Actualités

Entre difficultés et espoir, le parcours d’une survivante du cancer du sein dans la bande de Gaza

17 Novembre 2020
Author: UNFPA
Un festival est organisé à Gaza pour sensibiliser au cancer du sein et promouvoir le dépistage et le traitement. Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Culture and Free Thought Association.

DEIR AL-BALAH, bande de Gaza, Palestine – « J’encourage toujours les femmes que je connais à s’auto-examiner et à se faire dépister régulièrement », explique Intisar, 55 ans, à l’UNFPA. Elle a survécu à un cancer du sein et vit à Deir al-Balah dans la bande de Gaza. Son franc-parler à ce sujet est très rare au sein de sa communauté.

Le taux d’incidence du cancer du sein est en hausse en Palestine ces dernières années, en partie à cause d’une sensibilisation et d’un dépistage accrus, mais également du mode de vie et des habitudes alimentaires liées à la pauvreté. C’est le cancer qui présente la plus forte prévalence chez les femmes palestiniennes, avec 32 % des diagnostics de cancer en Cisjordanie et 18 % de ceux de la bande de Gaza.

Le cancer du sein est traitable lorsqu’il est détecté tôt. Malheureusement, plus de 60 % des cas de cancer du sein en Palestine sont découvert à un stade tardif, ce qui réduit beaucoup les chances de survie des patientes.

Les femmes atteintes d’un cancer du sein sont aussi victimes d’une forte stigmatisation.

En Palestine, on sait très bien que la vulnérabilité au cancer du sein peut être héréditaire. Ainsi, certaines femmes évitent de se faire dépister pour ne pas pénaliser leurs filles dans leurs perspectives de mariage. Les femmes atteintes d’un cancer du sein sont également victimes de violence basée sur le genre ou sont abandonnées. Une récente étude de l’UNFPA montre que la stigmatisation liée au cancer est une cause majeure de retard de diagnostic et de traitement.

Intisar a eu la chance d’être entourée par sa famille lorsqu’elle a été diagnostiquée en 2016, mais la stigmatisation sociale qu’elle a subie a entraîné chez elle un état dépressif et un grand isolement.

Women in pink hijabs speak to women fathering around a table with a pink tablecloth.
Les défenseurs de la sensibilisation au cancer du sein s'adressent aux femmes de l'Université islamique de Gaza. Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Culture and Free Thought Association

Une lueur d’espoir

L’UNFPA collabore avec le ministère de la Santé pour améliorer les efforts de dépistage et de traitement, et coordonne un groupe de travail sur le cancer du sein.

En travaillant avec l’Augusta Victoria Hospital et la Palestinian Medical Relief Society, et grâce à un financement du gouvernement japonais, l’UNFPA a déployé une clinique mobile de dépistage du cancer du sein dans les communautés isolées de Cisjordanie. 

L’UNFPA travaille aussi en étroite collaboration avec la Culture and Free Thought Association (CFTA) et la Campagne pour les enfants de Palestine pour soutenir les patientes atteintes d’un cancer du sein dans la bande de Gaza. Après avoir reçu une chimiothérapie, Intisar s’est régulièrement rendue à la CFTA pour bénéficier de leurs services. 

On lui a fourni une perruque, des kits dignité contenant des produits d’hygiène, un traitement hormonal, des vitamines, des médicaments ainsi qu’un soutien financier. L’association l’a également aidée à pouvoir bénéficier d’une mastectomie et de prothèses. La CFTA lui a aussi proposé un soutien psychosocial, des activités de loisir et des sorties en groupe.

« J’y ai rencontré des femmes qui sont devenues de véritables amies », se souvient Intisar.

Ces services, ainsi que les sessions de sensibilisation communautaires, sont soutenus par l’UNFPA ainsi qu’un financement du gouvernement japonais. Selon les expert·e·s, la sensibilisation est essentielle.

« Le but est d’améliorer la sensibilisation à l’importance d’un diagnostic précoce du cancer du sein, à la fois pour les femmes et pour les hommes », explique Firyal Thabet, responsable du Centre de santé des femmes de la CFTA. 

« Nous nous servons pour cela de campagnes en ligne, de messages à la radio, et nous travaillons avec les mosquées, les salons de coiffure et les compagnies de taxi. De plus en plus de femmes et d’hommes viennent dans notre centre pour se faire dépister ».

Women attend a recreation day at Al-Gouna Resort.
CFTA organise une journée de loisirs pour les femmes à Al-Gouna Resort. Image reproduite avec l'aimable autorisation de la Culture and Free Thought Association.

« Ne pas abandonner »

Un accès rapide aux services de traitement est également fondamental. Une évaluation récente du projet de l’UNFPA en matière de cancer du sein a montré que parmi les partenaires du projet, le temps moyen séparant le diagnostic du début du traitement est passé de 6 mois à 7 jours entre 2016 et 2018.

Certaines options de traitement restent cependant inaccessibles. 

Intisar avait besoin d’une radiothérapie, mais aucun service de ce type n’était disponible à Gaza la CFTA l’a aidée à obtenir un permis des autorités israéliennes pour recevoir un traitement à l’Augusta Victoria Hospital à Jérusalem Est, mais sa demande a été rejetée cinq fois avant qu’elle n’obtienne finalement son autorisation.

En 2018, près de 40 % des demandes de permis de sortie de la bande de Gaza, pour que des patient·e·s palestinien·ne·s reçoivent un traitement en Cisjordanie ou à Jérusalem, ont été rejetées ou retardées. Près d’un quart de ces demandes concernaient un traitement du cancer.

Aujourd’hui, Intisar est une des militantes principales en faveur du dépistage précoce, et elle est également un soutien au sein de la CFTA. Elle conseille les femmes et les filles à ce sujet dans sa communauté. « Le cancer du sein n’est pas la fin de votre vie, c’est le début d’une nouvelle vie », leur dit-elle. « Il ne faut pas abandonner. »

Elle-même refuse d’abandonner.

Il y a un an, les médecins ont détecté une petite tumeur cancéreuse au niveau de son poumon. Elle est à nouveau sous chimiothérapie. 

« J’ai bon espoir de guérir à nouveau », déclare-t-elle, « avec l’aide de Dieu et de mon entourage ». 

 

État de Palestine
Population : 5.1 mil
Taux de fertilité
3.5
Taux de prévalence contraceptive
40
Population âgée de 10 à 24 ans
31.5%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 83%
Filles 91%

Contenu connexe

Actualités
Cette année, Nashwa Mohamed a adopté un nouveau rituel au travail : elle s’assoit à son bureau, regarde son carnet, décroche son téléphone et appelle les femmes qui ne reçoivent plus de contraceptif à cause de la pandémie de COVID-19.
Actualités
Les femmes et les filles du Honduras sont en danger, suite au passage de l'ouragan Eta.
Actualités
« J'espère que ce n'est pas un cancer », se disait Valentina, 71 ans, lorsqu'elle s'est rendue dans une clinique mobile en Ukraine l'année dernière.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X