Actualités

Les communautés autochtones et afro-honduriennes s'unissent pour lutter contre la pandémie

11 Mai 2020
Author: UNFPA
Les membres de la communauté Garífuna fabriquent leurs propres masques en tissu pour limiter la propagation du COVID-19. Ils se réfèrent également aux aliments, et aux médicaments traditionnels. © UNFPA Honduras
Les membres de la communauté Garífuna fabriquent leurs propres masques en tissu pour limiter la propagation du COVID-19. Ils se réfèrent également aux aliments, et aux médicaments traditionnels. © UNFPA Honduras

TEGUCIGALPA, Honduras - Alors que les pays sont aux prises avec la pandémie de COVID-19, les communautés autochtones et afro-descendantes sont parmi les plus vulnérables, nombre d'entre elles étant confrontées à la pauvreté, à un accès limité aux soins de santé et à des informations limitées. Au Honduras, les membres de ces communautés s'unissent pour garantir que les informations et les ressources soient largement diffusées.

« Nous avons dû faire preuve de créativité en ces temps de crise », a déclaré Yimene Calderón, chef de l'Organisation pour le développement ethnique, qui travaille avec la communauté Garífuna pour sensibiliser aux mesures de lutte contre les infections et fournir un soutien aux ménages dans le besoin.

« Nous faisons preuve de résilience, en nous appuyant sur notre médecine et nos aliments traditionnels, et en recherchant du soutien et de la solidarité pour recevoir l'aide du gouvernement - pas individuellement, mais collectivement, car nous travaillons ensemble », a-t-elle déclaré.

Certains membres de la communauté Garífuna vivent dans des zones isolées sans accès direct aux soins médicaux. © UNFPA Honduras

Les communautés autochtones et afro-descendantes sont durement touchées

À ce jour, plus de 1 800 cas de maladie ont été confirmés au Honduras. L'épidémie est concentrée le long de la côte nord du pays, où vit une grande partie de la population garifuna.

La communauté Garífuna descend de groupes africains et autochtones. De nombreux ménages sont gérés par les femmes ou les grands-mères, l'un des parents ou les deux travaillant à l'étranger pour envoyer de l'argent dans leur foyer. Comme dans d'autres communautés afro-honduriennes et autochtones, certains quartiers et ménages manquent d'électricité, d'accès à Internet et d'eau courante. L'insécurité alimentaire est courante et beaucoup ne peuvent accéder aux services de santé en raison de leur distance ou de leur inaccessibilité.

Ces carences ont été exacerbées par la pandémie.

Les principales sources de revenus - notamment les transferts d’argent, le tourisme et les petites entreprises - ont été sévèrement réduites. Les plus vulnérables sont incapables de se distancier socialement ou de se laver fréquemment les mains, entre autres mesures de prévention des maladies.

Mais ces communautés se révèlent également résistantes.

Les communautés passent à l'action

Les communautés afro-honduriennes et autochtones ont uni leurs efforts pour stopper la propagation du COVID-19. En collaboration avec l'UNFPA et l'Organisation panaméricaine de la santé, ils ont traduit les informations sur la prévention des maladies dans la langue garífuna, ainsi que dans les langues misquito, tawahka et chortí. Ces informations sont utilisées par les agents de santé, les réseaux de radio communautaires, les programmes de télévision et les jeunes de la communauté qui sont chargés d’enseigner les gestes de prévention.

Les membres de la communauté fabriquent également leurs propres masques en tissu et se tournent vers les aliments et les remèdes traditionnels.

Les membres de la communauté travaillent avec l'UNFPA et l'OPS pour
traduire les informations sur la pandémie et la prévention des maladies dans les langues locales. © UNFPA Honduras

« Nous avons organisé plusieurs discussions de groupe avec des médecins, des infirmières et du personnel de santé de la communauté de Garifuna », a déclaré Suamy Bermúdez, un médecin de Garífuna qui travaille avec des confrères pour développer une campagne ayant pour but d’atteindre les ménages isolés avec un accès limité aux soins de santé.

Leur campagne fournira des informations sur la prévention des maladies et la médecine traditionnelle, diffusées via des groupes de discussion, des conférences et des manuels. Les campagnes porteront également sur les droits des peuples autochtones.

« Historiquement, les populations les plus vulnérables du Honduras ont fait face à la ségrégation et à un manque d'investissement dans les soins de santé », a déclaré Kenny Castillo, porte-parole de la Direction des peuples indigènes et afro-honduriens (DINAFROH) du ministère du Développement et de l'Inclusion sociale.

« Nous avons ouvert la voie pour que la situation soit évaluée, mais aussi pour qu’il y ait un dialogue sur la question du COVID-19, et de l’après COVID-19, lorsque les communautés seront plus en mesure d’exiger des investissements dans la santé et l'éducation. »

En plus de son soutien à l'action communautaire, l'UNFPA travaille avec ses partenaires pour soutenir les politiques qui défendent les droits des femmes autochtones et des descendants africains : à des services de santé sexuelle et reproductive, à l'information, à l'autonomisation et à la prévention de la violence.

la République du Honduras
Population : 9.9 mil
Taux de fertilité
2.4
Ratio de mortalité maternelle
65
Taux de prévalence contraceptive
52
Population âgée de 10 à 24 ans
31.1%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 41%
Filles 47%

Contenu connexe

Actualités
Les Yéménites vivent déjà la pire crise humanitaire du monde. Le système de santé est sur le point de s’effondrer, avec près de la moitié des structures de santé ne fonctionnant que partiellement, voire pas du tout.
Actualités
Même en temps normal, seule une minorité de femmes enceintes accouche avec l'aide d'un personnel de santé qualifié à Madagascar.
Presse

Déclaration du Dr Natalia Kanem, Directrice exécutive de l’UNFPA, à l’occasion de la Journée internationale de la sage-femme

À l’heure où le monde entier se bat contre le COVID-19, les femmes continuent de tomber enceintes et d’accoucher.  Les pandémies ne font cesser...

Pages