Accélérer le changement

Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des mutilations génitales féminines rapport annuel 2018

Date de publication: Août 2019

Auteur: UNFPA, UNICEF

La pratique des mutilations génitales féminines (MGF) a continué de reculer à travers le monde, notamment dans les pays à forte prévalence dans lesquels le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) mettent en oeuvre le Programme conjoint sur les mutilations génitales féminines : Accélérer le changement. Le programme vise à éliminer les MGF en une génération. Dans les 30 pays disposant de données représentatives sur la prévalence des MGF, environ une fille sur trois âgées de 15 à 19 ans a subi cette pratique contre une fille sur deux au milieu des années 80. Les mutilations génitales féminines chez les filles âgées de 15 à 19 ans a reculé dans des pays ayant différents niveaux de prévalence des MGF, notamment au Burkina Faso, en Égypte et au Kenya.

Toutefois, avec des taux de croissance démographique particulièrement élevés en Afrique, et une estimation de 50 millions de filles potentiellement en danger de MGF en Afrique d’ici 2030, des efforts concertés sont nécessaires pour faire en sorte que les taux de mutilations génitales féminines (MGF) continuent de baisser afin de renverser cette tendance.

Contenu connexe

Vidéo

Kenza est un médecin dans la vingtaine de Djibouti. Dans la vidéo, elle parle de son expérience avec les mutilations génitales féminines et des conséquences à long terme du traumatisme

Interactif
D’ici à 2030, on estime que 68 millions de filles dans le monde subiront des mutilations génitales féminines si l’on n’accélère pas les efforts visant à éliminer ces pratiques néfastes.
Actualités
Souvent vues comme des rites de passage, les MGF peuvent entraîner des complications médicales graves, comme des infections, des douleurs chroniques ou une infertilité. Elles peuvent même s’avérer mortelles.

Pages