Une bonne santé sexuelle et reproductive est un état de bien-être total sur le plan physique, mental et social, relativement à tous les aspects du système reproductif. Dans cet état, les personnes sont en mesure de profiter d'une vie sexuelle satisfaisante et sûre et ont la capacité de procréer et de décider si elles désirent le faire ou non, ainsi que quand et comment.

Pour préserver sa propre santé sexuelle et reproductive, il faut pouvoir accéder à des informations exactes et à la méthode de contraception sûre, efficace, abordable et acceptable de son choix. Toutes les personnes doivent être informées et habilitées à se protéger des infections sexuellement transmissibles. Lorsqu'elles décident d'avoir des enfants, les femmes doivent également pouvoir accéder aux services qui pourront les aider à vivre au mieux leur grossesse, à accoucher en toute sécurité et à mettre au monde un bébé en bonne santé.

En collaboration avec un vaste éventail de partenaires, l'UNFPA œuvre à la réalisation de l'objectif d'accès universel à la santé et aux droits sexuels et reproductifs, y compris à planification familiale.

Topic summary

Santé reproductive et développement

L'UNFPA agit pour que la santé et les droits sexuels et reproductifs continuent d'être une préoccupation centrale du développement. La Conférence internationale sur la population et le développement a établi l’évidence du lien entre la santé reproductive, les droits de la personne et le développement durable. Si les besoins en matière de santé sexuelle et reproductive ne sont pas satisfaits, les individus se retrouvent privés du droit de faire des choix fondamentaux à propos de leur propre corps et de leur propre avenir, une situation qui a des répercussions sur le bien-être de leur famille et sur les générations futures. Et comme ce sont les femmes qui mettent les enfants au monde et qui portent majoritairement la responsabilité de leur éducation, les questions relatives à la santé et aux droits sexuels et reproductifs sont indissociables de la question de l'égalité des genres. Par conséquent, le déni de l'ensemble de ces droits exacerbe la pauvreté et les inégalités entre hommes et femmes.

Principales préoccupations

Des personnes font la queue aux portes d'une clinique de santé reproductive au Vietnam.  ©UNFPA/Doan Bau Chau

Ce constat est particulièrement évident dans les pays en développement, où les questions de santé reproductive sont la première cause des problèmes de santé et des décès parmi les femmes et les filles en âge de procréer. Chez les femmes pauvres, on observe un taux disproportionné de grossesses non intentionnelles, d'avortements non médicalisés, de mortalité et d'invalidité maternelles, d’infections sexuellement transmissibles (IST), de violence basée sur le genre et d'autres problèmes lié à la grossesse et à l’accouchement.

Les jeunes sont également très vulnérables car ils et elles rencontrent souvent des obstacles pour accéder aux informations et aux soins en matière de santé sexuelle et reproductive. Par exemple, le VIH touche les jeunes de manière disproportionnée, et chaque année, des millions de filles sont susceptibles de vivre une grossesse non intentionnelle les exposant à des risques durant l'accouchement ou en cas d'avortement non médicalisé. Cela met en péril leur scolarité. La santé reproductive des adolescent·e·s constitue donc une autre priorité de travail pour l'UNFPA.

L'UNFPA travaille également à la prévention et au traitement des IST, qui font des ravages dans le monde entier. Chaque jour, plus d'un million de personnes contractent une IST. En l'absence de diagnostic et de traitement, certaines IST telles que le VIH peuvent s’avérer fatales. Les IST peuvent également provoquer des complications au cours de la grossesse, dont la naissance d'enfants mort-nés, des infections congénitales, une septicémie ou des décès néonatals. Les IST comme le papillomavirus humain (HPV) peuvent aussi causer des maladies inflammatoires pelviennes, la stérilité, ou bien des cancers du col de l'utérus, qui sont l’une des grandes causes de mortalité chez les femmes.

Une approche axée sur le cycle de vie

Pour les hommes comme pour les femmes, la santé reproductive est une préoccupation qui durera toute la vie, de l'enfance jusqu’à un âge avancé. Les données dont nous disposons indiquent qu'à n'importe quelle étape de la vie d'une personne, la santé reproductive a de profondes répercussions sur son état de santé futur. L'UNFPA soutient des programmes adaptés aux différentes difficultés auxquelles les personnes sont ou seront confrontées à différentes étapes de leur vie : éducation sexuelle complèteplanification familiale, soins préconception, soins prénatals et d'accouchement sans risque, services de prévention des infections sexuellement transmissibles (dont le VIH), et services favorisant le dépistage et le traitement précoces des maladies liées à la santé reproductive (dont le cancer du sein et du col de l'utérus).

Pour garantir l'accès à la santé reproductive tout au long du cycle de vie, il convient de renforcer les services fournis dans de nombreux secteurs, depuis les systèmes de santé (et leur personnel) jusqu’aux systèmes éducatifs en passant même par les réseaux de transport, nécessaires pour garantir l'accessibilité des soins de santé. De plus, tous les efforts en faveur de la santé sexuelle et reproductive dépendent de la présence de prestataires de soins de santé qualifié·e·s qui soient en mesure de proposer des soins respectueux et de qualité – et par ailleurs abordables et accessibles – ainsi que de la disponibilité de fournitures médicales essentielles, tels que les contraceptifs, les médicaments vitaux et les équipements médicaux de base.

Le travail de l'UNFPA

Le travail d’amélioration de la santé sexuelle et reproductive mené par l’UNFPA est un effort fondamental dans la réalisation de l’Objectif de développement durable n°3, consacré à la bonne santé et au bien-être. Il permet aussi de progresser vers l’Objectif n°5, qui soutient l’égalité des genres, ainsi que d’autres objectifs établis par le Programme 2030.

L'UNFPA travaille avec les pouvoirs publics, d’autres organes de l'ONU, la société civile et des bailleurs de fonds pour développer des actions exhaustives en vue de garantir l'accès universel aux soins de santé sexuelle et reproductive. L'UNFPA préconise d'intégrer la prestation de ces services aux soins de santé primaire pour en faciliter autant que possible l'accessibilité. De cette manière, une femme pourrait par exemple satisfaire à ses besoins en matière de planification familiale, de soins prénatals, de dépistage du VIH et de santé générale en un seul et même endroit.

L'UNFPA travaille également avec les pouvoirs publics et les communautés pour renforcer les systèmes de santé, qu'il s'agisse de soutenir la mise en œuvre de programmes de santé, d’améliorer la qualité des soins ou de consolider leurs ressources humaines. L'UNFPA œuvre également pour que les fournitures de santé reproductive soient disponibles là où les personnes en ont besoin et pour que des systèmes logistiques efficaces soient mis en place. Le Fonds thématique d'affectation spéciale pour la santé maternelle et le Partenariat avec UNFPA Supplies sont deux exemples des nombreux efforts de l'UNFPA pour renforcer les systèmes de santé et la qualité des services.

Tout en renforçant les systèmes nationaux, l'UNFPA accorde également une attention particulière à l'amélioration de l'accès pour les catégories défavorisées, dont les jeunes, les pauvres en milieu urbain, les communautés rurales, les populations autochtones et les femmes et filles en situation de handicap.

 

Mis à jour le 4 avril 2022

Dernières nouvelles

Les données

Population

aged 65+, percent, 2020

aged 10-24, per cent, 2020
aged 0-14, per cent, 2020
aged 15-64, per cent, 2020
aged 65+, per cent, 2020
Superieur Inférieur

Un différend existe entre les Gouvernements de l'Argentine et du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord au sujet de la souveraineté des îles Falkland (Malvinas).

Les frontières, les noms et les appellations employés sur cette carte n'impliquent ni reconnaissance ni acceptation officielle de la part de l'Organisation des Nations Unies.