Journée mondiale de l’hygiène menstruelle

28 Mai 2021

Global

Pour certain·e·s, les règles ne sont qu’un désagrément mineur auquel on pense peu. Pour des millions d’autres personnes pourtant, ce cycle tout à fait naturel peut être synonyme de violences, car le début de la menstruation peut mener au mariage d’enfants, à la violence sexuelle et à des violations de l’autonomie corporelle ; de stigmatisation, sous la forme d’un bannissement dans des huttes de menstruation ; d’opportunités manquées, car la douleur, l’inconfort ou l’absence de produits d’hygiène peut conduire à la déscolarisation ; et de perte de dignité, par exemple dans les situations de crise humanitaire et les camps de réfugié·e·s où même l’eau et le savon sont rationnés ou absents.

Le thème de la Journée mondiale de l’hygiène menstruelle cette année est « Action et investissement en faveur de l’hygiène menstruelle et de la santé ». Cette journée a lieu le 28 mai car les cycles menstruels comptent en moyenne 28 jours et que les règles durent environ 5 jours par mois (mai étant le cinquième mois de l’année). Cette année, l’UNFPA et l’UNICEF, en collaboration avec l’UNESCO dans le cadre d’un partenariat avec le Fonds Français Muskoka, organisent le premier colloque régional sur la santé et l’hygiène menstruelle en Afrique centrale et de l’ouest, qui aura lieu en ligne du 24 au 27 mai.

Récemment, plusieurs pays ont pris des mesures pour la gratuité ou la détaxe des produits d’hygiène menstruelle, pour lutter contre la précarité menstruelle. La Nouvelle-Zélande, la France et la Namibie sont les plus récents pays à avoir annoncé de telles initiatives, après que l’Écosse est devenue à l’automne dernier la première à proposer la gratuité des produits d’hygiène menstruelle pour tout·e·s.

L’UNFPA milite pour les droits en matière de santé sexuelle et procréative pour toutes et tous. Vivre ses règles sans exclusion, sans opportunités manquées, sans peur ni honte, sans humiliation et sans vulnérabilité supplémentaire ne doit pas être sujet à débat. Vivre dans la dignité est un droit humain fondamental que nous devons préserver.

Contenu connexe

Actualités
Anne Wanjiru a découvert qu’elle avait ses premières règles quand une de ses camarades à l’internat lui a fait remarquer qu’elle avait taché sa robe. Personne ne lui avait jamais expliqué ce qu’était la menstruation, et cette jeune fille de 14 ans, atteinte de handicaps...
Ressources
Quel est le lien entre la menstruation et les droits de la personne? Quand commence la menstruation? Quels sont les mythes et les tabous les plus répandus au sujet des menstruations?
Actualités
Lorsqu’une jeune fille a ses premières règles, cela peut être difficile : elle ne sait pas forcément ce qui se passe dans son corps. Imaginons à présent qu’elle soit dans une situation de déplacement ou de vulnérabilité à cause d’une catastrophe naturelle, d’un conflit ou d’une...

Pages

We use cookies and other identifiers to help improve your online experience. By using our website you agree to this. To learn more, including how to change your settings, see our cookies policy.

X