Déclarations

Libérer le Pouvoir de la Jeunesse : Une décennie, pour Accélérer les Actions, en vue d’obtenir Zéro Mutilations Génitales Féminines

6 Février 2020

Déclaration conjointe du Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA, d’Henrietta H. Fore, Directrice exécutive de l’UNICEF, de Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU-Femmes et Dr Tedros Adhanom Directeur général de l'OMS, à l’occasion de la Journée Internationale de la Tolérance Zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines

« Tabitha a grandi en zone rurale,au Kenya. A cette époque, la plupart des jeunes filles de 16 ans subissaient des mutilations génitales – une violation des droits humains à laquelle sont exposées plus de 4 millions de filles à travers le monde cette année. Mais Tabitha a échappé à ce sort, grâce au soutien indéfectible de ses parents, qui l’en ont préservée en dépit d’une forte pression sociale.

« À l’occasion de la Journée Internationale de la Tolérance Zéro à l’égard des Mutilations Génitales Féminines, nous nous joignons à Tabitha et aux jeunes à travers le monde qui se mobilisent pour défendre leurs droits avec insistance et énergie. Ils appellent leurs pairs, leurs familles, leurs communautés et leurs gouvernements à mettre fin, une bonne fois pour toutes, à cette pratique néfaste de violence basée sur le genre, comme promis par la communauté internationale au travers l’Agenda 2030 de développement durable. 

« Bien que d’importants progrès aient été réalisés ces 30 dernières années pour éliminer cette pratique, environ 200 millions de femmes et de filles actuellement en vie, ont subi une mutilation génitale. Ce qui peut à long terme, leur causer des répercussions physiques, psychologiques et sociales.

« Les soutiens en faveur de cette pratique s’amenuisent. Dans les pays où les mutilations génitales féminines sont répandues, les adolescentes âgées de 15 à 19 ans, sont moins favorables à la poursuite de cette pratique, que les femmes âgées de 45 à 49 ans. Et dans plusieurs pays, les jeunes filles sont moins susceptibles de subir des mutilations génitales que leurs mères et grands-mères ne l’étaient. Cependant, la croissance rapide du nombre de jeunes dans les pays où les mutilations génitales féminines ont une forte prévalence, pourraient entraîner une hausse considérable du nombre de filles exposées au phénomène d’ici 2030. 

« Les jeunes d’aujourd’hui peuvent jouer un rôle essentiel pour mettre fin à cette pratique. Libérer le pouvoir de la jeunesse, signifie, investir en faveur des mouvements de jeunesses, pour défendre l’égalité des sexes, mettre fin à la violence à l’égard des femmes et des filles et éliminer les pratiques néfastes. Pour ce faire, il faut considérer les jeunes comme des partenaires lors de la conception et la mise en œuvre des plans d’action nationaux ; bâtir des relations avec les organisations de jeunesses ainsi que les réseaux qui œuvrent pour l’élimination des mutilations génitales féminines et qui reconnaissent cette pratique comme une forme de violence à l’égard des femmes et des filles ; donner aux jeunes les moyens mener des campagnes communautaires pour remettre en question les normes et les mythes sociaux et, enfin, impliquer les hommes et les garçons en tant qu’alliés.

« Il ne s’agit toutefois pas d’un objectif que les jeunes peuvent atteindre seuls, ou sans tenir compte des autres formes de violence à l’égard des femmes et des filles, ou des inégalités entre les sexes. Cela suppose en outre, un leadership et un engagement politique solide.

« L’année dernière, lors du Sommet de Nairobi sur la CIPD25, les gouvernements, la société civile, les organisations confessionnelles et le secteur privé ont renouvelé leur engagement à mettre fin à la violence basée sur le genre et aux pratiques néfastes, telles que les mutilations génitales féminines, au cours des 10 prochaines années ; soit la même échéance que pour la réalisation des objectifs de développement durable. En mars, cela fera 25 ans qu’aura été lancé le Programme d’action de Beijing, un engagement mondial pour faire progresser les droits des femmes dans 12 domaines critiques, notamment l’élimination de toutes les pratiques néfastes à l’égard des femmes et des filles. Cette année, nous annoncerons la mise en place d’une nouvelle campagne « Génération Égalité » pour accroître les investissements et les résultats en faveur de l’équité des sexes.

« Le temps est venu d’investir, en traduisant les engagements politiques déjà formulés en actions concrètes. Le temps est venu de faire mieux et davantage, et d’agir plus rapidement pour mettre fin aux mutilations génitales féminines, une bonne fois pour toutes. Enfin, le temps est venu de tenir la promesse faites à Tabitha et aux filles du monde entier d’éliminer toutes les mutilations génitales féminines d’ici 2030. »

Contenu connexe

Actualités
« J’avais à peu près sept ans quand ma mère a organisé un rituel de mutilation génitale pour moi. La paradji [accoucheuse traditionnelle] a utilisé un morceau de bambou tranchant. J’ai hurlé de douleur, et j’ai vu du sang couler », se souvient Hj. Helwana, leader religieuse au...
Évènements
Près de 200 millions de femmes et de filles dans le monde ont été ou sont affectées par les mutilations génitales féminines, généralement pratiquées entre la petite enfance et l’âge de 15 ans. Aucune raison médicale valable ne sous-tend cette pratique, reconnue comme une...
Actualités
TAMUGH, COMTÉ DE WEST POKOT, Kenya – Plus de 10 000 filles sur une période de 30 ans. Voilà combien de filles trois femmes ont excisées au cours de rituels de mutilations génitales féminines, soit presque une fille par jour, tous les jours, pendant trois décennies.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X