Actualités

Vietnam : livraison de fournitures aux structures de santé maternelle au milieu la pandémie de COVID-19

13 Avril 2020
Author: UNFPA
Les soignant·e·s qui travaillent en première ligne sont particulièrement à risque d’être exposé·e·s au virus. © UNFPA Vietnam

HANOÏ, Vietnam – Les expert·es de la santé au Vietnam appellent à des efforts supplémentaires pour assurer un accès continu aux soins de santé maternelle, au milieu de la pandémie grandissante de COVID-19. Plus de 260 cas de COVID-19 ont été confirmés dans le pays, notamment à Hanoï et dans les environs.

« Des services médicaux et des soins spéciaux doivent être prodigués aux femmes enceintes, aux mères avant et après leur accouchement, ainsi qu’aux nouveau-nés pendant cette pandémie », déclare Nguyen Duc Vinh, directeur du département de soins de santé maternelle et infantile au sein du ministère de la Santé. « Nous devons bien nous préparer et tenir nos ressources humaines prêtes à fournir tous les soins de santé sexuelle et procréative ainsi que les services de santé maternelle et infantile pendant l’épidémie de COVID-19 ».

L’UNFPA travaille avec le gouvernement et ses partenaires pour faire en sorte que les soignant·e·s puissent continuer à fournir ces services en toute sécurité. Le 3 avril dernier, l’UNFPA a livré des fournitures au département de planification et de financement du ministère de la Santé, dont 7 000 bouteilles de désinfectant.

Les responsables de la santé mettront ces fournitures à disposition des structures prioritaires de santé maternelle et procréative de Hanoï, dont l’hôpital national de gynécologie-obstétrique, l’hôpital de gynécologie-obstétrique de Hanoï, ainsi que des maternités et des établissements proposant des services de santé sexuelle et procréative.

Les naissances et la pandémie

Les premiers cas de COVID-19 au Vietnam ont été rapportés fin janvier, mais le système de santé a été très actif pour contenir l’épidémie : recherche des contacts, tests et mesures d’isolement. Des protocoles de distanciation sociale ont été mis en place, avec la fermeture des entreprises et commerces non essentiels et la suspension des transports en commun.

L’UNFPA fournit des produits désinfectants au système de santé. © UNFPA Viet Nam

Une récente hausse du nombre de cas a été largement associée aux structures médicales elles-mêmes, ce qui souligne l’importance des mesures de contrôle de l’infection, notamment du lavage des mains et de la désinfection.

L’UNFPA travaille dans l’urgence pour assurer l’accès des services de santé maternelle aux femmes enceintes et un suivi post-accouchement. On estime que 4 300 femmes accouchent chaque jour au Vietnam.

Pour assurer leur livraison rapide, l’UNFPA s’est procuré les produits désinfectants en priorité sur le marché local.

En temps normal, même sans la menace d’une pandémie, l’infection dans les maternités est une préoccupation majeure avant et après l’accouchement. En effet, c’est l’une des causes principales de mortalité maternelle dans le monde

Les protocoles de contrôle de l’infection sont plus essentiels que jamais à présent que les professionnel·le·s de santé sont concerné·e·s par la propagation du COVID-19. Les soignant·e·s qui travaillent en première ligne présentent un risque élevé d’exposition au virus.

« Le risque d’être infecté par le SARS-CoV-2 chez les soignant·e·s est très élevé », explique M. Nguyen, désignant le virus causant le COVID-19 par son nom scientifique.

« Si une flambée de COVID-19 se produit, nous pouvons craindre une pénurie sévère de personnel qualifié, d’équipement et de fournitures, et surtout un manque d’équipement de protection individuelle pour assurer des services de santé maternelle et néonatale, qu’il y ait ou non des complications », ajoute-t-il.

Soutenir les soignant·e·s et les mères

« Il est impératif que nous soutenions le ministère de la Santé et tous les héros et héroïnes de notre pays aujourd’hui : les personnes qui travaillent dans le secteur de la santé, surtout celles qui sont en première ligne, qui risquent leur santé et leur sécurité pour les autres en répondant à cette situation d’urgence », déclare Naomi Kitahara, déléguée de l’UNFPA au Vietnam. « La protection du personnel de santé doit être notre priorité absolue pendant la réponse à l’épidémie de COVID-19 ».

De plus, l’UNFPA recommande de traiter en priorité les femmes enceintes atteintes de maladies respiratoires, à cause du risque de complications graves.

« Nous tenons à exprimer toute notre solidarité au peuple vietnamien, alors que nous faisons face à l’épidémie de COVID-19 ensemble. Aux côtés de toutes les agences des Nations Unies, l’UNFPA se tient prête à fournir toute l’assistance possible à la réponse nationale à l’épidémie, en prêtant une attention particulière aux groupes vulnérables comme les femmes enceintes », ajoute Mme Kitahara.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X