Communiqué de presse

Les femmes et les filles figurent parmi les personnes les plus touchées par les différentes crises qui frappent Haïti

13 Octobre 2022

PORT-AU-PRINCE / NEW YORK, 13 octobre 2022 – Le système de santé haïtien s’est écroulé à la suite du blocus, organisé par des gangs depuis le début du mois dernier, du principal terminal de carburant du pays, dans la capitale Port-au-Prince. Environ trois quarts des grands hôpitaux du pays, qui dépendent de groupes électrogènes à moteur diesel pour s’approvisionner en électricité, déclarent ne pas être en mesure de fournir des services réguliers. En outre, en raison de la pénurie de carburant, seules trois ambulances circulent actuellement à Port-au-Prince, et pratiquement aucune dans le reste du pays.

Les populations vulnérables, notamment les femmes et les filles enceintes, sont les plus touchées par les restrictions d’accès aux services de santé. L’UNFPA, l’organisme des Nations Unies chargé de la santé sexuelle et reproductive, estime que près de 30 000 femmes enceintes risquent de ne pas pouvoir accéder à des services de soins de santé essentiels, et que près de 10 000 d’entre elles pourraient souffrir de complications obstétriques graves, voire mortelles, en l’absence d’une assistance médicale assurée par un personnel qualifié. Environ 7 000 survivantes de violences sexuelles risquent de ne pas pouvoir bénéficier d’un soutien médical et psychosocial d’ici la fin de l’année.

L’UNFPA a collaboré avec les autorités sanitaires, des hôpitaux et des partenaires pour installer des sources d’énergie solaire dans 25 établissements à travers Haïti, permettant ainsi d’améliorer les capacités de stockage dans le respect de la chaîne du froid et d’assurer la continuité des services de maternité. Cependant, la production électrique solaire est trop faible pour permettre aux hôpitaux de fonctionner pleinement.

« Malgré les conditions de sécurité extrêmement difficiles et les pénuries de carburant, des cliniques mobiles sont fréquemment déployées par l’UNFPA et ses partenaires dans les sites accueillant des personnes déplacées autour de Port-au-Prince », a déclaré Saïdou Kaboré, le Représentant de l’UNFPA en Haïti. « Nos travailleurs communautaires qualifiés font tout ce qui est en leur pouvoir pour s’assurer que les femmes et les filles, en particulier les femmes enceintes et les survivantes de violences, puissent accéder aux services et au soutien qui sont essentiels à leur santé et à leur survie. »

Alors qu’Haïti est aux prises avec une crise humanitaire complexe, on observe une résurgence du choléra, une maladie qui occasionne de dangereux niveaux de déshydratation. Cette poussée épidémique survient alors que de nombreux Haïtiens n’ont pas accès aux services de base, notamment en matière d’eau potable, d’assainissement et d’hygiène. Elle menace le bien-être des populations vulnérables, en particulier des femmes et des filles. À ce jour, la maladie a causé 18 morts et plus de 260 cas suspects ont été enregistrés, mais ces chiffres pourraient être en deçà de la réalité.

En collaboration avec ses partenaires, l’UNFPA aide le Gouvernement à contrôler l’épidémie et contribue aux activités de suivi en cours. Des kits d’hygiène, comprenant du chlore, des sels de réhydratation orale et du savon, sont en cours d’acquisition et seront distribués, ainsi que des médicaments et des équipements de protection individuelle.

Des travailleurs communautaires interviennent sur le terrain, dans les camps de personnes déplacées, pour distribuer des comprimés de purification de l’eau et des barres de savon antibactérien aux femmes et aux filles enceintes, et identifier et prendre en charge les personnes atteintes du choléra. Avant l’épidémie, l’UNFPA avait déjà distribué des lampes solaires et diverses fournitures, notamment des serviettes hygiéniques, aux femmes et aux filles déplacées.

« Nous nous efforçons actuellement d’atteindre les femmes et les filles enceintes dans les camps où le choléra est particulièrement susceptible de se propager », a déclaré M. Kaboré. « La violence et l’instabilité qui règnent en ce moment entravent nos efforts pour atteindre les personnes les plus vulnérables, or il nous faut pouvoir prendre en charge de toute urgence les personnes qui ont besoin d’aide. »

L’intervention humanitaire de l’UNFPA en Haïti manque cruellement de fonds. À ce jour, moins de la moitié des fonds nécessaires pour répondre aux besoins essentiels des femmes et des filles en matière de santé reproductive et de lutte contre la violence basée sur le genre ont été perçus.

Relations presse UNFPA

New York : Zina Alam, zialam@unfpa.org ; +1 929 378 9431 
Haïti : Vario Sérant, serant@unfpa.org ; +509 37 01 4872 

À propos de l’UNFPA

L’UNFPA est l’organisme des Nations Unies chargé de la santé sexuelle et reproductive. Sa mission est de bâtir un monde dans lequel chaque grossesse est désirée et chaque accouchement est sans danger. Un monde dans lequel chaque jeune réalise pleinement son potentiel. L’UNFPA appelle à la réalisation des droits reproductifs de tous et soutient l’accès à toute une gamme de services de santé sexuelle et reproductive, y compris la planification familiale volontaire, des soins de santé maternelle de qualité et une éducation complète à la sexualité.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X