Actualités

Le long de la « ligne de contact » ukrainienne, des cliniques mobiles traitent les cancers de l’appareil reproductif

30 Octobre 2020
Author: UNFPA
Le Dr Kyslytsia et le Dr Ieriomin se tiennent devant la clinique mobile dont ils se servent pour se rendre dans les communautés éloignées, et touchées par le conflit. © UNFPA Ukraine

POPASNA, Ukraine - « J'espère que ce n'est pas un cancer », se disait Valentina, 71 ans, lorsqu'elle s'est rendue dans une clinique mobile en Ukraine l'année dernière.

Elle souffrait depuis longtemps de douleurs intenses dans la région pelvienne, mais comme son village rural du district de Popasna manquait de spécialistes – comme les gynécologues – elle s'était abstenue de soins. Des spécialistes étaient disponibles dans la clinique du district, à 10 km, mais Valentina a déclaré que sa mauvaise vue l'empêchait de parcourir cette distance.

Ce n'est qu'à l'arrivée de la clinique mobile soutenue par l'UNFPA qu'elle a pu se faire examiner par un spécialiste en gynécologie, qui a rapidement diagnostiqué et traité une maladie précancéreuse.

Lorsque la clinique mobile est revenue au cours de l'été, Valentina était parmi les premières en ligne. « Je suis très contente », a-t-elle déclaré après sa consultation. « Le médecin m’a examinée et m'a prescrit un traitement d'entretien. »

Dr. Kyslytsia holds a patient file while she speaks with a woman. Both are wearing masks.
La Dre Kyslytsia a constaté une augmentation des cas de cancers du col de l'utérus. © UNFPA Ukraine.

Environ 60 personnes ont visité la clinique mobile de son village cette année. Depuis juillet, les différentes cliniques mobiles déployées dans le district ont reçu près de 880 patients.

Ces cliniques travaillent avec des médecins locaux, pour informer les patients de leur arrivée. Chaque clinique a un médecin de famille, un gynécologue, un travailleur social, une infirmière et un chauffeur. Elles sont en mesure de fournir des services dans les endroits difficiles d'accès situées près de la « ligne de contact » qui sépare la zone contrôlée par le gouvernement de la zone non contrôlée par le gouvernement.

Maladie chronique, peur chronique

Alors que Valentina a eu du mal à recevoir des soins spécialisés à cause de ses problèmes de vue, d'autres sont confrontées à des obstacles financiers, ou sont trop malades pour voyager.

Et pour beaucoup de personnes vivant dans et autour de la soi-disant « zone grise » - un territoire serpentant entre les terres contrôlées par le gouvernement et les terres occupées - la peur des hostilités limite davantage l'accès aux soins de santé.

« En un mois et demi de travail, nous avons diagnostiqué quatre cas de cancers gynécologiques et un cancer du foie », a déclaré Igor Ieriomin, médecin de famille travaillant dans l'une des cliniques mobiles.

« Même en étant conscients du diagnostic, les gens ne se rendent pas forcément dans les centres d'oncologie car ils croient vivre dans une zone dangereuse où ils pourront à tout moment être victime d’une balle perdue. »

Dr. Ieriomin performs a scan on a patient's abdomen. He is wearing a face mask.
Le Dr Ieriomin a vu des patients trop effrayés par la violence liée au
conflit pour se faire soigner du cancer. © UNFPA Ukraine

Ievghenia Kyslytsia, gynécologue, a rappelé une femme âgée qui avait reçu un diagnostic de cancer de l'utérus avancé.

« Elle a souffert pendant un an mais n'a pas vu de médecin car elle n'avait pas les moyens de payer le transport jusqu’à l'hôpital. Et nous voyons de nombreux cas de ce genre », a-t-elle déclaré. « La guerre a causé beaucoup de stress à la population, en plus d'importantes difficultés économiques. »

Elle a noté une augmentation des cas de cancer du col de l'utérus, qu'elle attribue aux faibles taux de vaccination contre le virus du papillome humain et au manque de connaissances en matière d'éducation sexuelle chez les jeunes.

« Nous en avons déjà diagnostiqué deux de cas cette année », a-t-elle déclaré.

Atteindre les plus vulnérables

En juillet, avec le soutien du gouvernement britannique, plusieurs cliniques mobiles supplémentaires de l'UNFPA ont été ouvertes dans les oblasts de Luhansk et Donetsk, où elles desservent des communautés en grande partie isolées et touchées par le conflit.

En plus des services médicaux, elles fournissent une assistance psychosociale et un soutien aux survivants de la violence basée sur le genre. 

Le personnel de la clinique sait qu'il travaille dans des conditions hostiles - non seulement en raison des tensions persistantes dans la région, mais aussi à cause de la pandémie de COVID-19.

Mais ils ne sont pas découragés. Ils effectuent même des visites à domicile pour les clients incapables de se déplacer jusqu’à eux, leur fournissant des désinfectants, et portant des masques de protection et des combinaisons pour minimiser les risques de transmission.

La Dre Kyslytsia sait à quel point il est important de ne pas interrompre ces services.

« L'année dernière, lorsque j'ai visité pour la première fois les villages et colonies de l'oblast situés le long de la ligne de contact, dans le cadre de l'équipe clinique de l'UNFPA, j'ai vu ces vieilles dames qui n'avaient pas été examinées par un médecin depuis plusieurs années », a-t-elle déclaré. « C'est une très bonne chose que nous ayons un moyen de transport, et soyons en mesure de fournir des services à ceux qui ne peuvent pas se rendre à l'hôpital. »

Le Dr Ieriomin est d'accord : « Vous voyez à quel point certains villages sont éloignés. Ces gens sont mes compatriotes. »

l'Ukraine
Population : 43.7 mil
Taux de fertilité
1.4
Ratio de mortalité maternelle
19
Taux de prévalence contraceptive
53
Population âgée de 10 à 24 ans
14.9%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 85%
Filles 86%

Contenu connexe

Actualités
« Ma vie a été difficile. Je souffre depuis longtemps », a déclaré Khadija, originaire de Bamyan, dans le centre de l'Afghanistan. « Mon mari m'a souvent dit : Tu n'es pas capable de me donner un fils », se souvient-elle.
Actualités
Cette année, Nashwa Mohamed a adopté un nouveau rituel au travail : elle s’assoit à son bureau, regarde son carnet, décroche son téléphone et appelle les femmes qui ne reçoivent plus de contraceptif à cause de la pandémie de COVID-19.
Actualités
« J’encourage toujours les femmes que je connais à s’auto-examiner et à se faire dépister régulièrement », explique Intisar, 55 ans, à l’UNFPA. Elle a survécu à un cancer du sein et vit à Deir al-Balah dans la bande de Gaza.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X