Mariage d'enfants - Questions fréquemment posées

Février 2018

Qu’est-ce que le mariage d’enfants ?
Pourquoi le mariage d’enfants a-t-il lieu ?
Le mariage d’enfants est-il courant ?
Où le mariage d’enfants est-il pratiqué ?
Quel âge ont les enfants impliqués dans des mariages d’enfants ?
Quelle est la différence d’âge moyenne entre une enfant et son mari ?
Les garçons sont-ils concernés par le mariage d’enfants ?
Quelles sont les conséquences du mariage d’enfants ?
Dans quelle mesure le mariage d’enfants est-il courant  ?
Convient-il de s’ingérer dans les traditions religieuses ou culturelles d’autres pays portant sur le mariage d’enfants ? ?
Que peut-on faire pour éradiquer le mariage d’enfants ?
Combien coûtera l’éradication du mariage d’enfants ?
Quelle est la différence entre mariage d’enfants, mariage précoce et mariage forcé ?
Quel est le lien entre la grossesse à l’adolescence et le mariage d’enfants ?

Qu’est-ce que le mariage d’enfants ?

Le mariage d’enfants est un mariage dans lequel au moins un des conjoints a moins de 18 ans. La simplicité de cette définition dissimule une réalité bien plus compliquée. Les termes « enfant » et « mariage » sont parfois interprétés différemment.

« Tout être humain âgé de moins de 18 ans » est la définition reconnue sur le plan international d’un enfant, énoncée par la Convention des droits de l’enfant, l’un des traités les plus universellement approuvés et largement ratifiés de l’histoire. C’est aussi la définition légale qui est utilisée dans la plupart des régions du monde.

Toutefois, dans quelques pays, l’âge adulte, ou l’« âge de la majorité », peut être atteint avant 18 ans. (La Convention relative aux droits de l’enfant prévoit une exception pour les lois nationales reconnaissant un âge de majorité plus précoce.) Certains pays et cultures considèrent l’âge adulte comme un statut que l’on acquiert par le mariage, par exemple, les pays où l’on définit la majorité à 18 ans et plus, et où toute femme mariée est considérée comme étant majeure. D’autres pays imposent un âge minimum du mariage plus élevé, comme le Népal, où la loi impose d’avoir au moins 20 ans pour pouvoir se marier.

La notion de mariage diffère elle aussi : le mariage peut être formel ou informel, régi par le droit civil, le droit commun ou le droit religieux, ou peut simplement être une coutume. Par ailleurs, dans beaucoup de pays, il arrive que les mariages soient reconnus par la communauté sans aucun enregistrement légal. Les mariages peuvent être prononcés lors de protocoles, mais il arrive qu’il n’y ait aucune cérémonie ou action légale. Dans les pays interdisant le mariage polygame, les deuxièmes et troisièmes mariages ont souvent lieu sans enregistrement légal.

Les études les plus poussées tentent de prendre en compte cette variable pour quantifier le mariage d’enfants. Les enquêtes en grappes à indicateurs multiples (Multiple Indicators Cluster Surveys) et les enquêtes démographiques et de santé (Demographic Health Surveys), par exemple, recueillent des informations sur la date et l’âge auxquels une femme ou un homme a commencé à vivre avec son époux/épouse ou partenaire.

Indépendamment de ces différentes définitions, le mariage d’enfants est une grave violation des droits fondamentaux qui met directement en péril la vie, la santé, la sécurité et l’éducation des filles comme des garçons, et qui limite leurs perspectives d’avenir.

Pourquoi le mariage d’enfants a-t-il lieu ?

Il peut être difficile d’imaginer pourquoi une personne déciderait de marier son enfant. Pourtant, pour des millions de personnes, le mariage d’enfants peut sembler la meilleure option, si ce n’est la seule.

Les filles sont fréquemment considérées comme des fardeaux ou des marchandises en raison de l’inégalité entre les sexes largement répandue. Des parents appauvris croient souvent que le mariage garantira à leur fille un avenir plus prospère en la confiant à un mari ou sa famille, qui en deviennent alors responsables. Cela peut être le cas lorsque les parents font face à des difficultés financières ou lorsque les filles sont contraintes à abandonner l’école à cause de la pauvreté ou en raison des circonstances. Généralement, dans les régions où la famille de la mariée doit verser une dot à la famille du marié, plus les mariées sont jeunes, moins les dots seront élevées, ce qui incite les parents à marier leurs filles tôt. Inversement, lorsqu’une compensation est versée par la famille du futur époux, certains parents en difficulté peuvent choisir de marier leurs filles pour en tirer un revenu.

Les parents voient souvent le mariage comme un moyen de protéger leurs filles de la violence sexuelle, surtout en cas de crise humanitaire. Le mariage d’enfants tend à augmenter en situation de guerre, lorsque les familles doivent faire face à l’instabilité financière et à la peur de la violence. Et pourtant, une jeune enfant mariée sera, elle aussi, confrontée à de hauts niveaux de violence sexuelle, physique et émotionnelle de la part de son partenaire intime.

Bien que la plupart des grossesses à l’adolescence recensées dans les pays en développement aient lieu alors que la jeune fille est déjà mariée, dans certains endroits, une grossesse précoce incite les parents à marier leur fille. Cette situation existe tant dans les pays pauvres que les pays plus prospères, où une grossesse hors mariage est synonyme de honte. Il arrive même que les filles soient contraintes de marier leur violeur pour éviter que la famille ne subisse l’ostracisme associé à la grossesse hors mariage.

Par ailleurs, les mariages d’enfants ne sont pas toujours le fruit de la décision d’un parent ou tuteur. Il arrive fréquemment que les adolescents décident eux-mêmes de se marier. Le mariage peut représenter un moyen de manifester leur indépendance, de quitter le foyer ou d’échapper à des situations difficiles, comme l’extrême pauvreté de la famille ou la violence. Les restrictions imposées à la sexualité des adolescents hors du mariage poussent aussi certains adolescents à voir cette union comme le seul moyen d’être sexuellement actifs.

Dans la plupart des cas, le mariage d’enfants survient parce que les filles et leur famille n’ont pas d’autre choix. De façon écrasante, quand les adolescents ont le choix, ils se marient plus tard.

Dans quelle mesure le mariage d’enfants est-il courant ?

En réalité, le mariage d’enfants est extrêmement fréquent.

Plus de 650 millions de femmes et de filles en vie aujourd’hui ont été mariées avant leur 18e anniversaire. 21 % des jeunes femmes âgées de 20 à 24 ans étaient mineures quand elles se sont mariées. Le mariage d’enfants a également lieu dans les pays à revenu élevé.

La bonne nouvelle, c’est que le taux mondial de mariage d’enfants montre des signes de recul. Dans les années 2000, une femme sur trois entre l’âge de 20 et 24 ans avait été mariée, étant encore enfant. En 2017, ce chiffre dépassait tout juste une femme sur cinq. Le taux de mariages d’enfants de moins de 15 ans est passé de 11 %, en 2000, à 8 %, en 2015.

Il n’en reste pas moins que les progrès sont inégaux et que le recul du mariage d’enfants reste trop lent. Le taux de diminution est faible et le nombre total de mariages d’enfants devrait augmenter d’ici 2030, en raison de la croissance démographique dans les régions où le mariage d’enfants est le plus répandu, comme l’Afrique occidentale et l’Afrique centrale. Si nous voulons inverser la tendance, nous devons amplifier nos actions pour éradiquer le mariage d’enfants. 

L’Asie du Sud a enregistré une très forte baisse du mariage d’enfants au cours des dix dernières années et désormais, le fardeau mondial du mariage d’enfants se déplace vers l’Afrique subsaharienne. Parmi les filles-épouses mariées plus récemment, près d’une sur trois se trouve désormais en Afrique subsaharienne, par rapport à une sur cinq il y a dix ans. Tandis que l’Afrique subsaharienne continue de connaître l’un des taux les plus élevés de mariage d’enfants, c’est en Asie du Sud que l’on trouve le plus grand nombre de filles-épouses.
 

Où le mariage d’enfants est-il pratiqué ?

Le mariage d’enfants est un phénomène présent dans le monde entier.

Les pays développés ne sont pas épargnés, y compris les États-Unis et le Royaume-Uni. Nombreux sont ceux qui croient que lorsqu’un mariage d’enfants a lieu dans un pays développé, il concerne les communautés immigrées. Ce n’est pourtant pas le cas. Le mariage d’enfants est un phénomène qui touche beaucoup de communautés, ethnicités et religions.

Le mariage d’enfants reste cependant beaucoup plus répandu dans les pays en développement, la pauvreté étant un des principaux facteurs de ce phénomène.

C’est en Afrique de l’Ouest et en Afrique centrale que l’on constate les taux les plus élevés de mariage d’enfants, où plus de quatre filles sur dix ont été mariées avant l’âge de 18 ans. C’est en Asie du Sud qu’il y a le plus de mariages d’enfants.

Quel âge les enfants impliqués dans des mariages d’enfants ont-ils ?

Tous les enfants sont concernés. Mais le mariage d’enfants touche davantage les enfants âgés de 16 et 17 ans.

Les mariages qui ont lieu avant l’âge de 15 ans sont considérés comme des « mariages très précoces ». Ces mariages ont un effet particulièrement néfaste sur les filles, interrompant leurs études plus tôt et mettant gravement leur santé en danger. La fréquence de ces mariages varie d’un pays à l’autre. Le Fonds des Nations Unies pour la population a constaté que ces mariages très précoces représentent au moins 30 % des mariages d’enfants, et ce, dans 14 des 82 pays à revenu faible ou intermédiaire pour lesquels des données sont disponibles. 

Dans les cas où les parents sont soumis à une très forte pression pour marier leurs filles (lorsque ces familles vivent dans l’extrême pauvreté ou dans des environnements touchés par des conflits, par exemple), il a été fait état de mariages impliquant des filles âgées de 11 ou 12 ans, car elles sont perçues comme étant à la fois prêtes pour le mariage et à risque de faire l’objet de violences sexuelles.

Même si cela reste rare, il arrive que des enfants de cinq ans soient mariés. Ces enfants extrêmement jeunes sont mariés au cours de 

Quelle est la différence d’âge moyenne entre une enfant et son mari ?

Les enfants qui sont mariés (et il s’agit majoritairement de filles) le sont souvent à des personnes bien plus âgées. Les jeunes filles sont généralement plus vulnérables et moins disposées à faire valoir leurs besoins et leurs désirs.

Les enquêtes démographiques et de santé (outils permettant de rassembler des informations essentielles sur la santé et les populations) parviennent même à repérer les différences d’âge entre les jeunes filles et leurs époux. Ce renseignement est un des facteurs servant à évaluer le bien-être des filles dans une communauté.

Néanmoins, le mariage n’est pas toujours l’union d’une jeune fille et d’un homme beaucoup plus âgé. Dans certaines communautés, il est coutumier de marier des enfants du même âge. Il arrive que des adolescents se marient de leur plein gré (contractant ainsi des « mariages d’amour »), pour former des unions qui sont interdites par leur famille. De tels mariages peuvent mettre ces adolescents en danger en les exposant à de la violence vengeresse. De plus, il est fréquent que les jeunes mariés s’enfuient loin de chez eux ou manquent de soutien économique ; ils doivent ainsi faire face à des risques économiques et sociaux.

Les garçons sont-ils concernés par le mariage d’enfants ?

Bien que la majorité des mariages d’enfants impliquent des jeunes filles, les garçons sont également concernés.

L’UNFPA a constaté que, dans les 82 pays à revenu faible ou intermédiaire pour lesquels des données sont disponibles, le mariage d’enfants est beaucoup moins fréquent chez les garçons que chez les filles. Seul un garçon sur 25 (soit 3,8 %) est marié avant d’atteindre ses 18 ans. Le mariage avant 15 ans est, quant à lui, pratiquement inexistant (0,3 %). Seuls dix pays affichent un taux de mariage d’enfants chez les garçons de plus de 10 %, notamment Madagascar (16 %), le Pakistan (14%), la République centrafricaine et la République démocratique populaire lao (13 %), Honduras, les îles Marshall, Nauru et les Comores (12 %), le Népal (11 %) et le Guatemala (10%).  

Les taux de mariages d’enfants chez les garçons sont très bas, même dans les pays où le mariage d’enfants chez les filles est le plus répandu.

Quelles sont les conséquences du mariage d’enfants ?

Le mariage d’enfants porte atteinte aux droits des enfants et met en péril leur vie et leurs perspectives d’avenir.

Tout d’abord, le mariage d’enfants prive l’enfant du droit de choisir (librement, sans coercition ni crainte) avec qui se marier et quand se marier. C’est pourtant l’une des décisions les plus importantes de la vie.

Il existe d’autres conséquences. Une enfant mariée est plus susceptible de tomber enceinte avant que son corps n’ait atteint une maturité complète, augmentant par la même occasion les risques de mortalité et de morbidité maternelles et néonatales. Dans les pays en voie de développement, neuf accouchements sur dix chez les adolescentes se produisent dans le cadre d’une union ou d’un mariage. Dans ces pays, où l’accès aux services de santé sexuelle et reproductive est généralement faible, les complications de grossesse et d’accouchement peuvent être mortelles. En réalité, à l’échelle mondiale, ces complications constituent la principale cause de décès chez les adolescentes.

Les enfants mariés sont également vulnérables aux infections sexuellement transmissibles (IST), y compris le VIH. Ce problème est notamment dû au fait que les filles qui ont abandonné l’école sont plus susceptibles d’être mariées et ont moins de chances d’apprendre les différentes manières de se protéger contre les IST et les grossesses non désirées.

Les enfants mariées sont particulièrement vulnérables aux abus. Elles sont moins en mesure de faire valoir leurs propres intérêts et moins à même d’échapper aux relations abusives. La maladie mentale est fréquente chez les enfants mariées, en raison notamment de la violence qu’elles subissent. En outre, par rapport aux femmes qui se marient plus tard, les filles qui se marient jeunes pensent plus souvent que la violence conjugale est justifiée

Les filles mariées sont rarement scolarisées, car on s’attend à ce qu’elles s’acquittent d’importantes responsabilités ménagères. Leur potentiel d’avenir s’en trouve ainsi limité, ce qui compromet d’autant plus les chances de leur famille de sortir de la pauvreté.

Le manque d’éducation et d’émancipation signifie également que les jeunes filles sont moins à même de défendre le bien-être de leurs propres enfants. Le taux de mortalité est beaucoup plus élevé chez les enfants d’enfants mariées ; leurs résultats nutritionnels sont préoccupants et leur éducation est insuffisante.

En somme, le mariage d’enfants a des répercussions énormes sur la société, la main-d’œuvre et l’économie, et cette perte traverse les générations.

Le mariage d’enfants est-il légal ?

Le mariage d’enfants est interdit presque partout dans le monde.

Deux des accords relatifs aux droits fondamentaux les plus largement approuvés dans le monde, à savoir la Convention relative aux droits de l’enfant (CRC) et la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), traitent du mariage d’enfants. La CRC établit la définition de l’enfant, reconnue dans le monde entier, et énonce les droits des enfants à la santé, à l’éducation, à la protection contre la violence et à la protection contre l’exploitation et les abus sexuels. Tous sont bafoués par le mariage d’enfants. « Les fiançailles et les mariages d’enfants n’ont pas d’effets juridiques et toutes les mesures nécessaires, y compris des dispositions législatives, sont prises afin de fixer un âge minimal pour le mariage et de rendre obligatoire l’inscription du mariage sur un registre officiel. » Ensemble, ces traités ont été signés ou ratifiés par tous les pays, excepté un.

Certaines législations nationales permettent néanmoins des interprétations différentes de ce principe reconnu. Beaucoup de pays autorisent des exceptions lorsque l’accord parental est donné ou conformément au droit religieux ou coutumier.

Même dans les pays interdisant explicitement le mariage d’enfants, l’application de cette loi peut se révéler compliquée, puisque de nombreux mariages d’enfants (et même de nombreux mariages en règle générale) ne sont pas légalement enregistrés.

L’UNFPA collabore avec les gouvernements pour mettre en place des lois, des politiques et des mécanismes de contrôles plus rigoureux, dans le but d’éradiquer le mariage d’enfants. L’UNFPA travaille aussi avec des hommes, des femmes et des jeunes, y compris des adolescentes, pour s’attaquer aux causes profondes du mariage d’enfants, qui perpétue la pauvreté et les inégalités entre les sexes. L’UNFPA soutient aussi les jeunes filles mariées, en particulier en leur apportant des services dans le domaine de la santé sexuelle et reproductive et des services essentiels pour lutter contre la violence sexiste.

Convient-il de s’ingérer dans les traditions religieuses ou culturelles d’autres pays portant sur le mariage d’enfants ?

Aucune tradition religieuse notable ne prône le mariage d’enfants. Et pourtant, ce phénomène persiste dans de nombreuses cultures et religions. Il serait toutefois erroné de dire que le mariage d’enfants offre une garantie de protection, que la pratique soit culturelle ou religieuse. Une très grande majorité des gouvernements du monde entier ont, de manière totalement indépendante, décidé de reconnaître le mariage d’enfants comme une grave violation des droits de l’homme.

Dans les endroits où le mariage d’enfants persiste, les preuves de ses ravages suffisent généralement à convaincre les décideurs politiques, les dirigeants, les chefs religieux et les parents. À vrai dire, les exemples de chefs culturels et religieux condamnant fermement le mariage d’enfants sont nombreux. Pour autant, les interdictions en elles-mêmes ne suffisent pas toujours ; le mariage d’enfants dérivant souvent de l’impossibilité de faire des choix et étant perçu comme étant la norme, il est nécessaire d’offrir aussi des alternatives aux familles et aux communautés.

Que peut-on faire pour éradiquer le mariage d’enfants ?

Les lois interdisant le mariage d’enfants doivent être adoptées, renforcées et appliquées. Il est également primordial d’accorder plus d’attention aux lois connexes telles que celles relatives au prix de la fiancée, au viol conjugal, à l’enregistrement des naissances et des mariages, et à la scolarisation obligatoire.

Mais les lois à elles seules ne suffisent pas.

Fondamentalement, il est indispensable de réduire le fossé des inégalités hommes-femmes. Lorsque l’éducation des jeunes filles est considérée comme aussi valable que celle des garçons, et lorsque les communautés, tant d’hommes que de femmes, accordent autant d’importance aux perspectives d’avenir des filles qu’à celles des garçons, alors l’option du mariage d’enfants est moins envisagée.

De plus, lorsque les jeunes disposent d’informations sur leur santé sexuelle et reproductive, lorsqu’ils sont en mesure de décider librement et de manière responsable de leur sexualité, sans contrainte, discrimination ni violence, ils sont moins enclins à se marier avant l’âge de 18 ans.

Par ailleurs, lorsque les familles se trouvent dans une meilleure situation, elles sont moins enclines à opter pour le mariage d’enfants. Les familles, y compris les filles, doivent être en mesure de vivre en paix et de se déplacer en toute sécurité. La pauvreté extrême, qui est la raison de tant de mariages d’enfants, doit être éradiquée. Il convient notamment de mettre en place des dispositifs de protection sociale pour les jeunes filles et leur famille, et de leur garantir un meilleur accès à l’éducation, aux services de santé et aux perspectives économiques.

Lorsqu’elles sont conscientes de leurs droits et ont accès aux bonnes informations et opportunités, les jeunes filles peuvent jouer un rôle essentiel dans l’éradication du mariage d’enfants. L’UNFPA a constaté que lorsque l’on donne aux jeunes filles les capacités de faire valoir leurs intérêts, elles sont à même de convaincre leur famille de repousser, voire d’annuler, leurs fiançailles. Elles peuvent alors continuer leur parcours scolaire, acquérir des compétences et aider financièrement leurs familles. Beaucoup d’entre elles ont été inspirées à un point qu’elles sont devenues des défenseuses et des dirigeantes au sein de leur communauté.

L’UNFPA et ses partenaires travaillent désormais pour amener ces changements aux jeunes filles les plus vulnérables. Le Programme mondial d’intensification de l’action visant à éliminer le mariage d’enfants de l’UNFPA et de l’UNICEF (UNFPA-UNICEF Global Programme to Accelerate Action to End Child Marriage) aide des jeunes filles dans douze pays d’Asie, d’Afrique et du Moyen-Orient, et mobilise un mouvement mondial contre le mariage d’enfants. En plus de renforcer l’accès des filles à l’éducation et à des services de soins de santé, ce programme informe les parents et les communautés sur les conséquences du mariage d’enfants. Il contribue également à mettre en place un environnement juridique et politique plus favorable aux filles, et génère des données sur ce qui fonctionne dans la lutte contre le mariage d’enfants et le traitement des problématiques connexes telles que la grossesse chez les adolescentes, la violence sexiste et le VIH.

Combien coûtera l’éradication du mariage d’enfants ?

En novembre 2019, l’UNFPA a publié une étude conjointe avec l’Université Johns Hopkins, en collaboration avec l’Université de Victoria, l’Université de Washington et Avenir Health, estimant le coût de l’éradication du mariage d’enfants dans 68 pays où se produisent près de 90 % de ces mariages. Les chercheurs ont conclu, contre toute attente, que mettre un terme au mariage d’enfants dans ces pays d’ici à 2030 n’exigerait pas de grands moyens financiers : éradiquer cette pratique ne coûterait que 35 milliards de dollars.

Autrement dit, il faut compter environ 600 dollars pour faire annuler le mariage d’une enfant, soit le prix d’une seule nuit dans un hôtel de luxe.

Cet investissement de 35 milliards de dollars (dans des interventions éducatives, des initiatives d’autonomisation et des programmes visant à transformer les normes sociales relatives à l’union d’enfants) permettrait d’éviter environ 58 millions mariages d’enfants. Qui plus est, les filles qui échappent au mariage précoce seront en mesure « d’apporter une contribution plus productive à l’économie familiale », ce qui se traduira par d’importants effets bénéfiques pour leur communauté sur la durée. 
 

Quelle est la différence entre mariage d’enfants, mariage précoce et mariage forcé ?

On entend parfois l’expression « mariages d’enfants, précoces et forcés ». Celle-ci donne l’impression qu’il s’agit de termes distincts. En réalité, leurs significations se chevauchent.

Le mariage d’enfants et le mariage précoce renvoient pratiquement à la même notion : un mariage dans lequel au moins un des conjoints a moins de 18 ans. Cependant, le mariage précoce est parfois utilisé pour décrire un mariage dans lequel au moins un des deux conjoints a 18 ans ou plus, mais voit sa capacité d’accorder son consentement compromise. Par exemple, serait considéré comme précoce le mariage d’une jeune fille de 19 ans qui n’est ni physiquement ni émotionnellement mature ou qui ne dispose pas d’informations suffisantes sur ses choix.

Le mariage forcé est un mariage dans lequel au moins un des deux conjoints ne donne pas son consentement libre et entier, et ce, quel que soit son âge. Le mariage forcé peut également désigner une union dans laquelle au moins un des deux conjoints est incapable de quitter l’autre ou de mettre un terme au mariage.

Étant donné que, dans la plupart des pays, un enfant n’est pas considéré comme étant capable de donner un consentement légal, tout mariage d’enfants est parfois considéré comme un mariage forcé. Il arrive néanmoins souvent que deux adolescents âgés de moins de 18 ans se marient volontairement.

Quel est le lien entre la grossesse à l’adolescence et le mariage d’enfants ?

Dans les pays en développement, environ 90 % des adolescentes (jeunes filles âgées de 15 à 19 ans) qui accouchent sont déjà mariées. Cela signifie que le mariage d’enfants est souvent précurseur de grossesse précoce, ce qui crée un certain nombre de risques pour la santé des jeunes filles dont le corps n’est peut-être pas encore assez mature pour supporter une maternité. À l’échelle mondiale, les complications liées aux grossesses et aux accouchements constituent la première cause de décès chez les adolescentes.

Dans certaines régions, c’est l’inverse. Alors que la plupart des grossesses chez les adolescentes se produisent dans le cadre du mariage, il n’est pas rare que les premières naissances survenant dans le mariage aient été conçues avant celui-ci. La grossesse chez les adolescentes incite souvent les parents à marier leurs filles. Ce phénomène est constaté partout dans le monde, où les communautés considèrent la grossesse hors mariage comme une honte. Il arrive même que les filles soient contraintes de marier leur violeur pour éviter que la famille ne subisse l’ostracisme associé à la grossesse hors mariage.

Mise à jour le 29 janvier 2020

Contenu connexe

Actualités
Survivante du mariage d'enfant, elle dirige maintenant la première entreprise de sécurité des femmes au Yémen.
Actualités
Souvent vues comme des rites de passage, les MGF peuvent entraîner des complications médicales graves, comme des infections, des douleurs chroniques ou une infertilité. Elles peuvent même s’avérer mortelles.
Actualités
À l'occasion de la Saint-Valentin, l’UNFPA explore ce qui se passe quand les filles osent dire « NON » lorsqu’elles sont confrontées au mariage précoce.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X