Actualités

En Sierra Leone, l’énergie solaire sauve des vies

10 Septembre 2014
Author: UNFPA
Grâce à des kits solaires financés par l’UNFPA, l’unité de soins de Kondembaia à Koinadugu, en Sierra Leone, dispose désormais de l’électricité la nuit. Crédits photo : UNFPA/Sierra Leone

FREETOWN, Sierra Leone – Enceinte de son premier enfant, Fatmata Kamara, du district de Kambia en Sierra Leone, n’a pas caché sa surprise en apprenant qu’elle n’aurait pas à amener de bougies ou de lampe torche à la clinique lorsqu’elle serait prête à accoucher, comme cela avait été le cas pour sa sœur, quelques années plus tôt.

Elizabeth Mansaray, l’agent de santé maternelle responsable de l’unité de soins de Bamoi, montre le kit solaire jaune sur le mur, qui a été installé la semaine précédente avec l’aide de l’UNFPA.

"Désormais nous avons du courant la nuit dans la salle d’accouchement, les femmes n’ont donc plus à s’inquiéter si elles doivent venir accoucher pendant la nuit", explique Mme Mansaray.

Le kit solaire est alimenté par deux panneaux solaires installés sur le toit.Crédits photo : UNFPA/Sierra Leone

Le kit solaire se compose de deux panneaux solaires, installés sur le toit de la clinique et reliés à des lampes à LED de haute qualité. Une fois chargés, ces panneaux peuvent fournir de la lumière pendant 18 à 20 heures.

Le kit comprend également des lampes frontales, un moniteur pour contrôler la fréquence cardiaque du fœtus et un chargeur de téléphone portable.

Une période difficile

Mme Mansaray se rappelle des « jours sombres », avant l’installation du kit solaire. Comme beaucoup d’établissements de santé en Sierra Leone, Bamoi connaissait des coupures de courant récurrentes. Les employés étaient obligés d’avoir à la main une lampe de poche ou une lanterne à piles lorsqu’ils intervenaient pour des accouchements de nuit.

Les nombreuses coupures de courant empêchaient également le personnel de recharger régulièrement les téléphones portables, si bien qu’il n’était pas toujours possible d’appeler une ambulance en cas de complications. Des interventions d’urgence étaient retardées, avec parfois des conséquences fatales.

Un scénario que Mme Kamara ne connaît que trop bien. Lorsque sa sœur a ressenti les premières contractions, une nuit de 2009, ses proches étaient réticents à la conduire à l’unité de soins.

"Nous savions qu’il n’y avait pas de courant au [centre de soins] et nous n’avions pas assez d’argent pour acheter une lampe torche. Le mari de ma sœur a couru chez son oncle et nous avons attendu qu’il revienne avec des bougies et une boîte d’allumettes ", explique-t-elle à l’UNFPA.

"Quand nous sommes arrivés, il a fallu encore attendre, car les infirmières ont dû préparer en hâte la salle d’accouchement dans l’obscurité. Les bougies s’éteignaient à chaque rafale de vent, car les carreaux de la fenêtre de la chambre étaient cassés."

Il s’est très vite avéré que l’accouchement serait difficile et que les agents de santé ne pourraient pas travailler sans éclairage.

"Quand nous avons réussi à allumer enfin la bougie, il était déjà trop tard et nous n’avons rien pu faire pour sauver ma sœur et son bébé", explique Mme Kamara.

Aussi tragique soit-elle, cette histoire est banale. Le taux de mortalité maternelle de la Sierra Leone est aggravé par le mauvais état des infrastructures. On y enregistre environ 1 100 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, soit le taux de mortalité maternelle le plus élevé du monde, d’après le récent rapport Trends in Maternal Mortality: 1990 to 2013 .

Éclairer la voie

Les kits solaires visent à améliorer cette situation.

Le programme a été introduit en Sierra Leone par une ancienne sage-femme, Isha Daramy-Kabia, et par l’organisation caritative Friends of PCMH, qui a fait venir le fabricant des kits solaires, We Care Solar, en Sierra Leone en janvier 2012.

Avec le soutien de l’UNFPA, l’équipe de We Care Solar a formé le personnel local à l’installation et l’entretien d’un premier lot de 18 kits, installés dans des centres de santé sélectionnés par le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique.

"L’installation des 18 kits [a été] un franc succès", rappelle Ratidzai Ndhlovu, qui était alors représentante de l’UNFPA en Sierra Leone.

Depuis, l’UNFPA a contribué à l’acquisition par le ministère de la Santé et de l’Hygiène publique de 42 kits solaires supplémentaires, qui ont été installés dans des salles d’accouchement dans tout le pays grâce à des fonds alloués par le Canada dans le cadre du partenariat H4+.

"L’installation de ces kits solaires a fortement contribué à améliorer les installations sanitaires dans le pays", explique la ministre de la Santé, Miatta Kargbo.

Promouvoir des soins obstétriques qualifiés

L’unité de soins de Bamoi dans le district de Kambia est désormais éclairée la nuit. Crédits photo : UNFPA/Sierra Leone

Dans de nombreux établissements désormais dotés d’un kit solaire, le nombre d’accouchements pratiqués la nuit a doublé. Cela signifie que davantage de femmes accouchent sans risque en bénéficiant de soins qualifiés.

C’est le cas de l’unité de soins de Kondembaia, dans le district de Koinadugu, qui a reçu un kit solaire début 2012. Un an plus tard, le nombre d’accouchements de nuit avait augmenté d’environ 300 %, explique David Aruna, un agent de santé communautaire. Il ajoute que le kit a également permis de réduire le taux de mortalité maternelle au niveau local.

Comme l’explique M. Aruna à l’UNFPA, « la nouvelle de l’installation du kit solaire s’est répandue et désormais, les femmes des alentours n’hésitent pas à venir dans notre [unité de soins] pour accoucher la nuit ».

Pendant ce temps, à l’unité de soins de Bamoi, Mme Kamara est visiblement rassurée d’apprendre que grâce au kit solaire, elle ne subira pas le sort de sa sœur.

Elle déclare : "Maintenant que je sais qu’il y a du courant la nuit, je n’aurai pas à chercher de lampe de poche ou de bougies, et je me rendrai au centre sans hésitation dès que je ressentirai les premières contractions".

– Sriram Haridass

 

Sierra Leone
Population : 8 mil
Taux de fertilité
4.1
Ratio de mortalité maternelle
1120
Taux de prévalence contraceptive
27
Population âgée de 10 à 24 ans
32.9%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 43%
Filles 41%

Contenu connexe

Actualités
Un convoi de 118 camions ont apporté une aide vitale à plus de 40 000 personnes bloquées dans le désert.
Actualités
In the aftermath of the powerful earthquake that struck the Iraq-Iran border on 12 November, UNFPA has scaled up its emergency response to meet the needs of women and girls.
Actualités
NEW YORK, États-Unis – Il reste moins de 500 jours pour réaliser les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), cependant les taux de mortalité maternelle et infantile sont loin d’avoir reculé comme prévu.

Pages