Actualités

Au Costa Rica, de jeunes leaders autochtones ouvrent la voie à un avenir meilleur pour les femmes et les filles

Au Costa Rica, de jeunes leaders autochtones ouvrent la voie à un avenir meilleur pour les femmes et les filles
En sa fille, Mme Gallardo voit l'avenir. © UNFPA Costa Rica/Gabriela Rodríguez
  • 05 Août 2022

CHINA KICHÁ, Costa Rica - Cheymi Gallardo Sánchez est devenue mère à l'âge de 15 ans. Dans sa communauté rurale du territoire autochtone de Cabécar, dans les montagnes de Talamanca, la maternité des adolescentes est courante. Talamanca est l'un des cantons où le taux de grossesse chez les adolescentes est le plus élevé au Costa Rica.

Pendant sa grossesse, les membres de la communauté ont supposé qu'elle devrait abandonner l'école, certains lui ont même dit qu'elle y serait obligée. Ils attendaient d'elle qu'elle renonce à ses études et à ses futures perspectives d'emploi pour rester à la maison et s'occuper de son bébé. Mais Cheymi, qui a maintenant 18 ans, est indépendante.

A photo of Ms. Gallardo.
Mme Gallardo ne mâche pas ses mots pour défendre les droits des femmes et des filles de sa communauté. © UNFPA Costa Rica/Gabriela Rodríguez

"Dès mon plus jeune âge, j'ai été très libre dans mon discours", dit-elle à l'UNFPA. 

Cette détermination l'a aidée lorsqu'elle a décidé de poursuivre ses études. Tout au long de sa grossesse, elle a suivi des cours, marchant chaque jour trois kilomètres pour se rendre à l'école. Elle a ensuite obtenu son diplôme et prévoit maintenant de poursuivre ses études et de travailler sur les droits de l'homme et les questions de genre.

Cheymi n'est pas seulement déterminée, elle sait aussi manier les mots, ce qui fait d'elle un modèle pour sa communauté. "Je n'ai jamais eu peur de parler en public. J'aime participer à des espaces où je peux être moi-même, où mon opinion est valable et où je peux motiver d'autres personnes à s'engager", dit-elle.

Ces qualités ont attiré l'attention des organisations de jeunesse, des militants autochtones et du personnel de l'UNFPA. 

L'ascension d'un leader

En 2019, Cheymi a été invitée à participer à des activités pour les jeunes soutenues par l'UNFPA et a rapidement participé à un camp pour les jeunes leaders de tout le pays. Elle y a découvert les questions relatives aux droits sexuels et génésiques, telles que la grossesse chez les adolescentes, la contraception et les relations abusives.

"Après ma grossesse, ces questions sont devenues plus importantes pour moi", explique-t-elle. Je voulais être "un pont d'information au sein de mon territoire et de ma communauté, où je pourrais raconter mon expérience à d'autres filles, les informer qu'elles peuvent prendre soin d'elles-mêmes, qu'il existe des méthodes contraceptives.

Les membres de la communauté découragent souvent les filles de recourir à la contraception en raison de la stigmatisation de l'activité sexuelle des adolescents. "Ils nous font toujours peur en disant 'les gens vont vous montrer du doigt si vous allez à la clinique pour vous faire poser un implant ou un stérilet en cuivre'. Alors je leur dis que ce n'est pas vrai. Personne ne va les juger. Elles ont le droit de prendre soin d'elles-mêmes afin de ne pas tomber enceintes à un jeune âge et de pouvoir réaliser leurs rêves.

Perspectives d'un avenir meilleur

 Aujourd'hui, elle travaille avec Kabata Konana, un groupe de femmes autochtones organisées, qui promeut la santé et les droits sexuels et reproductifs et remet en question les stéréotypes liés au genre.

"Souvent, en tant que femmes autochtones, nous avons de nombreuses limitations. Dans certains espaces, ils pensent que nous sommes peut-être soumis, que nous ne nous exprimons pas. C'est une motivation pour moi, de dire : 'non, j'exprime mes opinions, je propose ce que je pense', en respectant toujours les autres".

Elle lutte également contre ces idées fausses au niveau national et régional, en participant à des délégations représentant les jeunes autochtones et d'origine africaine dans des réunions telles que la Mesa Caribe et dans des groupes tels que le groupe consultatif de la jeunesse des Nations Unies au Costa Rica.

Livestock drink water from a river.
Le transport est difficile dans cette communauté autochtones rurale. © UNFPA Costa Rica/Gabriela Rodríguez

Pourtant, la vie n'est pas facile. 

Cheymi travaille dans la petite épicerie familiale lorsqu'elle n'a pas à s'occuper des tâches ménagères, du ménage et de sa fille de 3 ans, Adeline. Elle combine cela avec ses responsabilités de jeune leader, une position déjà exigeante. Pour se rendre à ses différentes tâches, elle doit prendre un taxi-moto pendant 45 minutes jusqu'à la ville la plus proche où circulent les transports publics.

 Mais il affirme que l'effort en vaut la peine. 

 "J'ai été dans des espaces où les jeunes élèvent leur voix, pas seulement en tant que jeunes, mais pour notre territoire, pour nos droits, pour nos principes, pour notre culture", dit-il.

Elle voit déjà comment ces changements améliorent l'avenir dans lequel sa fille va grandir : "elle a grandi dans des espaces où elle peut être elle-même. Elle n'a aucune limite. Souvent, dans notre enfance ou notre adolescence, dans nos propres communautés, on prend l'habitude de nous dire : "tu ne peux pas parler, tu ne peux pas avoir d'opinion". Ma fille n'est pas comme ça : elle pose des questions, elle est curieuse.

En Adeline, Cheymi voit un meilleur avenir pour les femmes et les filles de sa communauté : "ce sont des choses qui me remplissent parce que je sais qu'elle est sur la bonne voie.
 

Gabriela Rodríguez

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookie policy

X