Actualités

Un an après, les femmes et les filles Rohingyas cherchent la sécurité - et une chance de cicatriser

24 Août 2018
Author: UNFPA
De nombreux récits de violence sexiste ont été largement rapportés. Un réfugié Rohingya se rend dans un espace de femmes, soutenu par l'UNFPA. © UNFPA / Allison Joyce
De nombreux récits de violence sexiste ont été largement rapportés. Un réfugié Rohingya se rend dans un espace de femmes, soutenu par l'UNFPA. © UNFPA / Allison Joyce

COX’S BAZAR, Bangladesh – Le 25 août marque le premier anniversaire de la crise des réfugiés qui connaît la croissance la plus rapide au monde. Au cours des douze derniers mois, plus de 720 000 Rohingya ont fui les violences au Myanmar, rejoignant déjà 213 000 personnes au Bangladesh qui devient le camp de réfugiés le plus densément peuplé du monde.

Beaucoup de réfugiés marchent pendant des jours avant d'atteindre des endroits sûrs. Ils bravent les jungles, les montagnes et les rivières pour s’abriter dans les camps de réfugiés du district de Cox’s Bazar. Plus de la moitié sont des femmes et des filles.

Les réfugiés arrivent affamés, malades - et ont désespérément besoin de services de santé sexuelle et reproductive. Au cours de l’année écoulée, près de trente mille réfugiés ont voyagé pendant leur grossesse, sans accès à des soins de santé maternelle.

Certains d’entre eux ont enduré des épreuves horribles.

Un camp de réfugiés à Cox’s Bazar. © UNFPA/Carly Learson

Des viols et d'autres formes de violence basées sur le genre ont été signalés en grand nombre par les réfugiés fuyant le Myanmar.

«Ma soeur a été tuée après un viol collectif qui a eu lieu devant moi et ils ont jeté de l'eau chaude sur mon corps», a déclaré Fatima *, 30 ans, à un intervenant de l'UNFPA.

Dans les camps, la violence sexiste persiste. Les femmes et les filles déclarent être harcelées lorsqu'elles tentent d'accéder à des services humanitaires ou d'accomplir des tâches essentielles, telles que la collecte d'eau ou l'utilisation des latrines. Beaucoup manquent de vêtements adéquats et d'articles d'hygiène essentiels. Et la surpopulation rapide n'a fait qu'accroître les risques pour la sécurité de ces femmes et ces filles.

Un lieu sûr

L’UNFPA, le principal organisme des Nations Unies chargé de la lutte contre la violence sexiste dans les situations d’urgence, a créé vingt espaces sécurisés qui accueillent les femmes.

Là-bas, les femmes et les filles peuvent accéder en toute sécurité à une gamme de services et recevoir des kits de dignité contenant des vêtements, du savon, des serviettes hygiéniques et des torches. Environ 150 000 femmes et filles ont visité les espaces au cours de l'année écoulée. Plus de 114 000 personnes ont reçu des kits de dignité.

Connus sous le nom de shanti khana (ou «foyers de paix») parmi les réfugiés, les espaces offrent également des services de conseil et un lieu de réinsertion dans la communauté.

Les femmes et les filles ont un besoin urgent d'une gamme de services 
de santé sexuelle et reproductive y compris des soins de santé
psychosociaux. Un groupe de réfugiés trouve appui dans un espace
sécurisé de l'UNFPA.© UNFPA/Allison Joyce

«Le type de soutien dont les femmes ont besoin, un médecin ne peut pas le fournir. La blessure est à l'intérieur », a déclaré Monowala, une femme Rohingya qui se porte volontaire dans les zones d'installation de réfugiés. «Les femmes comprennent quand elles viennent ici qu’aucun soutien financier n’est offert. Ils disent que ce que nous offrons vaut beaucoup plus.

Plus de 10 000 incidents de violence sexiste ont été signalés depuis août 2017. À cette époque, l'UNFPA a formé des centaines de volontaires pour administrer des services de santé psychosociale et mentale aux victimes.

«On fait confiance aux volontaires car ils vivent au sein de la communauté. Ils connaissent la langue et la culture », a déclaré Mosrafa, directeur de programme de l'un des espaces.

Les volontaires formés par l'UNFPA savent également comment aborder les personnes dans le besoin. «Les femmes font face à beaucoup de violences, alors nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu’elles viennent toujours ici pour chercher de l’aide. Parfois, nous devons aller chez elles », a déclaré Mosrafa à l'UNFPA.

Naissance en toute sécurité, même ici

Pourtant, au milieu du désespoir, il y a de l'espoir. Une génération entière est née dans les zones de réfugiés - et près de 4 000 bébés dans les établissements de santé soutenus par l'UNFPA.

Les sages-femmes dispensent des services de santé maternelle et
néonatale pendantles urgences. Des sages-femmes formées par l'UNFPA
s'occupent d'une femme en travail. © UNFPA/Allison Joyce

Les sages-femmes dispensent des services de santé maternelle et néonatale salvateurs lors des urgences.

Près de 100 sages-femmes formées par l'UNFPA dispensent des soins vitaux à plus de 300 000 femmes dans le besoin, dans des espaces sûrs et dans des dispensaires de santé génésique mobiles. L’UNFPA distribue également des kits d’accouchement sains, qui contiennent les fournitures nécessaires pour que les femmes gèrent en toute sécurité l’accouchement et dispensent des soins postnatals. Depuis août 2017, environ 10 000 kits d’accouchement sains ont été distribués.

Pourtant, les besoins non satisfaits des réfugiés Rohingyas sont stupéfiants.

La violence sexiste dans les camps reste une préoccupation majeure pour les femmes et les filles. Et les pénuries de fournitures et de sages-femmes qualifiées continuent de mettre la vie des mères et des nouveau-nés en danger. Les organismes des Nations Unies, y compris l’UNFPA, ont du mal à réunir les fonds nécessaires pour ces interventions et d’autres mesures visant à sauver des vies.

Pour les femmes et les filles qui ont un besoin urgent de soins de santé en matière de sexualité et de reproduction, les chances de guérison sont transformatrices.

«Grâce à cet espace sûr, je me suis reposée et j'ai pu allaiter mes enfants», a déclaré une femme. Au cours de son voyage au Bangladesh, elle a perdu son mari et un enfant. «Ici, j'ai reçu un soutien psychologique et j'ai un endroit pour parler de la souffrance vécue pendant ce voyage».

                                                                                                                     – Carly Learson
*Les noms ont été modifiés pour des raisons de sécurité

la République populaire du Bangladesh
Population : 164.7 mil
Taux de fertilité
2.1
Ratio de mortalité maternelle
176
Taux de prévalence contraceptive
64
Population âgée de 10 à 24 ans
29%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 50%
Filles 55%