Accélérer le changement

Programme conjoint UNFPA-UNICEF sur l’élimination des mutilations génitales féminines rapport annuel 2018

Date de publication: Août 2019

Auteur: UNFPA, UNICEF

La pratique des mutilations génitales féminines (MGF) a continué de reculer à travers le monde, notamment dans les pays à forte prévalence dans lesquels le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance (UNICEF) mettent en oeuvre le Programme conjoint sur les mutilations génitales féminines : Accélérer le changement. Le programme vise à éliminer les MGF en une génération. Dans les 30 pays disposant de données représentatives sur la prévalence des MGF, environ une fille sur trois âgées de 15 à 19 ans a subi cette pratique contre une fille sur deux au milieu des années 80. Les mutilations génitales féminines chez les filles âgées de 15 à 19 ans a reculé dans des pays ayant différents niveaux de prévalence des MGF, notamment au Burkina Faso, en Égypte et au Kenya.

Toutefois, avec des taux de croissance démographique particulièrement élevés en Afrique, et une estimation de 50 millions de filles potentiellement en danger de MGF en Afrique d’ici 2030, des efforts concertés sont nécessaires pour faire en sorte que les taux de mutilations génitales féminines (MGF) continuent de baisser afin de renverser cette tendance.

Related content

Uncut girls club members come together to change attitudes about FGM in the community. © UNFPA Ethiopia/Meron Negash
Actualités
Genet Girma, 31, was a trailblazer in her community. Fifteen years ago, she ran away from home when she learned that her mother planned to have her undergo female genital mutilation (FGM).
Latty, 14, was inspired by her mother to call for the elimination of FGM. Luca Zordan for UNFPA
Actualités

UNITED NATIONS, New York/Ouagadougou, BURKINA FASO – Fourteen-year-old Latifatou Compaoré learned the spirit of resistance from her mother.

Her mother was subjected to female genital mutilation (FGM) as a child in Burkina Faso. “She told me that one of the girls who...

Abdullah Ali Abdullah has spent 30 years working with communities in North Kordofan to encourage abandonment of female genital mutilation. © UNFPA Sudan
Actualités
In the early 1980s, Abdullah Ali Abdullah saw constant infections and childbirth complications while volunteering in a health centre in Sudan’s North Kordofan state. He soon realized many of these issues had the same root cause – female genital mutilation (FGM).

Pages