Dans le nord-est du Nigéria, un appel à l’action encourage la lutte contre la violence basée sur le genre dans le cadre de l’aide humanitaire

13 Août 2019
Au nord-est du Nigéria, l’Appel à l’action pour la prévention de la violence basée sur le genre dans les situations d’urgence transforme la façon dont les acteurs humanitaires traitent ce problème fondamental. © UNFPA Nigéria

L’UNFPA travaille avec des acteurs locaux et le soutien de la Direction générale de la protection civile et des opérations d’aide humanitaire de l’Union européenne (DG ECHO), via l’initiative « Appel à l’action » pour intégrer la prévention et le traitement de la violence basées sur le genre dans la réponse humanitaire à la crise actuelle dans le nord-est du Nigéria.

L’ « Appel à l’action pour la prévention de la violence basée sur le genre dans les situations d’urgence » est une initiative internationale qui implique des partenaires multiples et vise à transformer la façon dont les acteurs humanitaires traitent ce problème fondamental.

L’objectif final de cette initiative est que toute opération humanitaire puisse inclure dès le départ des efforts de prévention pour réduire les risques de violence basée sur le genre, particulièrement envers les femmes et les filles, ainsi que des services sûrs et complets aux survivantes. D’une façon plus générale, le but est d’intégrer l’égalité des genres et l’émancipation des femmes et des filles dans tous les aspects de l’action humanitaire.

Cette initiative a été lancée en 2013 par le Royaume-Uni et la Suède. Elle compte désormais 72 membres, dont des États, des agences des Nations Unies, des organisations internationales et des ONG, et sa force réside dans l’action collective et la responsabilité. 

Jusqu’en décembre 2018, cette initiative internationale était dirigée par la DG ECHO, et c’est maintenant le Canada qui en a pris la tête. Son application pilote sur le terrain, le Plan d’action pour le nord-est du Nigéria et la République démocratique du Congo, est financé par la DG ECHO. 

L’UNFPA, partenaire fondateur de l’Appel à l’action, est depuis longtemps chef de file du traitement de la violence basée sur le genre dans les contextes humanitaires. L’agence dirige depuis 2016 (et co-préside depuis 2008) la Zone de responsabilité dédiée à la violence basée sur le genre, au sein du Groupe mondial de la protection, qui supervise la réponse humanitaire à la violence basée sur le genre au niveau communautaire.

Les partenaires de l’Appel à l’action pour le nord-est du Nigéria, rassemblés pour leur réunion d’examen semestriel, les 17 et 18 juillet à Maiduguri, Nigéria. © UNFPA Nigéria

Plan d’action pour le nord-est du Nigéria

La crise en cours dans le nord-est du Nigéria entre dans sa dixième année, et 7,1 millions de personnes dans les états d’Adamawa, de Borno et de Yobe ont actuellement cruellement besoin d’aide humanitaire, dont 3,9 millions de femmes et de filles.

Conflit armé, personnes déplacées, subsistance compromise, accès limité aux services et à la protection ont exacerbé les risques de violences sexuelles et basées sur le genre. Selon une enquête de 2016, 6 femmes sur 10 affectées par cette crise nigériane ont souffert de violence basée sur le genre, quelle qu’en soit la forme.

Le Plan d’action pour le nord-est du Nigéria a été lancé à Maiduguri en juillet 2018. Il vise :

  • à améliorer la coordination pour une approche globale, fiable, rapide et transversale de la violence basée sur le genre ;
  • à améliorer l’accès à des services de qualité pour les survivantes ;
  • à renforcer les capacités des partenaires locaux ;
  • à trouver des financements ;
  • et à impliquer des acteurs de la sécurité pour améliorer la prévention et le traitement de la violence basée sur le genre (VBG).

Fort de 39 partenaires, dont des organisations de la société civile (OSC) locales, le Plan d’action est un document en constante évolution, développé en collaboration avec le sous-secteur de la VBG. Il comprend un cadre opérationnel pour s’assurer que les engagements des partenaires se traduisent en actions concrètes.

« L’Appel à l’action crée un élan de sensibilisation et d’engagement pour la mise en œuvre d’actions contre la VBG », explique Jolene Mullins, directrice nationale de la section nigériane de l’International Medical Corps, « non pas en cochant une case ‘activité effectuée’, mais en garantissant que nous nous acquittions de nos responsabilités envers les gens que nous aidons, et que cela ait un effet durable. »

Enfin, le succès de l’initiative se mesure par des améliorations concrètes dans la vie des survivantes de violence basée sur le genre, ainsi que dans celle des personnes à risque. Ce programme a permis d’identifier des obstacles dans l’accès des survivantes à la justice, et de concevoir des stratégies pour les surmonter dans le cadre d’une approche globale. Il a également amélioré la sensibilisation à la nécessité de prévenir la violence basée sur le genre dans des secteurs en rapport avec la santé, l’eau et l’hygiène, l’hébergement, et la coordination et la gestion des camps de réfugié·e·s.

Les partenaires de la société civile pendant une session d’examen et de développement de la sensibilisation dans l’État de Yobe (Nigéria). © UNFPA Nigéria

Mobiliser les partenaires locaux pour une action durable

Mobiliser les organisations de la société civile a été un élément fondateur de cette initiative. En septembre 2018, des sessions de sensibilisation ont été organisées avec 72 OSC, en partenariat avec les réseaux d’OSC dans les trois États concernés.

« Grâce à l’Appel à l’action, les voix des OSC sont mieux entendues, et ces organisations ont de plus en plus d’opportunités de se développer et d’être reconnues », constate Ahmed Shehu, président du réseau OSC dans l’État de Borno.

À l’avenir, l’initiative souhaite renforcer le partage d’informations entre les différents acteurs et donateurs humanitaires pour augmenter le financement. Pour améliorer l’appropriation nationale et la durabilité du programme, elle se concentrera sur la promotion d’un engagement plus profond et plus large du gouvernement et des partenaires nigérians non-gouvernementaux. Sur la base des besoins identifiés par les OSC et les partenaires gouvernementaux, elle développera une stratégie pour améliorer les compétences techniques des acteurs humanitaires qui proposent des services de prévention de la violence basée sur le genre.

Le plan d’action pour le nord-est du Nigéria est adapté aux difficultés propres à la réponse humanitaire dans les trois États concernés, mais il pourra s’appliquer à d’autres contextes de crise que ce soit au sein du pays ou à l’extérieur, une fois que les leçons en auront été tirées.

« Pour nous, au Nigéria, l’Appel à l’action est vecteur de changement dans le nord-est, avec un énorme potentiel d’impact sur d’autres régions du pays, en cas d’urgence quelle qu’elle soit », déclare Anetu-Anne Aliu, secrétaire à la Condition féminine et au Genre, au sein du ministère fédéral nigérian de la Condition féminine.

L’expérience menée au Nigéria a déjà permis la mise en place du Plan d’action pour la République démocratique du Congo, qui a débuté cette année.