Actualités

Après des années de conflit, le Yémen connaît toujours la pire crise humanitaire mondiale, selon l’UNFPA qui lance un appel pour 2021

7 Décembre 2020
Author: UNFPA
Des sages-femmes d’une équipe mobile de l’UNFPA se rendent dans un refuge temporaire d’un camp de personnes déplacées de Marib (Yémen). © UNFPA Yémen

NATIONS UNIES, New York – Un nouveau rapport d’action humanitaire publié aujourd’hui par l’UNFPA désigne le Yémen comme étant le pays où les femmes et les filles ont le plus besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Depuis le début d’un conflit fratricide en 2015, la situation du pays s’est effondrée, provoquant le déplacement de personnes, une insécurité alimentaire et des épidémies de choléra. Tous ces éléments ont été à leur tour aggravés par la COVID-19. 

Le rapport de l’UNFPA souligne les pires conditions de détresse du monde, et lance le plus grand appel humanitaire jamais mis en place par l’agence. Au niveau mondial, il faudra 818 millions de dollars pour proposer en 2021 une assistance vitale à 54 millions de femmes, de filles et de jeunes, dans 68 pays différents.

Près de 100 millions de dollars seront nécessaires au Yémen en 2021, où plus de 80 % de la population a besoin d’une assistance, quelle qu’elle soit. Parmi ces personnes en détresse, on compte plus de 1,2 million de femmes enceintes ou qui allaitent, et qui sont actuellement en situation de malnutrition. Seule la moitié des structures de santé du pays est encore opérationnelle, et la violence basée sur le genre ne fait qu’augmenter.

Malgré des années de crise, le Yémen ne fait pas toujours la une des médias. La réponse humanitaire de l’UNFPA en 2020 a connu un manque de financement à hauteur de dizaines de millions de dollars.

Aucune solution miraculeuse ne peut rattraper les conséquences terribles de ce conflit. Seul le travail de terrain peut changer les choses.

Depuis le mois de janvier dernier, l’UNFPA a pu aider 3 millions de personnes au Yémen. L’agence continuera de protéger la vie des femmes, des filles et des jeunes. Voici comment.

Le chiffre : 50 % des structures de santé du Yémen sont fermées, et le conflit a déplacé plus de 3,6 millions de personnes.

La solution : Offrir des soins de santé. Masadah Saleh Nasser, qui a 37 ans et est mère de huit enfants, était enceinte de son neuvième enfant lorsque sa famille a dû fuir son domicile pour se réfugier dans un camp de personnes déplacées à Marib. Une équipe mobile de santé procréative de l’UNFPA lui a fourni des soins prénatals essentiels, a permis son accouchement médicalisé et lui a proposé un suivi postnatal ainsi que des services de planification familiale. « Je vais faire en sorte que [mes filles] connaissent les risques de l’ignorance en matière de planification familiale », déclare Mme Nasser.

Le chiffre : Seules 20 % des structures de santé proposent des services de santé maternelle et infantile. Toutes les deux heures, une femme et six nouveau-nés meurent des suites d’un accouchement.

La solution : Transformer les structures de santé pour qu’elles puissent proposer des services de santé maternelle. Lorsque Khawla Mizjaji, âgée de 23 ans, a eu ses premières contractions, il a fallu quatre heures à son mari pour l’emmener à l’hôpital rural d’Al Tuhayta. Mme Mizjaji souffrait d’éclampsie, ce qui menaçait sa vie et celle de ses jumeaux à naître. L’équipe médicale a pu assurer la naissance des bébés en toute sécurité et stabiliser l’état de la mère. Avant que l’UNFPA n’aide l’hôpital à moderniser sa maternité, l’hôpital le plus proche pour la famille Mizjaji était à trois heures de route de plus. « Avant, nous nous rendions dans le district de Mocha pour être soignés », explique le mari de Mme Mizjaji, « mais avec cet hôpital plus proche, cela nous évite beaucoup de difficultés et de temps de trajet ». 

Un accouchement réussi à l’hôpital d’Al Mokha sur la côte ouest du Yémen, dont l’UNFPA a permis la modernisation de la maternité. © UNFPA Yémen

Le chiffre : Six naissances sur dix ont lieu sans la présence de personnel qualifié.  

La solution : Former, former, former. Cette année, l’UNFPA a formé plus de 300 sages-femmes. Lors d’un atelier récent à Socotra, Muna Zakaria était l’une des 24 participant·e·s qui ont appris à identifier les signes de complications pré-accouchement, ainsi qu’à reconnaître la détresse chez un nouveau-né. Elle a ainsi pu orienter Norrah Aisa, qui présentait des signes de complications liées à sa grossesse, vers un hôpital où celle-ci a pu accoucher. « La formation permet d’améliorer la santé des femmes, mais aussi de sauver des vies », souligne Mme Zakaria.

Les sages-femmes reçoivent une formation sur la prévention de l’infection pour assurer la continuité des services de santé procréative pendant la pandémie de COVID-19, à Lhaj (Yémen). © UNFPA Yémen

 

Le chiffre : On estime que 83 % des 3,6 millions de personnes déplacées sont des femmes et des enfants. Selon l’UNFPA, près de 20% des personnes déplacées sont des foyers où la femme est chef de famille.

La solution : Permettre aux femmes et aux filles d’être financièrement autonomes. L’UNFPA a mis en place 55 espaces sûrs réservés aux femmes et aux filles, qui proposent des formations professionnalisantes. Le mari de Ruba* est mort lorsque le conflit s’est aggravé dans leur région. Avec ses trois enfants, elle a dû fuir vers un camp de personnes déplacées, où elle a rejoint l’un de ces espaces pour y suivre des cours de couture. « Je couds des masques pour les familles des camps de personnes déplacées, qui ne peuvent pas se permettre de les acheter au marché », explique Ruba. « Je les couds avec beaucoup de soin et cela m’apporte beaucoup de satisfaction, car je sais que j’aide des personnes qui sont déplacées, tout comme moi. »

Une survivante de violence basée sur le genre coud des masques dans un espace sûr financé par l’UNFPA, dans le cadre d’un programme professionnalisant à Ibb (Yémen). Plus de 80 000 masques ont été produits par ces espaces sûrs dans tout le pays. © UNFPA Yémen

Le chiffre : Au Yémen, une personne sur 5 souffre de troubles de la santé mentale selon une étude de 2017. Des années de guerre et la pandémie actuelle ont probablement encore fait augmenter ce chiffre. 

La solution : Réduire l’écart des soins en matière de santé mentale. L’UNFPA gère 18 lignes gratuites d’écoute téléphonique, ainsi que six centres de soins psychologiques. Mariée de force il y a plus de 20 ans, Suad* a subi des violences physiques et psychologiques de la part de son mari. Lorsqu’il l’a chassée de leur domicile, elle a souffert d’une grave dépression. Elle a cependant obtenu de l’aide grâce à une ligne d’écoute, puis à des séances de psychothérapie. Après six mois de traitement, elle est en voie de guérison.

En période de COVID-19, le soutien psychologique est proposé via des consultations par téléphone dans des centres de soins psychologiques, comme celui-ci à Sanaa (Yémen). © UNFPA Yémen

*Les prénoms ont été changés pour garantir l’anonymat

Contenu connexe

Actualités
Quatre ans après le début du conflit, le Yémen est devenu le lieu de la plus grave crise humanitaire du monde.
Vidéo

As the blockade in Yemen enters its second week, assistance to 27 million people has been disrupted. Here are five critical facts about the effects this is having on the people of Yemen. 

Vidéo

Après deux années de conflit, le Yémen est maintenant considéré comme une des pires crises humanitaires au monde.

Le pays est au bord de la famine.

1,1 million de femmes enceintes souffrent de malnutrition et risquent la mort...

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X