Actualités

En Égypte, malgré la pandémie, une unité de planification familiale fait en sorte d’assurer la continuité de ses services

20 Novembre 2020
Author: UNFPA
Doaa Ramadan explique que le personnel de l’unité de planification familiale s’est appliqué à prendre toutes les mesures de précaution pour prévenir la transmission de la COVID-19. © UNFPA Égypte/Roger Anis

LE CAIRE, Égypte – Cette année, Nashwa Mohamed a adopté un nouveau rituel au travail : elle s’assoit à son bureau, regarde son carnet, décroche son téléphone et appelle les femmes qui ne reçoivent plus de contraceptif à cause de la pandémie de COVID-19.

Mme Mohamed est travailleuse de proximité au sein de l’unité de planification familiale d’Ahalina, en banlieue du Caire.

« Vous ne venez plus, et je sais que vous n’avez pas le choix à cause des circonstances actuelles », dit-elle à une femme avec qui elle est en ligne. « Je vous appelle pour que l’on puisse vous faciliter les choses ».

Ces appels téléphoniques font partie des efforts égyptiens en vue de satisfaire les besoins contraceptifs des femmes, à une période où les services de contraception sont fortement compromis. Dans le monde entier, la planification familiale et la contraception font partie des services de santé les plus fréquemment perturbés, selon l’Organisation mondiale de la santé.

Près de 7 pays sur 10 connaissent de telles perturbations.

Le Dr Jihane Edward, responsable du département de planification familiale à El-Salam City, explique que lorsque les premières mesures de confinement ont été prises, son équipe s’est immédiatement réunie pour trouver des solutions et assurer la continuité des soins.

A woman's hand holds a pack of oral contraceptive pills.
À l’échelle internationale, la planification familiale fait partie des services les plus fréquemment perturbés. © UNFPA Égypte/Roger Anis

Aujourd’hui, alors que l’Égypte se prépare à une deuxième vague de COVID-19, ce travail est plus essentiel que jamais.

Des mesures pour prévenir la transmission de la maladie

Le Dr Azza Ahmed, responsable du centre médical d’Ahalin, déclare que le nombre de femmes qui consultent pour des services de planification familiale est resté constant ces derniers mois, mais que les services présentiels sont limités. Seules 20 personnes par heure peuvent entrer dans le centre quel que soit le service – y compris donc celui de planification familiale.

Au cours de ses appels de suivi, Mme Mohamed informe les femmes des possibilités de contraception à long terme. Pour réduire leur fréquence de visite au centre, les femmes peuvent également obtenir plusieurs plaquettes de contraceptifs oraux en une seule fois. 

« Nous proposons soit deux plaquettes de pilule au lieu d’une […] soit des implants contraceptifs, qui peuvent durer jusqu’à trois ans, ou bien des DIU qui sont efficaces pendant 10 à 12 ans », précise-t-elle.

Des mesures de prévention de l’infection sont également mises en place pour celles qui ont besoin de consultations sur place.

Il y a quelques semaines, Doaa Ramadan s’est présentée pour un examen de routine. « Cela me permet aussi d’avoir des réponses à mes questions », dit-elle.

Les mesures de prévention de la COVID-19 l’ont rassurée. 

« Ici, tout le monde porte un masque, les [professionnelles de santé] se lavent les mains et les infirmières s’assurent que tout le monde reste à bonne distance », poursuit Mme Ramadan.

Nashwa Mohamed wears a face mask and hijab in the family planning unit.
Nashwa Mohamed s’attache à aider les femmes à faire leurs propres choix, même pendant cette pandémie. © UNFPA Égypte/Roger Anis

L’engagement plutôt que la peur

Dans la salle d’attente, Mme Mohamed et les autres travailleuses de proximité se relaient pour proposer des séminaires sur divers sujets relatifs à la santé procréative.

« Nous sommes formées sur différents thèmes, tous en lien avec les femmes », déclare-t-elle.

La planification est bien sûr au cœur des préoccupations, mais d’autres problématiques sont abordées, comme par exemple les mutilations génitales féminines ou l’allaitement.

L’unité reçoit le soutien de l’UNFPA et de l’Union européenne, notamment sous la forme de contraceptifs, de programmes de solidarité et de formation des équipes.

Mme Mohamed et ses collègues expliquent être engagées pour leur objectif commun : que les femmes soient libres de faire des choix éclairés en matière de contraception, quelles que soient les circonstances.

À son bureau, elle barre avec soin un autre nom sur sa liste en raccrochant son téléphone.

« A demain, alors », conclut-elle.

Egypt
Population : 102.3 mil
Taux de fertilité
3.2
Ratio de mortalité maternelle
37
Taux de prévalence contraceptive
44
Population âgée de 10 à 24 ans
26.2%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 82%
Filles 83%

Contenu connexe

Actualités
« J’encourage toujours les femmes que je connais à s’auto-examiner et à se faire dépister régulièrement », explique Intisar, 55 ans, à l’UNFPA. Elle a survécu à un cancer du sein et vit à Deir al-Balah dans la bande de Gaza.
Actualités
La violence basée sur le genre est depuis longtemps un véritable fléau en Ukraine.
Actualités
Alors que la pandémie de COVID-19 perturbe les économies et met une pression terrible sur les services sociaux et de santé, gouvernements et partenaires réaffirment avec force leur engagement en faveur de la santé et des droits des femmes et des filles.

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X