sept pays. La tournée comprenait le Népal, où l'UNFPA s'emploie à mettre fin au mariage d’enfants ; L'Ukraine, où elle soutient des programmes qui fournissent des services sociaux, protecteurs et juridiques aux victimes de violences ; et la Somalie, où elle lutte contre les mutilations génitales féminines en autonomisant les femmes et les filles grâce à l'éducation et aux activités génératrices de revenus. « Je m'engage à raconter les histoires d'injustice et la façon dont elles affectent les femmes et les filles », a déclaré Mme Sesay.

 

Elle a expérimenté ces problèmes personnellement et professionnellement. Sa mère est une victime de la mutilation génitale féminine ; sa grand-mère était une « coupeuse » qui pratiquait cette tradition nuisible. Dans le cadre de son travail de présentatrice pour CNN, elle a interviewé des enfants mariées en Irak et des médecins qui ont tenté de guérir les corps brisés de femmes en République démocratique du Congo. En 2014, elle a couvert l'enlèvement des 276 écolières par le groupe d'insurgés Boko Haram à Chibok, au Nigéria, pour lequel elle a remporté un prix Peabody. Elle a ensuite écrit un livre en 2019 sur la captivité des filles, Beneath the Tamarind Tree.

Pour Mme Sesay, l'éducation a transformé la vie de sa mère et la sienne, elle a donc été particulièrement frappée par l'histoire des filles de Chibok. Sa voix se joint à d'innombrables autres pour en réécrire une nouvelle – sans violence ni peur – pour les femmes et les filles du monde entier.

 

Contenu connexe

Actualités
Fear, isolation, grief, economic stress and shuttered support services are taking a vast toll on the mental health of people around the world.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X