Actualités

Alors que COVID-19 rend difficile la garde d’enfants, en Géorgie les hommes se mobilisent

31 Mars 2020
Author: UNFPA
Le journaliste et enseignant Giorgi Liparishvili joue avec son fils Tevdore. © UNFPA Géorgie / Guram Kapanadze
Le journaliste et enseignant Giorgi Liparishvili joue avec son fils Tevdore. © UNFPA Géorgie / Guram Kapanadze

TBILISI, Géorgie - Alors que l’épidémie de COVID-19 se propage dans le monde, un nombre sans précédent de personnes participent à des formes d'auto-isolement, de confinement ou de quarantaine. Selon certaines estimations, des milliards de personnes sont enfermées chez elles.

La fermeture des écoles et les ordonnances de confinement à domicile alourdissent considérablement la garde d’enfants, mais surtout pour les femmes, qui assument majoritairement cette tâche. Le poids de cette responsabilité, inégalement réparti, pourrait avoir des conséquences sur les opportunités économiques et le bien-être des femmes, selon un rapport de l'UNFPA. 

Mais en Géorgie, les pères se mobilisent.

Des hommes éminents - y compris des acteurs, des écrivains, des athlètes et des célébrités - partagent des vidéos d'eux-mêmes en train de lire des histoires à leurs enfants, un effort pour encourager les hommes à participer plus activement à la vie de famille.

Cela permet d’oublier un moment les angoisses de la pandémie, explique l'écrivain Giorgi Kekelidze.

« Lire des contes de fées à des enfants qui sont coincés à la maison, permet de détourner leur esprit de la réalité inquiétante », a déclaré M. Kekelidze, qui est aussi directeur de la Bibliothèque parlementaire nationale de Géorgie.

« Et nous les hommes, qui avons rarement fait ce genre d’activité, allons maintenant réaliser à quel point c'est agréable », a-t-il ajouté.

Montrer aux femmes qu'elles ne sont pas seules

L'écrivain Giorgi Kekelidze, directeur de la Bibliothèque nationale de Géorgie, prend la parole lors de l'ouverture d'Equality Corner à Akhalkalaki, avant l’épidémie. © UNFPA Géorgie / Bibliothèque nationale de Géorgie

M. Kekelidze est un participant actif à la campagne MenCare, une initiative de l’UNFPA visant à promouvoir l'engagement paritaire des hommes dans les soins et les tâches ménagères.

Des vidéos de M. Kekelidze lisant des livres pour enfants ont été diffusées sur la première chaîne de radio publique de Géorgie, juste après les informations de l'après-midi. Elles sont également partagées sur la page Facebook de la campagne MenCare.

Ces efforts sont devenus indispensables lorsque l’épidémie de COVID-19 est arrivée. Les écoles sont fermées depuis le 2 mars, et l'état d'urgence a été déclaré le 21 mars, pour un mois.

« Maintenant, chaque parent est un enseignant et chaque maison est une école. Nous voyons plus que jamais à quel point il est difficile d'être un soignant, une profession qui rassemble des dizaines de professions », a déclaré le journaliste et enseignant Giorgi Liparishvili, un partisan de la campagne MenCare, faisant allusion au fait que les femmes assument encore presque tout le ménage et la garde d'enfants en Géorgie.

« Participer à cette campagne est un moyen de montrer aux femmes qu'elles ne sont pas seules, et de faire sentir aux enfants la présence des pères, frères, grands-pères, oncles, amis et enseignants. » 

L'écrivain et animateur de télévision Alexandre Lortkipanidze avec sa fille Lilly, avant la crise du COVID-19. © UNFPA Géorgie / CulinArt Magazine

Une nouvelle perspective

L'UNFPA plaide pour l'engagement actif des hommes dans la garde des enfants depuis 2014. Une étude effectuée l'année précédente a révélé que moins de 18% des pères géorgiens s'occupaient quotidiennement des soins de leurs enfants de moins de 6 ans. Pire encore, moins de 5% lorsque les enfants avaient atteint l’adolescence.

La campagne MenCare est menée en partenariat avec l'ONG Care Together depuis 2016, et est également financée par la Suède. En outre, l'UNFPA travaille avec des partenaires de l'initiative MenEngage, qui promeut une participation plus équitable au travail domestique.

Les participants soulignent que ces efforts sont particulièrement indispensables aujourd’hui, alors que les familles du pays se regroupent à la maison.

« Nous soulignons toujours combien il est essentiel pour le développement d'un enfant de passer du temps de qualité avec son père », a déclaré Lela Bakradze, chef par intérim du bureau de l'UNFPA en Géorgie. « Cela est particulièrement vrai maintenant que nous concentrons nos efforts sur le maintien de la santé, de l'harmonie et du bien-être pendant le défi mondial posé par la crise COVID-19.»

L'écrivain et animateur de télévision Alexandre Lortkipanidze dit qu'il a commencé à penser différemment à la répartition des rôles dans le foyer en écrivant son livre pour enfants Lullaby for Lilly.

« J'essayais de voir l'histoire du point de vue de chaque personnage, alors j'ai essayé d'être un père, une mère et un enfant également », a-t-il déclaré à propos du livre, qu'il a écrit spécifiquement pour la campagne MenCare. 

« Maintenant, quand je lis ce livre aux autres, ce que je souhaite le plus, c'est qu'ils fassent de même », a-t-il noté. « En ces temps de crise où nous restons tous à la maison, il est deux fois plus important de veiller à ce que les femmes n'aient pas à porter seules ce fardeau. »

Contenu connexe

Mises à jour
Le traitement de Blandine a été rendu possible grâce à un partenariat de 8 millions de dollars entre l'UNFPA et le ministère ivoirien de la Santé, financé par l'Agence coréenne de coopération internationale.
Actualités
Oleksandra* was afraid to seek help, knowing her abuser might eavesdrop on her phone calls.
Actualités
Avec plus de 130 cas confirmés de COVID-19, le Yémen a du mal à stopper la propagation du virus, alors même que les fonds alloués aux services de santé vitaux s'épuisent.

Pages