News

Neuf pays d’Amérique latine et des Caraïbes adoptent à San José un engagement pour les droits des personnes d’ascendance africaine

Neuf pays d’Amérique latine et des Caraïbes adoptent à San José un engagement pour les droits des personnes d’ascendance africaine
  • 18 October 2019

SAN JOSE, Costa Rica – Des représentants de neuf États d’Amérique latine et des Caraïbes ont adopté ce vendredi une déclaration destinée à accélérer l’avancée vers le plein exercice des droits des personnes d’ascendance africaine à l’échelle du sous-continent.

Cet engagement de San José a été adopté par le Costa Rica, le Guatemala, Haïti, le Honduras, le Panama, le Pérou, le Mexique, l’Uruguay et le Venezuela à la clôture de la réunion de haut niveau consacrée à l’accélération des actions mondiales vers le plein exercice des droits des personnes d’ascendance africaine en Amérique latine et dans les Caraïbes organisée par le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le cabinet de la première Vice-Présidente du Costa Rica.

Cet événement rassemblait également des représentants d’organisations de la société civile et des universitaires de 26 pays du monde entier, lesquels ont contribué à la formulation de cet engagement.

L’engagement de San José définit 14 actions prioritaires visant à combler le fossé des inégalités et à progresser vers la réalisation des objectifs fixés par la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine et le Consensus de Montevideo sur la population et le développement.

Parmi ces actions, on remarque la conception et l’exécution de plans et de programmes nationaux et locaux pour remédier aux lacunes en matière d’éducation, de santé, d’emploi, de logement et de développement qui entravent l’épanouissement des personnes d’ascendance africaine.

Les différents pays s’engagent ainsi à redoubler d’efforts afin de garantir la reconnaissance des droits fondamentaux et de l’identité culturelle des enfants et des jeunes, leur participation à la vie collective ainsi que la mise en place de mesures leur permettant d’avoir droit à une vie sans violence et d’avoir accès à l’éducation, à des emplois dignes et aux services nécessaires à leur bien-être et à leur santé physique, sexuelle et mentale.

D’autre part, ils promeuvent des politiques et des stratégies de développement national respectueuses des différences de genre et de génération et permettant de faire face aux besoins particuliers des femmes d’ascendance africaine, notamment en matière d’accès à des services de santé sexuelle et reproductive.

La première Vice-Présidente du Costa Rica, Epsy Campbell Barr, a salué la « feuille de route fraternelle » que constitue l’engagement de San José.

La vice-présidente a également affirmé « œuvrer avec les groupes marginalisés et les populations rendues vulnérables, est miser sur la croissance économique, le bien-être et l’épanouissement ».

Le Costa Rica est extrêmement fier d’avoir accueilli plus de 200 personnes venues de 26 pays pendant ces quatre jours pour cette rencontre qui s’achève aujourd’hui avec l’adoption de mesures immédiates destinées à éliminer les inégalités et à promouvoir résolument les avancées en faveur de la population d’ascendance africaine de l’ensemble du sous-continent », a-t-elle ajouté.

Le Directeur régional de l’UNFPA, Harold Robinson, a quant à lui indiqué que l’engagement de San José sera présenté en novembre au Sommet de Nairobi.

Nous soutiendrons les différentes autorités nationales dans leurs efforts visant à mettre en place des mesures en faveur des populations d’ascendance africaine de façon transversale et à les harmoniser avec les engagements régionaux, comme le Consensus de Montevideo sur la population et le développement, et internationaux, comme le Programme de développement durable à l’horizon 2030. Nous continuerons de collaborer avec les organisations de la société civile, notamment avec les jeunes d’ascendance africaine, pour l’exécution de leurs stratégies d’action et d’influence », a conclu M. Robinson.  

À propos des peuples d’ascendance africaine

Les populations d’Amérique latine et des Caraïbes présentent une riche diversité ethnique, parmi laquelle on recense environ 200 millions de personnes d’ascendance africaine. Une importante partie de ce groupe, notamment les enfants, les jeunes et les femmes, fait cependant face à de graves inégalités d’accès à l’éducation, à l’emploi, au logement et aux soins se traduisant par des taux de mortalité infantile élevés et des disparités notables dans l’espérance de vie, ce qui entrave leur épanouissement et la pleine jouissance de leurs droits.

À propos de cette rencontre

Le cadre de consultation avec la société civile et la réunion de haut niveau visant à accélérer les actions mondiales vers le plein exercice des droits des personnes d’ascendance africaine en Amérique latine et aux Caraïbes se sont tenus du 15 au 18 octobre à San José. Ils constituent un forum destiné à recenser les progrès et les difficultés à surmonter dans le sous-continent dans le cadre de la Décennie internationale des personnes d’ascendance africaine et de l’exécution d’autres instruments internationaux connexes. Cet événement est également l’occasion de formuler des recommandations et des engagements permettant de stimuler les actions à mettre en place au cours du deuxième quinquennat.

Toutes les activités ont été organisées par l’UNFPA, dans le cadre d’un mandat du Secrétaire Général en coordination avec le cabinet de la première Vice-Présidente de la République du Costa Rica.

À propos de l’UNFPA

L’UNFPA est un organisme des Nations Unies chargé des questions touchant à la santé sexuelle et reproductive. Nous avons pour mission de bâtir un monde où chaque grossesse est désirée, où chaque accouchement est sans danger et où chaque jeune réalise pleinement son potentiel.

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X