Actualités

Alors que les combats font rage dans le nord-est de la Syrie, l'UNFPA répond aux besoins des femmes

11 Décembre 2019
Author: UNFPA
L'UNFPA intensifie ses programmes de soins de santé génésique et de soutien aux survivants des violences qui ont lieu dans le nord-est de la Syrie. © UNFPA Syrie
L'UNFPA intensifie ses programmes de soins de santé génésique et de soutien aux survivants des violences qui ont lieu dans le nord-est de la Syrie. © UNFPA Syrie

AL TAPQQA, Syrie - Alors que les affrontements font rage dans le nord-est de la Syrie, le bilan des civils qui sollicitent les systèmes de santé continue d'augmenter. Les déplacements massifs ont compliqué la prestation des services de santé de base, y compris la santé génésique et les soins de santé maternelle. 

Le début des opérations militaires dans la région, le 9 octobre dernier, a fait émigrer plus de 200 000 personnes, souvent pour la deuxième ou la troisième fois. Selon des rapports récents de l'ONU, quelque 117 000 personnes sont retournées dans leur ville d'origine, mais plus de 75 000 sont toujours en déplacement. 

L'UNFPA travaille avec des partenaires locaux pour répondre aux
besoins des femmes et des filles. © UNFPA Syrie

Les partenaires humanitaires dans les zones touchées par les hostilités actuelles - notamment Alahras, Ala-miriyah, Abu Rasian, Um Alkhair, Dahr Alarab et Almahmoudiya - ont utilisé leurs programmes et ressources pour répondre aux besoins des populations nouvellement arrivées. Les services généraux se sont détériorés dans plusieurs zones touchées, conduisant à la perte d'électricité et la fermeture des établissements d'enseignement dans le gouvernorat d'Ar-Raqqa.

Les récentes baisses de température ont rendu les civils particulièrement vulnérables. 

On estime qu'il y a environ 18 860 femmes en âge de procréer parmi les personnes qui ont émigré. Ces femmes et ces filles ont besoin de services, notamment de fournitures d'hygiène menstruelle et de soins de santé maternelle.

« J'appréhendais vraiment mon accouchement », a expliqué Asma'a Al Issa, 32 ans, à l'UNFPA.

L'espoir dans la tourmente

Mme Al Issa a dû fuir pour la première fois il y a trois ans, lorsque sa maison située dans le village d'Al Qadisia a été démolie, puis elle a fui à nouveau. Aujourd'hui, elle vit à Al Tapqqa, une ville du gouvernorat d'Ar-Raqqa, dans une maison inachevée fournie par une famille d'accueil. 

Mme Al Issa reçoit des services de santé maternelle. © UNFPA Syrie

Au cours des derniers mois de sa grossesse, Mme Al Issa a pu bénéficier des services de santé maternelle d'une clinique gérée par l'organisation à but non lucratif Al Mawada, avec le soutien de l'UNFPA. La clinique prend en charge 50 à 60 femmes par jour, dont environ la moitié sont enceintes. 

Mme Al Issa a accouché le 25 octobre dernier, quelques semaines après l'escalade des hostilités dans la région. Malgré tout, l’accouchement s'est bien passé, grâce aux soins qualifiés dispensés par Hanan, sage-femme à la clinique. 

« Asma'a a accouché sans aucune complication », a rappelé plus tard Hanan.

Mme Al Issa et sa nouveau-née - son quatrième enfant - ont été renvoyées en bonne santé. Elles ont pris avec elles les fournitures de soins post-partum et néonatales fournies par la clinique. 

Accoucher d’un bébé en bonne santé avait ravi Mme Al Issa. « Maintenant, je suis très heureuse d'avoir une petite fille », a-t-elle déclaré à l'UNFPA.

La sage-femme Hanan tient un nouveau-né dans ses bras. © UNFPA Syrie

Fiers de servir

En réponse à la crise, l'UNFPA a élargi sa présence dans les villages difficiles d'accès, notamment Mabada et Al Jawadia à Al-Hassakeh, Al-Qamishly, Tabqa, Jurnia et Twehina, ainsi que dans les camps de Newroz et Mahmoudi. 

Malgré le contexte difficile, et grâce au financement des Opérations Européennes de Protection Civile et d'Aide Humanitaire, l’UNFPA a pu prodiguer une assistance rapide à des dizaines de milliers de personnes.

Entre le 9 octobre et le 7 décembre 2019, quelque 27 700 femmes en âge de procréer - dont près de 8 000 femmes enceintes - ont reçu des soins de santé génésique dans le nord-est de la Syrie. Entre le 9 octobre et le 23 novembre 2019, l'UNFPA a également fourni à près de 31 000 personnes des services de prévention et de réponse aux violences basées sur le genre. De plus, il existe 27 équipes mobiles de santé génésique et de santé maternelle qui s’occupent de sensibiliser les personnes établies dans les zones mal desservies.

L'UNFPA distribue des fournitures, notamment des kits de dignité
contenant des sous-vêtements, des serviettes hygiéniques, du savon
et autres produits d'hygiène, dans les communautés touchées. © UNFPA Syrie

L'UNFPA travaille avec des partenaires locaux pour accentuer ces efforts, afin de répondre aux besoins de 580 000 personnes dans les gouvernorats d'Al-Hasakeh et d'Ar-Raqqa.

Le Dr Adnan, un coordinateur de la santé génésique qui travaille dans la région, est fier des soins que les agents de santé ont pu fournir, malgré les troubles récents. « Le cas d’Asma'a n'est pas spécial ou exceptionnel », a déclaré le Dr Adnan. « Il est semblable à celui des milliers de familles émigrées et démunies que nous servons tous les jours. »

Hanan partage ce sentiment. « C'est une mission importante, de sauver sa vie et celle de son nouveau-née », a-t-elle déclaré.

la République arabe syrienne
Population : 17.5 mil
Taux de fertilité
2.7
Ratio de mortalité maternelle
31
Taux de prévalence contraceptive
37
Population âgée de 10 à 24 ans
28.2%
Inscription des jeunes en enseignement secondaire
Garçons 49%
Filles 48%

Contenu connexe

Mises à jour
Dans le cadre de son partenariat à long terme avec l’UNFPA pour faire progresser les droits des femmes et des jeunes filles, Zonta International est devenu le premier donateur du secteur privé au programme mondial UNFPA-UNICEF pour accélérer la lutte contre le mariage des enfants
Mises à jour
Avec une contribution de 10 millions de dollars canadiens, le Canada continue de soutenir les efforts de l’UNFPA visant à élargir l’accès à un approvisionnement sûr et fiable en contraceptifs de qualité et en médicaments de santé maternelle pour les femmes et les filles pauvres e
Actualités
Son mari a commencé à l'insulter, remettre en cause son statut de femme et à la traiter comme une bonne plutôt qu'une conjointe.

Pages