Actualités

En Haïti, après un séisme dévastateur, un pont aérien permet de livrer des produits de santé reproductive

En Haïti, après un séisme dévastateur, un pont aérien permet de livrer des produits de santé reproductive
Dans les semaines à venir, des dizaines de milliers de femmes enceintes auront besoin de services d’accouchement dans les zones touchées par le séisme. © UNFPA Haïti/Samuel Lamery Pierre
  • 22 September 2021

PORT-AU-PRINCE/NEW YORK – L’UNFPA et plusieurs agences partenaires ont livré par avion plus de 125 tonnes de produits essentiels dans des régions d’Haïti ravagées par un séisme, dans le cadre de l’opération Pont aérien humanitaire de l’UE.

On dénombre plus de 2 200 personnes tuées par le séisme de magnitude 7,2 qui a frappé la région sud du pays le 14 août dernier. Plus de 12 260 personnes ont été blessées, et plus de 650 000 ont besoin d’aide humanitaire – parmi elles, beaucoup sont des femmes et des filles en âge de procréer, qui pourraient aussi avoir besoin de soins de santé procréative, de services de santé maternelle, d’aide à la planification familiale et de prise en charge et de protection en cas de viol.

Des estimations préliminaires de l’UNFPA font état de 22 000 femmes qui pourraient accoucher dans les trois mois à venir. Près de 3 700 devraient avoir besoin d’une césarienne. Au moins la moitié des structures de santé disponibles dans les régions touchées ont été endommagées ou détruites, et de nombreux membres du personnel de santé, dont les sages-femmes, sont eux et elles-mêmes parfois sans abri, ou bien ont subi des traumatismes ou des pertes tragiques.

Les bâtiments de la rue qui mène à l’hôpital Saint-Antoine de Jérémie ont subi de gros dégâts.
Les bâtiments de la rue qui mène à l’hôpital Saint-Antoine de Jérémie ont subi de gros dégâts. © UNFPA Haïti/Samuel Lamery Pierre

« Nous avons déjà pris en charge les urgences de santé maternelle et distribué des kits contenant des produits d’hygiène de base comme des serviettes hygiéniques, du savon et des sous-vêtements, aux femmes et aux filles des Cayes, dans le sud d’Haïti », expliquait Yves Sassenrath, délégué de l’UNFPA en Haïti, quelques jours après le séisme.

Des services et des produits essentiels

Les besoins en matière de santé sexuelle et reproductive sont pourtant encore considérables.

Une récente évaluation menée par l’UNFPA a révélé un manque d’éclairage et de toilettes séparées, ce qui accentue la vulnérabilité des femmes et des filles à la violence. Les informations préliminaires montrent que près de 1 800 systèmes d’eau et d’assainissement ont été endommagés, et que les femmes déclarent présenter des infections vaginales et d’autres problèmes de santé à cause d’un manque d’installations sanitaires.

Parmi les produits fournis par la récente livraison aérienne et par d’autres colis humanitaires, on trouve des milliers de kits dignité, contenant des produits d’hygiène : savon, shampooing, lessive, serviettes hygiéniques et sous-vêtements.

L’UNFPA a aussi proposé des kits de santé procréative pour assurer un accouchement le plus sûr possible aux femmes, ainsi que du matériel pour la prise en charge clinique des cas de viol et le traitement des infections sexuellement transmissibles. L’UNFPA travaille aussi au déploiement d’équipes de santé mobiles, et soutient des systèmes de planification familiale et de santé maternelle au sein des hôpitaux encore actifs.

A newborn delivered at Saint-Antoine Jeremie Hospital.
Un bébé né à l’hôpital Saint-Antoine de Jérémie. © UNFPA Haïti/Samuel Lamery Pierre

Aider les plus vulnérables

Au-delà de l’équipement du personnel de santé pour la prise en charge de la violence sexuelle, l’UNFPA soutient les survivantes en leur proposant une aide psychosociale et en les orientant vers les services adaptés. Ces questions sont cruciales, car il est établi que la violence basée sur le genre augmente en cas de crise humanitaire.

« Les services de protection et de santé doivent être prioritairement destinés aux femmes, aux filles et aux groupes vulnérables comme les personnes en situation de handicap », a déclaré M. Sassenrath. « Nous avons rencontré des dizaines de personnes dans les communautés touchées depuis le séisme, et nous avons écouté attentivement leurs inquiétudes et leurs craintes, pour pouvoir proposer des services adaptés et réactifs, qui permettent de sauver des vies. Notre mission la plus urgente est d’assurer que leur santé, leur bien-être psychologique et leurs droits restent au cœur de notre réponse humanitaire en Haïti. »

« Les femmes et les filles subissent les conséquences des crises de façon disproportionnée », a souligné le Dr Natalia Kanem, directrice de l’UNFPA. « Nous travaillerons avec le gouvernement et nos partenaires locaux, ainsi qu’avec la communauté internationale, pour assurer que leur santé sexuelle et reproductive et que leurs besoins en matière de protection restent une priorité, et pour faire en sorte que leur sécurité et leur dignité soient préservées. 

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X